Si PhilippeSaint- Jean a débarqué à Mouscron pour lancer le centre de formation durant l'été 1997, c'est parce que GeorgesLeekens avait été appelé au chevet des Diables Rouges en janvier. " Puisque la Fédération a débauché Leekens à Mouscron, j'ai débauché Saint-Jean à la Fédération ", se souvient Jean- Pier...

Si PhilippeSaint- Jean a débarqué à Mouscron pour lancer le centre de formation durant l'été 1997, c'est parce que GeorgesLeekens avait été appelé au chevet des Diables Rouges en janvier. " Puisque la Fédération a débauché Leekens à Mouscron, j'ai débauché Saint-Jean à la Fédération ", se souvient Jean- PierreDetremmerie. " Le Futurosport était un beau projet, mais il fallait l'homme-clef. J'avais porté mon dévolu sur un homme exceptionnel, Jean- MarieBaert, mais il est disparu trop tôt. J'avais déjà entendu parler de Saint-Jean, mais AndréRemy m'a définitivement convaincu de l'engager. Je ne l'ai jamais regretté : il est le père spirituel du projet et je compte d'ailleurs, très bientôt, lui faire une proposition pour le réengager. " Saint-Jean s'occupait alors des Espoirs, avec Jean- FrançoisdeSart comme adjoint. Il était en partance pour le Championnat du Monde des -20 ans, qui se disputait en Malaisie. " Suite au deal passé avec l'Union Belge, je devais abandonner les Espoirs si je voulais diriger le Futurosport ", se souvient Saint-Jean. " Ou alors, je devais me contenter d'un rôle d'adjoint. C'est comme cela qu'on a switché : de Sart est devenu le coach principal. " A l'époque, Saint-Jean était également agent de change, entraîneur de jeunes à Braine-l'Alleud et consultant pour Canal+. A son arrivée au Futurosport, il a formé un staff composé notamment de Jean- LouisLosfeld, BernardDecabooter, Jean- LucVandeweghe et DominiqueHenin. Le premier est aujourd'hui coordinateur du Futurosport (" Il est le fils spirituel de Saint-Jean ", estime Detremmerie), le second est préparateur physique de l'équipe Première de l'Excelsior, le troisième celui de Courtrai et le quatrième celui du SC Charleroi. " Je ne connaissais pas Losfeld au départ ", rappelle Saint-Jean. " C'était un petitjeune qui débutait. Decabooter, lui, était un entraîneur d'athlétisme spécialisé dans la vitesse et ne connaissait pas le football. Vandeweghe était moniteur et Henin sortait tout juste de l'école. "