Depuis le 1er janvier, Sacha Daout est le nouveau directeur de la communication du Standard. L'ancien animateur de Mise au point a rejoint le club de son c£ur.
...

Depuis le 1er janvier, Sacha Daout est le nouveau directeur de la communication du Standard. L'ancien animateur de Mise au point a rejoint le club de son c£ur. Un journaliste de la RTBF débauché par le Standard, c'est un peu le monde à l'envers !Ce n'est pas le journaliste qu'ils ont choisi, mais la personne. J'ai eu la chance de nouer des liens forts avec Pierre François et Lucien D'Onofrio. Pierre avait accompli un stage dans le cabinet d'avocats de mon grand-père et laissé un excellent souvenir ! Quant à Lucien, nous nous sommes rapprochés grâce à plusieurs discussions passionnantes. Quand ils ont créé ce poste, ils ont spontanément pensé à moi. Les premiers contacts datent d'il y a quelques mois. Mon travail et mon rythme de vie vont être différents. Je connais tous les attachés de presse des ministres et des députés. Mais je serais bien incapable de citer les journalistes sportifs du Belang van Limburg ! A la RTBF, je préparais une émission par semaine. Je sais que les impératifs des journalistes sportifs sont différents. Quel sera votre rôle précis ? Repenser le modèle de Standard TV, élaborer une revue de presse, gérer la communication interne et externe, préserver des éléments du club quand la situation l'impose, surveiller ce qu'on écrit sur le Standard... Pas dans une volonté de contrôle mais pour que les bonnes informations circulent. Je ne digère toujours pas les deux affaires du télétexte de la VRT. Leurs journalistes avaient d'abord affirmé que plusieurs de nos joueurs s'étaient retrouvés dans le noyau B. Puis, ils ont encore mentionné l'organisation d'une pseudo-conférence de presse du Standard pour dire que Glen Verbauwhede avait voulu blesser Axel Witsel lors du match de Coupe. A ce jour, je n'ai toujours pas lu de correctif sur le télétexte. Votre départ a-t-il été mal perçu à la RTBF, où votre contrat vous permet de revenir ? Jean-Paul Philippot a été extraordinaire. Mes collègues ont bien accepté la nouvelle et j'ai ressenti de la surprise, voire de la jalousie chez certains. Et une personne bien placée a piqué une colère et a voulu m'écarter de l'antenne en fin d'année. Pas de problème : j'ai pris mes congés ! L'interruption de contrat me laisse une possibilité de retour, mais je me considère définitivement dehors. Et vous avez entamé votre fonction en suivant un stage intensif de néerlandais... Le Standard pense que les médias flamands doivent trouver un interlocuteur qui s'exprime dans leur langue. C'est une question de respect. C'est pareil pour nos nombreux supporters flamands, à qui je ne voudrais jamais refuser une conversation.