Durant trois décennies, Rudolf Vanmoerkerke (76 ans) a représenté Ostende et vice-versa. La semaine dernière, Mister V a démissionné de la présidence, laissant derrière lui un palmarès impressionnant: neuf titres de champion, onze Coupes de Begique et une renommée européenne grandissante.
...

Durant trois décennies, Rudolf Vanmoerkerke (76 ans) a représenté Ostende et vice-versa. La semaine dernière, Mister V a démissionné de la présidence, laissant derrière lui un palmarès impressionnant: neuf titres de champion, onze Coupes de Begique et une renommée européenne grandissante. Vous paraissez serein...Je le suis parce que ma démission est un soulagement pour moi. Je ne me sentais plus bien dans la structure actuelle du club, en devant partager le pouvoir avec M. Vande Lanotte. J'ai toujours été un président qui savait tout et qui décidait de tout. Je n'éprouvais plus de plaisir dans ma fonction depuis quelque temps. J'ai donc pris ma décision en toute sérénité.Quand la situation est-elle devenue intenable?Jusqu'à la fin du championnat, il n'y avait pas d'ombre au tableau. Nous avons travaillé en parfaite harmonie et choisi les joueurs. Les tensions ont commencé lors de la composition de l'équipe pour cette saison. Pour le poste de coach, j'avais dit à McCarthy qu'il pourrait rester s'il remportait un trophée. Ce n'était pas sur papier et Vande Lanotte songeait plutôt à Dirk Bauermann. Je lui ai dit: -Si tu veux éviter une crise, on garde McCarthy. Je considère cependant Johan Vande Lanotte comme mon meilleur transfert. Sans lui et l'apport financier qu'il représente, nous serions peut-être simplement dans le ventre mou du championnat. Le futur du club est-il assuré?Plus que jamais. Avec un budget de 115 millions de francs (2,85 millions d'euros) et des sponsors qui s'engagent à long terme, je ne pense pas qu'on court de gros risques. Et si le club devait se retrouver dans le besoin, je referais ce que j'ai fait pendant 35 ans!Le monde du basket belge estime qu'il faut faire appel à votre expérience.C'est un peu exagéré. J'ai réalisé cette carrière dans le basket avec grand plaisir. J'ai traversé des mauvais moments mais j'en ai toujours retiré plus que ce que j'ai donné. J'ai toujours apprécié le basket en tant que sport mais c'est la volonté de réaliser des choses, de les mettre en oeuvre, qui m'a donné des ailes. J'ai aussi d'autres centres d'intérêt: tous les sports, l'opéra, le théâtre, les livres, l'art. C'est une chance que j'ai à mon âge: celle de ne pas m'attarder sur le passé. Je suis déjà tourné vers demain.