Voilà plusieurs semaines que l'on parle d'un certain intérêt de Saadi Kadhafi pour le Sporting de Charleroi. Des bruits, parfois farfelus comme celui qu'il n'investit que dans les clubs jouant en blanc et noir, circulent. Que le fils du colonel aime investir dans le football est connu puisqu'en Italie, il a déjà des parts à la Juventus et à la Triestina et que des négociations ont débuté voici une dizaine de...

Voilà plusieurs semaines que l'on parle d'un certain intérêt de Saadi Kadhafi pour le Sporting de Charleroi. Des bruits, parfois farfelus comme celui qu'il n'investit que dans les clubs jouant en blanc et noir, circulent. Que le fils du colonel aime investir dans le football est connu puisqu'en Italie, il a déjà des parts à la Juventus et à la Triestina et que des négociations ont débuté voici une dizaine de jours avec Perugia. Jean-Claude Van Cauwenberghe, le ministre président de la Région Wallonne, n'hésite pas aborder le sujet car 7,5 millions d'euros, ce n'est quand même pas à dédaigner surtout quand il affirme qu'il ne reste plus que 100.000 euros du dernier prêt de 2,5 millions : " Personne ne refuserait d'entrer dans une telle négociation. Mais je le ferai de manière officielle : via l'ambassadeur de Libye, j'entrerai rapidement en contact avec le gouvernement libyen. Même s'il s'agit d'une initiative privée, le régime libyen doit forcément être au courant et je lui demanderai d'officialiser un interlocuteur ". Et Saadi Kadhafi, que pense-t-il de tout cela ? Il est évidemment très discret et se méfie de tout ce que l'on dit et écrit sur lui. Ainsi il en veut à certains journaux italiens qui l'ont comparé à Udai Hussein, le fils de Saddam Hussein. Prudence oblige, même si son anglais est convenable, Saadi Kadhafi n'accorde des interviews qu'en arabe. Quand il aborde un sujet autre que le compte rendu d'un match, il fait plus confiance au traducteur qu'à sa maîtrise de l'anglais. Samedi dernier, en tant que vice-président de la fédération libyenne, il a assisté à la victoire de son équipe nationale (0-1) au Botswana et ce n'est qu'à son retour que nous avons pu, via son porte-parole, Gianluca Di Carlo, lui demander s'il avait vraiment l'intention d'investir à Charleroi.. La réponse a été claire : " C'est quoi Charleroi ? Je n'ai jamais eu aucun rapport avec ce club, ni avec aucun de ses dirigeants Le seul club belge avec lequel nous avons eu des contacts ces derniers temps à été le Club Brugeois. Et puis, que représentent 7,5 millions d'euros ? 10 % ou 100 % des parts du club ?". (N. Ribaudo)Pierre Bilic