FORCES ET FAIBLESSES

Créer une équipe de Super League en quatre mois. Tel est le défi que le Sporting de Charleroi s'est lancé en avril dernier. Après avoir accueilli la Girls Football Academy de Monceau, le squad zébré a dû se construire un noyau à partir de rien. Usant surtout du réseau de ses joueuses (et de quelques agents), Charleroi est parvenu à mettre sur pied une équipe qui misera à fond sur une saine agressivité et du caractère pour se démarquer face à des clubs déjà bien en place. Sur l'effet de surprise aussi. Ni les locales, ni les joueuses issues de l'étranger ne sont connues sous nos latitudes, ce qui pourrait constituer une force.
...

Créer une équipe de Super League en quatre mois. Tel est le défi que le Sporting de Charleroi s'est lancé en avril dernier. Après avoir accueilli la Girls Football Academy de Monceau, le squad zébré a dû se construire un noyau à partir de rien. Usant surtout du réseau de ses joueuses (et de quelques agents), Charleroi est parvenu à mettre sur pied une équipe qui misera à fond sur une saine agressivité et du caractère pour se démarquer face à des clubs déjà bien en place. Sur l'effet de surprise aussi. Ni les locales, ni les joueuses issues de l'étranger ne sont connues sous nos latitudes, ce qui pourrait constituer une force. Par contre, celles-ci ne se connaissent que depuis six semaines et n'ont encore joué qu'une poignée de rencontres ensemble. Faute de disposer d'automatismes rodés ou d'une réelle connaissance de la Super League, il s'agira de se montrer prudent dans un 4-3-3 défensif. Une tactique safe qui pourrait évoluer en fonction de ce que montrera le groupe et de l'expérience qu'il acquerra en cours de saison. Débarqué à Charleroi après le (très) court mandat de Philippe Venturoso (un petit mois seulement), Tiziano Rutilo a fait parler son expérience de coach en foot féminin. Actif à Auderghem une saison, avant de passer deux ans sur le banc du Fémina White Star (avec une montée de P1 à la D2 en prime), le Bruxellois de 37 ans relève un gros défi dans sa jeune carrière. Le club veut construire un projet allant de la P3 à la Super League et se donne trois ans pour y parvenir. En attendant, l'objectif est d'évoluer pas à pas, mais également de permettre à des jeunes de la région de grimper les échelons jusqu'à l'élite, et de convaincre les joueuses approchées ces dernières semaines que le projet carolo tient la route. Niveau classement, les Hennuyères veulent finir devant les trois autres petits nouveaux cette saison, Alost, le White Star et Zulte, qui possèdent toutefois un historique bien plus riche. Le Sporting est peut-être jeune, mais certainement pas dénué d'ambition.IN Yulia Petelca & Lou Periquet (RSCA Women), Aleizia Van T'hof, Alessia Teresi & Sara Missair (Standard Fémina), Ambre Collet, Mégane Vos, Delphine Préaux & Julie Challe (Tertre-Hautrage), Estelle Dessilly (FC Flénu), Chrystal Lermusiaux (Lille, Fra), Madison Hudson, Noémie Fourdin & Jessica Valdebenito Silva (Fémina White Star), Yasaman Farmani (Iran), Inès Dhaou (Toulon, Fra), Ludmila Matavkova (Slovan Bratislava, Svk), Ylenia Carabott (Chievo Fortitudo Women, Ita), Yasaman Farmani (Malavan, Irn). OUT - Il a été compliqué à constituer, mais le noyau carolo renseigne une sacrée joueuse : Inès Dhaou. Internationale à une reprise en 2005 (avec un but sur péno à la clé !), alors qu'elle n'avait que 17 ans, la Française a porté les maillots du PSG, Juvisy, et surtout de Lyon en 2009-2010, année de finale de Ligue des Champions pour le club. Si elle ne parvient pas à se tailler une place dans l'effectif rhodanien, cet intérêt lyonnais prouve que le talent est bel et bien présent chez la néo-Carolo. Formée à Clairefontaine, notamment, la Toulonnaise de 32 ans doit apporter son intelligence et sa maturité tactique, mais aussi son leadership naturel à une toute jeune équipe. Sa technique devrait illuminer le milieu de terrain zébré. Et la Super League ?