Mois de juillet de merde! Et je pèse mes mots. L'enchaînement du déchaînement des éléments nous renvoie en pleine gueule tous nos excès. Nous, la société de consommation occidentale. Et je ne parle pas de cet EURO, hein. Dérisoire. Je parle de la migration économique, du Covid, du dérèglement climatique. Maintenant que ça nous touche nous, les choses vont peut-être changer. Ce n'est pas qu'on l'espère, c'est obligatoire. Mais on doute quand on voit le degré d'impuissance (au mieux), d'incompétence (au pire) de ceux qui nous gouvernent. On s'insurge, on s'indigne, et puis le quotidien reprend la main. Les habitudes, quoi. Comme la mainmise de certains sur notre football.
...

Mois de juillet de merde! Et je pèse mes mots. L'enchaînement du déchaînement des éléments nous renvoie en pleine gueule tous nos excès. Nous, la société de consommation occidentale. Et je ne parle pas de cet EURO, hein. Dérisoire. Je parle de la migration économique, du Covid, du dérèglement climatique. Maintenant que ça nous touche nous, les choses vont peut-être changer. Ce n'est pas qu'on l'espère, c'est obligatoire. Mais on doute quand on voit le degré d'impuissance (au mieux), d'incompétence (au pire) de ceux qui nous gouvernent. On s'insurge, on s'indigne, et puis le quotidien reprend la main. Les habitudes, quoi. Comme la mainmise de certains sur notre football. Souvent, on se dit que le foot va faire du bien, va ramener quelques valeurs sur le devant de la vie. Tu parles. Première journée de championnat et il y a ce Club Bruges-Eupen. Qu'est-ce que c'est que ce truc? Bordel, ça devient vraiment flippant. Ce sentiment que, selon l'équipe, le règlement sera appliqué à la lettre ou interprété. Souvent en faveur des mêmes. Très souvent Bruges. Pour les autres, ceux qui n'ont pas tous les codes pour accéder aux pouvoirs décisionnels, c'est plus compliqué. Notez, ce n'est pas beaucoup mieux au niveau de l'UEFA. Rappelez-vous ce fameux Angleterre-Danemark. La vitesse avec laquelle les quatre fonctionnaires du VAR ont validé la décision de l'arbitre, sur la toujours supposée faute sur Sterling, ressemblait vraiment à la vitesse du "con". À propos de l'UEFA, lors des dernières élections, elle nous a offert avec la Belgique une superbe farce. Neuf candidats pour huit places... And the loser is? Le président belge. Belgium 0 point. UEFA-Eurovision, même combat pour la Belgique. Sandra, reviens! Vite. Le pays dont l'équipe est classée numéro 1 mondiale au ranking FIFA n'a pas un seul représentant ni à la FIFA ni à l'UEFA. Cette humiliation, ce fiasco, demande des explications. Qui pour nous les donner? Qui pour les demander? Pas grand monde. Comme notre circonspection lors de l'élection de notre président, désormais sortant, ne fut pas très partagée. C'est le moins que l'on puisse dire. Je rappelle que c'était en plein Footbelgate... Cette élection était un signal fort des petits copains de jeu. Rien ne changera. L'UEFA saurait des choses que nous ne savons pas? Qu'est-ce qui pousse un président sortant à renoncer à sa tournée d'adieu, en forme d'EURO à la tête d'un des favoris de la compétition? And THE Question: qui pour lui succéder? Y aurait pas moyen de trouver quelqu'un de largement au-dessus de la mêlée? Mêlée est le mot. Comme en rugby, tout le monde se cache, regarde le sol en passant par son nombril. Ça chuchote, ça murmure. Rien de clair. Une mêlée belgo-belge où tout le monde est supposé jouer pour la même équipe. Mais la moitié pousse dans un sens et l'autre moitié dans l'autre. Ça n'avance pas beaucoup. Surtout l'essentiel: la crédibilité, la probité, le jeu, la jeunesse, le foot amateur. Une mêlée, vue d'en haut, ressemble à un crabe. C'est vraiment ça: un panier de crabes. Notre foot a vraiment besoin de cohérence et de compétence, qui dépassent les intérêts de quelques-uns. Soi-disant notre foot manque d'argent. Mais alors pourquoi, en 2019, 46 millions d'euros ont été "distribués" en commission d'agents? Pour info, les droits TV cette année-là s'élevaient à 80 millions d'euros. Plus de 50% dans la poche d'intermédiaires. Plus que jamais porteurs de valises. Pendant ce temps-là, la saison dernière, notre championnat n'a aligné que 11% de joueurs formés au club. 58% de joueurs étaient étrangers. Ce qui nous classait 27e sur 31 pays européens. Et, de toute évidence, l'avenir ne s'annonce pas radieux. Quoique. 57 enquêtes fiscales sont lancées contre nos clubs. Ce sera peut-être le déclic pour le retour des transferts faits, d'abord et avant tout, pour renforcer le niveau sportif des clubs. Pas le portefeuille des parasites qui gravitent dans et autour de notre football. Ne restera plus aux juges qu'à faire leur travail dans le Footbelgate. Bientôt trois ans qu'on attend. Il est temps.