1 Tu viens de passer près de 20 ans à Lokeren et tu pars à Gand en froid avec le président. Ça restera une cicatrice de ta carrière ? Surtout que tu n'es pas un homme de conflits !

Effectivement, ça a été très difficile ! Je peux comprendre que Roger Lambrecht soit déçu mais je ne comprends pas sa réaction. Je ne comprends pas qu'il n'accepte pas mon choix, et surtout, ça me fait mal de n'avoir reçu aucun remerciement alors que pendant toutes ces années, j'ai tout donné pour Lokeren. Comme joueur puis comme entraîneur, j'ai toujours fait le maximum. Le fait que Gand soit une équipe rivale, ça joue évidemment dans la réaction de Lambrecht, il n'empêche que j'aurais aimé m'en aller dans une autre ambiance. On n'a plus eu de contact entre-temps. Ça se fera peut-être, mais là, c'est encore trop frais pour qu'on envisage de se mettre à table....

Effectivement, ça a été très difficile ! Je peux comprendre que Roger Lambrecht soit déçu mais je ne comprends pas sa réaction. Je ne comprends pas qu'il n'accepte pas mon choix, et surtout, ça me fait mal de n'avoir reçu aucun remerciement alors que pendant toutes ces années, j'ai tout donné pour Lokeren. Comme joueur puis comme entraîneur, j'ai toujours fait le maximum. Le fait que Gand soit une équipe rivale, ça joue évidemment dans la réaction de Lambrecht, il n'empêche que j'aurais aimé m'en aller dans une autre ambiance. On n'a plus eu de contact entre-temps. Ça se fera peut-être, mais là, c'est encore trop frais pour qu'on envisage de se mettre à table. Il faut rester réaliste, on sait qu'en n'étant pas tête de série, on va tirer du lourd. Réaliste, mais ça ne doit pas nous empêcher d'être ambitieux. Personne ne donnait la plus petite chance à Lokeren d'éliminer Hull City, on l'a fait. Personne n'imaginait qu'on prendrait 10 points sur 18 en Europa League, on l'a fait. Personne ne pensait que Lokeren pourrait gagner la Coupe de Belgique, on l'a fait deux fois. Personne ne voyait Gand champion, ils l'ont fait... Cette équipe ne sera favorite dans aucun de ses matches mais on va essayer de grappiller quelques points à gauche et à droite. Après toutes les expériences récentes avec des coaches belges, on doit arrêter de parler de phénomène de mode ! Prends Hein Vanhaezebrouck, Michel Preud'homme, Peter Maes, Felice Mazzu, Yves Vanderhaeghe,... On a maintenant plusieurs Belges qui se battent pour gagner des prix à la fin de la saison, c'est une preuve qu'on travaille très bien ici. Pendant très longtemps, on a quand même considéré qu'un entraîneur étranger était presque d'office un dieu et qu'il allait tout changer. Rien que le fait d'avoir modifié cette perception, c'est une victoire. Oh ce stade... Magnifique. Phénoménal. Hors du commun. Le plus beau en Belgique. Oui, on y perd son chemin parce qu'il est imposant. Mais je veux signaler deux choses. Un : ce n'est pas parce que tu es champion et que tu as le plus beau stade que ça va automatiquement rouler la saison suivante. Le challenge pour Gand est de refaire aussi bien mais ça ne va pas être simple. Deux : on ne m'entendra jamais critiquer Lokeren sous prétexte que c'est un club plus régional, avec moins de moyens et des installations complètement différentes de la Ghelamco Arena. Ce n'est pas demain que j'attraperai la grosse tête. Je sens ici que le fait d'avoir doublé le grand rival dans la dernière ligne droite du championnat a encore ajouté au bonheur ! Il faut savourer mais on ne peut surtout pas manquer de respect à Bruges. Anderlecht, le Club, le Standard, ils ont accumulé les titres. Gand n'en est qu'à son premier. Donc, interdiction de rigoler de l'ennemi. On pourra peut-être le faire dans cinq ans si on a été encore cinq fois champions, pas avant... Tu te moques de l'autre et ça te revient comme un boomerang. Tout va tellement vite dans le foot. Regarde où était Genk il n'y a pas si longtemps. Et où il est maintenant. Rudi Cossey (53 ans) a fait partie du staff de Lokeren presque sans interruption depuis 1995. Il vient de passer à Gand comme adjoint. PAR PIERRE DANVOYERudi Cossey " Interdiction pour Gand de rigoler de Bruges. On pourra le faire dans cinq ans s'il y a encore eu cinq titres entre-temps. Pas avant. "