Peu d'équipes surmontent leur rétrogradation. Mais Saint-Trond est parvenu à rejoindre l'élite au terme d'une saison au purgatoire. D'autres formations disposaient de davantage de talent, mais le club limbourgeois avait sans doute la meilleure équipe comme la direction se plaît à le répéter. Empreint de confiance, Saint-Trond attend maintenant ses confrontations avec les ténors. Son slogan ? Football, foule et feu au Staaien.
...

Peu d'équipes surmontent leur rétrogradation. Mais Saint-Trond est parvenu à rejoindre l'élite au terme d'une saison au purgatoire. D'autres formations disposaient de davantage de talent, mais le club limbourgeois avait sans doute la meilleure équipe comme la direction se plaît à le répéter. Empreint de confiance, Saint-Trond attend maintenant ses confrontations avec les ténors. Son slogan ? Football, foule et feu au Staaien. Simon Mignolet, qui fête ses 21 ans le 6 août, est une promesse du foot belge. Le gardien géant a été un verrou fiable la saison passée, derrière une défense qui a joué avec domination après une phase de rodage. En D2, Marc Wagemakers a d'abord peiné, ne serait-ce qu'à cause d'une blessure, mais il a achevé la saison en force. Il est confronté à la concurrence du jeune, rapide et vif Denis Odoi, transféré d'OHL. Dans l'axe, le premier à relancer le jeu est MarioCantaluppi, le vice-capitaine. En fin de saison, il débordait d'assurance, au point de sombrer dans la nonchalance, mais il ne tardera pas à se ressaisir à l'échelon supérieur. Son partenaire était Vincent Euvrard, qui va évoluer un cran au-dessus, dans l'entrejeu, puisque le Montois Ludovic Buysens est venu renforcer la défense. Après une année pénible chez les Hennuyers, rétrogradés, Buysens doit confirmer qu'il a le niveau d'un titulaire de D1. A gauche, le STVV n'a guère de choix : Giel Deferm (21 ans) a du talent mais a encore beaucoup à apprendre et il n'a pas de véritable doublure. Le club a sondé le marché jusqu'à ce qu'Odoi se révèle être une alternative. L'axe regorge d'expérience. Peter Delorge a vécu de nombreuses batailles, même s'il reste sur deux saisons moindres. Le capitaine va subir la concurrence de VincentEuvrard pour le poste de médian défensif. Lors de la trêve hivernale, Wim Mennes a quitté Westerlo pour les Canaris et a joué un rôle-clef, avec Delorge, dans le gain du titre. Son expérience lui permet de diriger les jeunes sur les flancs. Trois promesses entrent en compte pour une place dans l'axe : Jeroen Appeltans est un peu plus avancé que Pieter Thijs au milieu défensif. Yorick Antheunis a le handicap de la taille mais est très vif et un rien plus offensif. Cephas Chimedza est le meneur de jeu. Fort en possession du ballon, parfois nonchalant à la récupération, il est bourré d'idées. C'est la saison de la confirmation pour lui, espère-t-on. Le compartiment présente une lacune : il n'a pas assez d'extérieurs. Il n'y a pas de véritable médian droit, même si Wagemakers se débrouille bien, et encore moins de médian gauche. Idéalement, l'entraîneur Guido Brepoels procéderait en 4-3-3. C'est possible à droite avec Jonathan Wilmet, qui peut effectuer une action de l'extérieur ou converger vers l'axe et tirer. Son point faible : la défense en perte de balle. Il n'y a pas encore d'ailier gauche. Alex Da Silva a signé la semaine dernière mais il est droitier. Après des années difficiles à Genk et un temps au Brussels, il espère encore émerger. Il y a deux possibilités dans l'axe : Ibrahima Sidibe était décisif en D2. Saint-Trond a enrôlé le meilleur buteur de cette division, Hervé Onana (Waasland). Ce petit Camerounais taillé en bloc est très dangereux dans le rectangle et explosif. Grand, Sidibe a le sens du but. Les deux hommes sont avants-centres et donc concurrents. Saint-Trond a conservé l'essentiel du noyau formé la saison dernière. Il compte beaucoup de jeunes, entourés par des anciens dans l'axe, peu de nationalités différentes, ce qui soude le noyau. Le groupe est certes étriqué, avec seulement 13 ou 14 valeurs sûres complétées par des jeunes. D'ici la fin du mois d'août, des renforts supplémentaires sont attendus.par peter t'kint