A Anderlecht, les grandes man£uvres en prévision de la saison 2005-06 ont commencé la semaine dernière avec la prolongation du contrat de coach de Franky Vercauteren pour une durée de deux ans avec option pour une campagne supplémentaire. Endéans ou après ce délai, prorogé ou non selon le souhait des parties, l'ancien Petit Prince duParc embrassera la fonction de Directeur Technique, un poste qui sera créé à ce moment.
...

A Anderlecht, les grandes man£uvres en prévision de la saison 2005-06 ont commencé la semaine dernière avec la prolongation du contrat de coach de Franky Vercauteren pour une durée de deux ans avec option pour une campagne supplémentaire. Endéans ou après ce délai, prorogé ou non selon le souhait des parties, l'ancien Petit Prince duParc embrassera la fonction de Directeur Technique, un poste qui sera créé à ce moment. " Franky est un clubman dans l'âme ", observe le manager du RSCA, Herman Van Holsbeeck. " Après sa carrière de joueur au Parc Astrid, il a beau avoir été à Nantes, au RWDM ou à Malines, comme coach cette fois, il n'a jamais oublié tout ce qu'il devait au Sporting. Lors de son retour, en 1998, son v£u le plus cher était de s'inscrire dans la durée ici dans un rôle d'homme de terrain. Seule la place d'adjoint offrait cette garantie, jusqu'à présent, et c'est pourquoi la tâche d'entraîneur principal, beaucoup plus aléatoire, ne l'intéressait guère au premier degré. Dans le giron du club, de nombreuses personnes étaient toutefois convaincues de ses capacités de meneur d'hommes, dont il a d'ailleurs donné un aperçu entre-temps. Pour que cette mission, qui donne amplement satisfaction, ne se limite pas à un simple intérim, il fallait trouver une porte de sortie susceptible d'agréer tout le monde et c'est la raison pour laquelle l'idée d'un Directeur Technique a germé. A l'instar de Marc Degryse au Club Bruges, Vercauteren semble la personne tout indiquée chez nous pour tracer les lignes directrices du RSCA à l'avenir. Auparavant, néanmoins, nous voulons lui offrir la possibilité de poursuivre son chemin à la tête du groupe professionnel aussi longtemps que les résultats plaideront en sa faveur. Car, qu'on le veuille ou non, ils constituent le critère principal sur lequel un entraîneur est jugé. Certains s'étonneront peut-être de la durée du bail proposé pour quelqu'un, comme lui, qui ne fait somme toute que débuter au plus haut niveau. Mais nous sommes tous convaincus que Franky va au-devant d'une belle trajectoire, appelée vraisemblablement à excéder cette période initiale de deux ou trois ans. En quelques semaines à peine, l'intéressé a incontestablement marqué les esprits depuis qu'il a repris le témoin d' Hugo Broos. Et, dans le chef de quelques-uns, le comportement a déjà changé du tout au tout. A cet égard, je citerai deux exemples pour le moins frappants. Le premier est Nenad Jestrovic. Avec Broos, manifestement, le courant ne passait plus. Le point du non-retour était même quasiment atteint. Or, compte tenu de ses qualités de finisseur hors pair, le concours de l'attaquant serbe, à 100 % de ses moyens, n'était sûrement pas un luxe superflu. En deux temps trois mouvements, le travail à la fois au moral et au physique de Vercauteren n'a pas manqué d'impact puisque le joueur a pleinement refait honneur, depuis lors, à son sobriquet de Jestrogoal. Un autre garçon qui paraît complètement transformé est Vincent Kompany. Je ne sais franchement trop si nous serions parvenus à le convaincre de nous jurer fidélité une campagne de plus si rien n'avait changé aux commandes de l'équipe. Vince n'avait pas le sentiment d'avoir évolué en une année et demie de présence en équipe fanion. Depuis le changement d'entraîneur, je constate comme d'autres une modification drastique dans son comportement : l'intransigeance a pris le pas sur les arabesques, comme on pu le remarquer à un autre niveau, face à la Bosnie-Herzégovine. A ce train-là, je crois que le garçon sera persuadé du bien-fondé de rester une année de plus chez nous. A moins d'une offre astronomique d'un club qui désire l'embrigader directement, nous mettrons tout en £uvre en tout cas pour que Vincent demeure encore au Parc Astrid lors de l'exercice 2005-06 ". Indépendamment du cas posé par le plus récent vainqueur du Soulier d'Or, un autre problème épineux a trait à son frère d'armes au centre de la défense anderlechtoise : Hannu Tihinen. Si le Sporting a connu une période de flottement au premier tour, avec une arrière-garde nettement moins intransigeante qu'à l'accoutumée, maints suiveurs l'attribuent à l'absence pour blessure du longiligne finlandais, dont le caractère précieux n'apparaît jamais tant que lorsqu'il ne répond pas présent physiquement sur le terrain. Voyageur devant l'Eternel, avec des piges tour à tour en Norvège, au Viking Stavanger et en Angleterre à West Ham, l'ex-arrière du HJK Helsinki a soif de nouvelles aventures et ne tient pas à rempiler au Parc Astrid, où son contrat vient à expiration en 2006. A défaut d'une nouvelle signature, le club bruxellois cherchera à monnayer son talent l'été prochain. " Vu la toute nouvelle orientation de Glen De Boeck, devenu l'adjoint de Vercauteren dans l'intervalle, nous manquons actuellement de solutions de rechange en suffisance dans l'axe de la défense ", observe Van Holsbeeck. " Lamine Traoré souffle le chaud et le froid et Mark Deman manque de planches. Aussi avons-nous fait de l'engagement d'un, voire deux stoppeurs, le cas échéant, une priorité absolue ". Sur le marché belge, deux noms sont inscrits sur le petit calepin des Mauves : Ibrahim Kargbo, qui se fait tirer l'oreille pour rempiler à Charleroi, mais qui ne compte pas Vercauteren parmi ses partisans et, surtout, Dario Smoje qui fait fureur depuis quelques mois dans les rangs de La Gantoise. " Je sais qu'il intéresse le Sporting au plus haut point mais il faudra mettre le prix ", précise le coach des Buffalos, Georges Leekens. " Pour moins de deux millions d'euros, c'est peine perdue ". Si rien ne se concrétise de ce côté, Anderlecht a cependant des solutions de rechange. Et plus précisément en Ligue 2 française où ses émissaires sont tombés sous le charme du Sénégalais de Nancy, Pape Diakhaté ainsi que de l'Ivoirien Jean-Martial Kipré qui évolue à Angers. Les deux Africains ne sont au demeurant pas les seuls acteurs de cette série à focaliser l'attention des scouts anderlechtois. Pour la division offensive, deux autres noms sont dans le collimateur : l'Ivoirien Amara Diané du Stade Reims et son compatriote Bakari Baky Koné de Lorient. Mais le RSCA n'est pas le seul sur la balle : Auxerre et Strasbourg, notamment, ont des vues sur le Rémois. Quant à l'ancien complice d' Aruna Dindane au sein de l'Académie Jean-Marc Guillou à Abidjan, devenu meilleur joueur de L2 française au sein du club breton, il suscite les convoitises de Lille, disposé à mettre 3 millions d'euros sur table en échange de ses services. Van Holsbeeck : " En France, les néo-promus font toujours preuve d'un certain répondant sur le terrain. La preuve par Saint-Etienne cette saison. La différence de niveau d'une division à l'autre y est nettement moins marquée que chez nous. Pour avoir d'ailleurs assisté de visu à l'une ou l'autre rencontres en L2, je suis d'avis que la rapidité d'action y est plus prononcée encore qu'en D1 néerlandaise. En outre, les footballeurs qui montent d'un cran là-bas trouvent le plus souvent leurs marques immédiatement au sommet. Que ce soit en France ou ailleurs. A cet égard, la réussite de quelques joueurs de l'Hexagone à La Louvière et Charleroi est éloquente. Je sais que nous avons eu une expérience malheureuse avec Fabrice Ehret. Mais nous avions dû £uvrer dans l'urgence... Cette fois, nous avons pris le temps. Amara Diané, par exemple, a fait l'objet d'un scouting à une demi-douzaine de reprises, par des suiveurs différents. Il a un potentiel très intéressant. Mais de là à dire que nous enlèverons le morceau, il y a une marge. Car nous ne sommes pas les seuls à nous intéresser à lui ". Hormis le futur de Vercauteren, une autre décision a encore été prise la semaine dernière au RSCA : Pär Zetterberg y accomplira son ultime campagne en tant que joueur en 2005-06 avant d'être intégré dans la