Atteint par la limite d'âge, " la date de péremption " comme il dit, Freddy Kusters (65 ans) fermera ce matin à 9 heures pour la dernière fois la porte de son bureau du Palais des Congrès à Liège où il sera remplacé par PierreCapart. Un départ qui laissera un vide immense dans les oreilles des auditeurs liégeois de la RTBF radio puisque cela faisait 30 ans qu'il présentait les informations du pet...

Atteint par la limite d'âge, " la date de péremption " comme il dit, Freddy Kusters (65 ans) fermera ce matin à 9 heures pour la dernière fois la porte de son bureau du Palais des Congrès à Liège où il sera remplacé par PierreCapart. Un départ qui laissera un vide immense dans les oreilles des auditeurs liégeois de la RTBF radio puisque cela faisait 30 ans qu'il présentait les informations du petit matin, avec des interventions dans les journaux de 6 h 30, 7 h 30 et 8 h 30. " Je pense que je ne pourrai jamais faire la grasse matinée ", dit-il. " Même le week-end, je suis éveillé dès 4 heures du matin ". Ceux qui connaissent son goût pour la fête en déduiront que Freddy ne dort jamais beaucoup non plus. " Ce goût pour la troisième mi-temps, c'était ma force ", raconte ce bonhomme dont la voix était très appréciée mais à qui, à Bruxelles surtout, on reprochait parfois d'être trop porté sur une région liégeoise qu'il a toujours défendue bec et ongles. Ce qui ne l'a pas empêché d'être également journaliste sportif national, un statut qu'il a perdu lors du déménagement de Vivacité à Mons, car il avait alors tenu à rester au bureau de Liège. Les auditeurs de Liège Matin et de LiègeSoir auront toutefois encore l'occasion de l'entendre deux fois par semaine puisqu'il tiendra une chronique sportive dans ces émissions. Pour occuper sa retraite, Freddy ne manque pas d'idées. Il vient de s'acheter un appareil photo numérique et son... premier ordinateur. " J'avais toujours refusé de taper mes billets sur PC car je mesurais parfaitement moi-même le temps d'antenne ", explique-t-il. Il va aussi tenir un herbier et se mettre à la peinture : " J'ai toujours eu un bon coup de crayon. Je crois que c'est héréditaire car ma mère et ma fille peignent et dessinent très bien aussi. Mais je cherche encore un style " Sportif dans l'âme et dans le corps, il a abandonné le rallye mais espère que l'âge de la retraite ne le privera pas de sa place de titulaire dans l'équipe de futsal de la RTBF, où il évolue toujours comme gardien de but. Et il deviendra sous peu président de Tilleur-Saint-Gilles, le club d' Ido Cremasco, qu'il espère voir monter en 1re Provinciale. " Tilleur en honneur ne doit plus être un slogan mais une réalité ", clame-t-il. P. SINTZEN