LE NOUVEAU: SERGIO GÓMEZ

La vente au montant surréaliste d' Ousmane Dembélé donne forcément des idées. Dans la foulée du départ du dribbleur français au FC Barcelone, Dortmund décide de faire du trading de jeunes joueurs sa nouvelle politique, et écume les catégories d'âge et les championnats inférieurs pour rassembler dans la Ruhr les meilleurs prospects de demain. Cette stratégie, qui voit débarquer chez les Schwarzgelben des talents comme Emre Mor, Alexander Isak ou Jadon Sancho, incite les dirigeants à poser trois millions sur la table du Barça en janvier 2018 pour s'offrir les services d'un certain Sergio Gómez.
...

La vente au montant surréaliste d' Ousmane Dembélé donne forcément des idées. Dans la foulée du départ du dribbleur français au FC Barcelone, Dortmund décide de faire du trading de jeunes joueurs sa nouvelle politique, et écume les catégories d'âge et les championnats inférieurs pour rassembler dans la Ruhr les meilleurs prospects de demain. Cette stratégie, qui voit débarquer chez les Schwarzgelben des talents comme Emre Mor, Alexander Isak ou Jadon Sancho, incite les dirigeants à poser trois millions sur la table du Barça en janvier 2018 pour s'offrir les services d'un certain Sergio Gómez. Deux mois plus tôt, le gaucher installé au sein de la prestigieuse Masia depuis 2010 est revenu d'Inde avec le Ballon d'argent de vice-meilleur joueur du Mondial U17, seulement devancé par Phil Foden. Le statut convainc Dortmund, qui promet au joueur un rôle plus important qu'à Barcelone, où il est seulement intégré au noyau B. Il n'y aura pourtant que sept minutes jouées en Bundesliga, avant un prêt de deux saisons à Huesca. Formé comme attaquant, puis reculé dans le jeu à cause de statistiques trop faméliques, l'Espagnol affiche une maîtrise technique au-dessus de la moyenne et une faculté à effacer des adversaires dans la densité grâce à une ceinture élastique. Des qualités qui le font alterner entre le coeur du jeu ou le flanc, selon les idées de son coach. Impliqué dans les tâches défensives, au point d'être essayé par Vincent Kompany à l'arrière gauche lors de ses débuts en Mauve, Gómez peut en tout cas se targuer d'avoir une feuille de route hors normes. Au-delà du statut, est-ce un coup cohérent dans le style de jeu implanté par Vincent Kompany à Anderlecht ces derniers mois? Le profil est alléchant, la future fonction dans le jeu bruxellois un peu moins. Reste à voir si l'adage qui veut qu'on trouve toujours une place pour les bons joueurs se confirmera. 1. Prince à deux roues Est-ce la saison de la Grande Boucle, ou bien l'air des Pays-Bas? Avec son staff dans la roue, c'est en tout cas à vélo que Vincent Kompany a fait les allers-retours entre l'hôtel et le terrain d'entraînement lors du stage des Mauves de l'autre côté de la frontière. 2. Concurrence déloyale? L'attitude de Bruges n'a pas fait plaisir à Wouter Vandenhaute, qui ne s'est pas privé de le signaler dans les colonnes du Morgen: "À chaque fois qu'on commence à négocier avec un joueur, il reçoit immédiatement une offre de Bruges." L'annonce du retour d'un duel au sommet? 3. Patron d'entrée Wesley Hoedt a eu les honneurs du brassard de capitaine dès sa première sortie amicale sous le maillot mauve. Un baptême fêté en provoquant un penalty, heureusement sauvé par Bart Verbruggen. Puisque Zeno Debast s'est retrouvé lancé dans le grand bain pour le sprint final du dernier championnat, et que Mario Stroeykens a déjà eu droit à ses premières apparitions professionnelles en mauve, les talents méconnus doivent se trouver un peu plus bas dans la hiérarchie de Neerpede. Présent avec le groupe de Vincent Kompany lors de la préparation, Nayel Mehssatou a le profil de l'invité-surprise. Formé comme milieu relayeur, mais longtemps bloqué par un gabarit assez frêle et un jeu arrêté quand le ballon n'était plus dans les pieds de son équipe, le joueur très à l'aise des deux pieds revient métamorphosé d'un stage avec les U17 chiliens, pays de sa mère. Sa nouvelle mentalité de guerrier convainc Craig Bellamy et Kompany de le transformer en arrière latéral capable de rentrer dans le milieu pour créer le surnombre, comme Vince The Prince aime le faire avec l'un de ses latéraux. Pas le plus rapide, mais très agile avec le ballon et désormais malin dans les duels, Mehssatou pourrait vite débouler dans la hiérarchie sur les côtés.