cellule de scouting et de recrutement du club, dirigée actuellement par Werner Deraeve. " Dès son retour au Sporting, en 2003, après trois saisons passées à l'Olympiakos, il avait été convenu que le Suédois resterait attaché chez nous dans un rôle qui devait encore être défini ", souligne Van Holsbeeck. " Dans un premier temps, Zet fera office de prospecteur et plus particulièrement sur le marché scandinave. De Tom Nordhal à Christian Wilhelmsson en passant par Inge Ejderstedt, Per Frimann voire Tihinen, sans oublier Zet lui-même, évidemment, tous les joueurs issus du nord de l'Europe ont régulièrement répondu à l'attente. Il y eut une époque où le club était prioritaire dès lors qu'une bonne affaire s'y profilait. Mais, au fil des ans, la concurrence s'est indéniablement accrue. Feyenoord a embrigadé le Suédois Johan Elmander alors que le RSCA était sur ses rangs et Zlatan Ibrahimovic s'est retrouvé à l'Ajax. En France aussi, certains se sont immiscés sur ce marché. Je songe au Stade Rennais, entre autres, qui compte déjà dans son effectif le gardien Andreas Isaksson ou le milieu Kim Kallström et qui lorgne, comme nous, l'attaquant de Malmö Markus Rosenberg. Le jour où Zet servira de négociateur, il pourra faire pencher la balance en notre faveur. Mais ce sera pour l'année prochaine car d'ici là, nous comptons l'utiliser comme joueur. Même si, chemin faisant, il devra peut-être s'effacer au profit d'un autre, appelé à prendre la relève dans son secteur ". Un successeur, mais qui ? Là aussi, le club a l'une ou l'autre piste en Belgique, avec le Roumain du Lierse Marius Mitu ou le Colombien du Germinal Beerschot, Daniel Cruz. Mais Anderlecht a les yeux sur la France où deux régisseurs sont en fin de contrat : le Tunisien du PSG Sélim Benachour et Kamel Chafni, de Châteauroux. " Pour l'avoir connu au Lisp, Mitu est celui que je cerne sans doute le mieux ", précise Herman Van Holsbeeck. " Dans son cas, comme dans celui de Cruz, il y a toutefois une énorme inconnue : ces deux garçons, capables de jouer un rôle en vue dans le championnat de Belgique, sont-ils en mesure de tirer l'équipe vers le haut sur la scène européenne ? Car c'est à des footballeurs de ce calibre-là que nous devons impérativement songer. Nous possédons bel et bien un élément qui répond à ce critère : Walter Baseggio. Mais Walt n'est plus le formidable joueur en devenir qu'il était au début de ce millénaire. Il s'est laissé vivre sous le règne de Broos. De deux choses l'une : ou bien il rebondit sous la coupe de Vercauteren, ou bien il faudra se poser des questions sur son avenir chez nous ". A l'attaque, une chose est acquise avec certitude aussi : Dindane ne fera pas de vieux os au Parc Astrid. Courtisé par Saint-Etienne et Lyon notamment, l'Ivoirien pourrait être poussé vers la porte de sortie par un de ses compatriotes cités plus haut : Koné ou Diané. Rosenberg est toujours pressenti aussi, au même titre qu'un jeune avant guyanais du Stade Brestois : Marc-Antoine Fortuné. Le PSG, lui, s'est manifesté pour Jestrovic. " Jusqu'ici, personne n'a encore fait une offre concrète ni pour Dindane ni pour Jestrovic ", concède Van Holsbeeck. " Les seuls vagues contacts ont émané de clubs anglais : Southampton pour Mbo Mpenza et Tottenham pour Wilhelmsson. Dans les deux cas, nous avons fait comprendre aux joueurs, liés par des contrats de longue durée, que leur avenir était ici, exception faite de Dindane que nous ne garderons pas. Il est exclu, en tout cas, d'assister à un remake de la saison 2000-2001 quand toute la division offensive formée de Jan Koller, Tomasz Radzinski et Bart Goor était partie. Cette année, il y aura un ou maximum deux départs dans cette ligne. Et ils seront compensés par autant d'arrivées d'une pointure similaire. Il est clair que l'argent perçu pour notre Ivoirien sera injecté dans le sportif et nulle part ailleurs. Comme son prix reste fixé à 6 millions d'euros minimum, ce n'est pas négligeable ". Bruno Govers" Depuis le changement de coach, KOMPANY ET JESTROVIC ONT CHANGé. Baseggio pas "" Anderlecht a une demi-douzaine d'Africains DANS SON VISEUR EN FRANCE "