Les inscriptions pour les 20 Kilomètres de Bruxelles affluent cette année encore. Le dimanche 26 mai, nous serons 35.000 au départ, compétiteurs, joggeurs fanatiques mais surtout coureurs amateurs à la recherche d'un défi. Le premier jour des inscriptions courantes, 500 personnes ont cliqué sur le bouton d'inscription à 9 heures, dès la première seconde. Il était également possible de s'inscrire sur place et le premier candidat s'est présenté devant les portes de l'organisation à 5h30 du matin.
...

Les inscriptions pour les 20 Kilomètres de Bruxelles affluent cette année encore. Le dimanche 26 mai, nous serons 35.000 au départ, compétiteurs, joggeurs fanatiques mais surtout coureurs amateurs à la recherche d'un défi. Le premier jour des inscriptions courantes, 500 personnes ont cliqué sur le bouton d'inscription à 9 heures, dès la première seconde. Il était également possible de s'inscrire sur place et le premier candidat s'est présenté devant les portes de l'organisation à 5h30 du matin. La course est un des sports les plus populaires en Belgique et par extension dans le monde entier. Le marathon de Berlin 2013 a clôturé ses inscriptions en l'espace de trois heures et demie. En 2011, aux États-Unis, 50 millions de personnes ont participé à une épreuve de course au moins, contre 13 millions l'année précédente. Les femmes sont de plus en plus nombreuses dans les courses : elles représentent 55 % des compétiteurs contre 25 % en 1990. Ce ne sont pas les épreuves qui manquent. Par exemple, le lundi de Pâques, il y a avait huit courses. Ceux qui ont déjà organisé une course connaissent les tracas qui vont de pair. Ces courses sont donc populaires, puisque des gens continuent à se donner la peine d'en mettre sur pied. Le programme Start to run a incité beaucoup de gens à courir. C'est relativement simple. Une paire de chaussures de qualité et des vêtements légers suffisent dès que le mercure dépasse les 12-14°. S'il fait plus froid, mieux vaut s'offrir des vêtements spéciaux. Le coureur a plus vite chaud que son collègue cycliste, qui doit acheter directement un matériel plus cher. La course à pied prend moins de temps que le cyclisme, en plus. Celui qui trottine 30 à 45 minutes à un rythme modéré tire un excellent profit de son effort alors que le cycliste a l'impression d'avoir à peine achevé son échauffement. Mais courir est-il bon pour la santé ? Cette pensée nous a traversé l'esprit quand, ô testostérone, nous sommes allés dans le rouge pour battre un coéquipier, dans les ultimes kilomètres de Bruxelles, au point que notre corps ne parvenait plus à émettre autre chose que des gémissements incontrôlables. Nos collègues de Bodytalk affirment que oui, du moins à condition de courir avec modération. Deux études récentes le démontrent. L'une d'elles a suivi 52.600 personnes pendant trente ans. Le degré de mortalité global des 14.000 coureurs figurant parmi eux est inférieur de 19 % à celui de ceux qui ne courent pas. Cela veut donc dire que les coureurs ont 19 % de risques de mortalité en moins que les non-coureurs du même âge. Mais cela n'est pas valable pour ceux qui parcourent plus de 32 kilomètres par semaine. Pour eux, le bénéfice est nul. Par contre, celui qui a couru entre huit et 32 kilomètres par semaine a obtenu un bonus de 25 %. Les plus grands bénéficiaires sont ceux qui ont couru à un rythme moyen de 9 à 11 km/h. Les plus rapides obtiennent un score aussi mauvais que les sédentaires. La fréquence idéale semble être de deux à cinq séances par semaine. La Copenhagen City Heart Study, qui suit 20.000 Danois depuis 1976, obtient des résultats comparables. Les joggeurs vivent six années (sic) de plus que les non-coureurs. Ils présentent un taux de mortalité inférieur de 44 % en moyenne. Ici aussi, les coureurs modérés retirent plus d'avantages de leur pratique sportive. Il s'agit de courir à un rythme calme, deux heures et demie par semaine, réparties en deux à trois séances. Alors, qu'attendez-vous ? PAR PETER T'KINT - IMAGES: IMAGEGLOBE/ PG