Pourtant, dans l'euphorie de leur victoire dans la première Coupe du Roi, ils ont raté le début du championnat, sombrant dans les bas-fonds du classement de D1. La victime: le Yougoslave Rajko Toroman. Trop sévère à l'égard des jeunes, a-t-on expliqué. Pourtant, il avait des circonstances atténuantes. Quand le noyau ne compte que huit professionnels à temps plein, il faut croiser les doigts afin que les nombreuses blessures ne viennent réduire encorfe un peu plus ce nombre. Omar Sneed, Gregory Harris, Piet De Bel, Goran Starcevic: la liste des forfaits s'est allongée de semaine en semaine. Au point même qu'atteindre les playoffs semble impossible.
...

Pourtant, dans l'euphorie de leur victoire dans la première Coupe du Roi, ils ont raté le début du championnat, sombrant dans les bas-fonds du classement de D1. La victime: le Yougoslave Rajko Toroman. Trop sévère à l'égard des jeunes, a-t-on expliqué. Pourtant, il avait des circonstances atténuantes. Quand le noyau ne compte que huit professionnels à temps plein, il faut croiser les doigts afin que les nombreuses blessures ne viennent réduire encorfe un peu plus ce nombre. Omar Sneed, Gregory Harris, Piet De Bel, Goran Starcevic: la liste des forfaits s'est allongée de semaine en semaine. Au point même qu'atteindre les playoffs semble impossible. Heureusement, le club a reçu une bouée de sauvetage avec la Coupe de Belgique.Le vétéran: Andy GardinerAndy Gardiner (35 ans) dispute sa cinquième saison à Wevelgem. Il ne veut pas avouer qu'il se sent parfois seul mais le fait est que le Britannique est le seul trentenaire de l'équipe. "On sent qu'il manque un vétéran à Wevelgem", explique-t-il. "Avec l'âge, vous apprenez à mieux jauger vos possibilités. Les anciens savent comment on gagne un match, ils interviennent au bon moment, ils effectuent les bons choix. Je suis capitaine de l'équipe, certes, mais je ne suis pas de ceux qui grimpent sur les barricades en hurlant. Je préfère souffler quelques conseils à l'oreille des jeunes quand ça va moins bien. Car c'est là notre gros problème: après deux tirs ratés, ils baissent les bras". Gardiner a toujours eu de bons rapports avec Margodt mais il a eu des frictions avec Toroman: "Je comprenais mal sa philosophie. La saison passée et durant l'été, j'ai eu de nombreuses discussions avec lui, à ce sujet. D'un côté, il voulait un noyau jeune, aimant travailler avec des jeunes joueurs, mais de l'autre, il n'acceptait pas que ces jeunes commettent des erreurs. Toroman avait une approche si négative de tout! Pourtant, en-dehors du terrain, c'était un homme agréable".L'international anglais a son opinion quant à l'irrégularité de la saison de Wevelgem: "Depuis le départ de Toroman, l'ambiance s'est nettement améliorée même si les résultats sont restés décevants. La finale de la Coupe doit constituer une compensation à notre championnat raté. En matière de talent, nous soutenons la comparaison avec les formations classées de la troisième à la sixième place mais contrairement à celles-ci, nous ne parvenons pas à le montrer semaine après semaine. Notre irrégularité nous joue des tours. Notre jeune garde a besoin de temps. Pourtant, je reste convaincu que nous ne sommes pas dépourvus de chances contre Charleroi, en finale".Le jeune talent: Piet De BelPiet De Bel a des ambitions plus modestes que son capitaine: le centre de 22 ans (2.11 mètres) va disputer sa deuxième finale de Coupe d'affilée. L'année dernière, il faisait partie du noyau élargi d'Ostende, vainqueur de la Coupe et du championnat.Cette année, avec Wevelgem, il entame la partie en underdog: "Nous ne devons pas rééditer les erreurs des matches de championnat et concéder d'emblée un large retard. Si nous sommes concentrés dès le coup d'envoi, nous sommes capables de réaliser l'exploit. Nous en avons fourni la meilleure preuve dans ce match de championnat perdu contre Charleroi. En première période, nous avons pratiquement refait un retard de 17 points". De Bel domine le jeu aérien de Wevelgem, avec Sebastien Bellin (23 ans), de retour d'une aventure italienne. Les Flandriens comptent aussi d'autres talents. Tom Van de Keere (23 ans), Anthony Denoyel (23 ans), Mathias Dejaeghere (19 ans), Omar Sneed (23 ans). Mais après le départ de Toroman, il est étonnant d'entendre De Bel marteler: "Cette équipe a besoin d'un homme fort. De quelqu'un qui tape du poing sur la table de temps en temps! L'entraîneur yougoslave était trop critique à l'égard de ses jeunes, mais l'ambiance s'est améliorée depuis. Certains sont plus relax à l'entraînement. La peur a quitté notre jeu. Par exemple, nous appelons l'entraîneur actuel par son prénom, ce que personne n'osait faire avec Toroman. Ce sont des détails... Je ne pense pas que l'approche critique de Toroman était néfaste. C'était plutôt l'absence de rotation. Les jeunes avaient trop peu d'occasions de jouer. Avant le début de la saison, je pensais pourtant que c'était précisément la force de Wevelgem: nous allions profiter de l'enthousiasme d'un groupe de joueurs prometteurs. Malheureusement, nous ne formons pas un bloc assez soudé, nous nous encourageons trop peu. Nous devrions jouer comme Estaimpuis, en véritable équipe. En réalité, nous ressemblons plus au RB Anvers, qui vaut le Top trois, intrinsèquement, mais qui est également irrégulier. Nous espérons que Gregory Harris ou Omar Sneed assument un rôle de leader. Les jeunes Belges ne peuvent quand même pas le revendiquer?"L'entraîneur ad interim: Luc Margodt"Soyons réaliste: nous avons 35% de chances de gagner la Coupe", commente Luc Margodt à qui les deux défaites en championnat continuent à trotter dans la tête. "Depuis le début de la saison, nous manquons d'agressivité en défense. Voir un Julien Defossé inscrire 15 points en dix minutes m'interpelle. L'adversaire pénètre trop facilement à cause d'un mauvais travail d'équipe. J'insiste là-dessus depuis des mois. Je travaille surtout le manque de communication entre les joueurs. C'est un problème inhérent à la jeunesse et je ne vais de toute façon pas me plaindre. Tous ces garçons sont faciles à diriger et j'apprécie mon travail, même si parfois, je me ronge les sangs sur la touche". Quoi qu'il en soit, Wevelgem est une des équipes les plus spectaculaires de notre élite. Elle est troisième au classement du nombre de trois points inscrits et recèle en Omar Sneed le meilleur marqueur (20,5 points). Margodt: "Notre équipe peut atteindre le sommet de sa forme au bon moment, en finale de la Coupe. Peut-être Wevelgem trouvera-t-il plus facilement des sponsors alors et pourra augmenter son budget, pour devenir un membre du subtop? Mais nous n'avons que huit hommes pour toute une saison et sommes donc constamment menacés de surmenage. Harris revient de blessure et il doit faire des dégâts avec Sneed. J'espère que nous parviendrons à mieux impliquer De Bel dans le jeu. Nous pouvons utiliser les prochains matches de championnat pour nous préparer à la confrontation avec Charleroi".Matthias Stockmans