Bonne année ?

"Tout est pardonné ". Ce n'est pas seulement le titre d'une Une historique de Charlie Hebdo, c'est aussi le sentiment qui circule chez des supporters privés d'ivresse depuis deux ans. Le classement indigne des Mauves dans le championnat raboté, c'était hier. Le retour de Vincent Kompany, la politique des jeunes, tout ça les a aidés à être indulgents.
...

"Tout est pardonné ". Ce n'est pas seulement le titre d'une Une historique de Charlie Hebdo, c'est aussi le sentiment qui circule chez des supporters privés d'ivresse depuis deux ans. Le classement indigne des Mauves dans le championnat raboté, c'était hier. Le retour de Vincent Kompany, la politique des jeunes, tout ça les a aidés à être indulgents. Mais maintenant, il faut y aller. Plus d'excuses. Le Sporting a réussi (en tout cas jusqu'à présent) à conserver ses plus belles pépites. C'est déjà un petit exploit. Il y a même eu l'une ou l'autre prolongation. C'est tout bon. La campagne de préparation a révélé une vraie solidité défensive, peu de buts ont été encaissés. Que ce soit avant ou après la blessure de Vincent Kompany. C'est un changement énorme par rapport à l'été et à l'automne 2019. Hendrik Van Crombrugge râle qu'on ne l'augmente pas et évoque un départ possible, mais il reste devant le nouveau, Timon Wellenreuther. Le forfait de Kompany pour le début de championnat est éclipsé par le niveau confirmé de plusieurs jeunes défenseurs : Elias Cobbaut, Derrick Luckassen, Killian Sardella, Michael Murillo,... Dès qu'il s'est blessé, Kompany a repris sa casquette de coach, de parrain des défenseurs pubères, pour les récents matches amicaux. La ligne médiane, ce sont trois certitudes et deux énigmes. Si tout le monde est fit, tout semble clair dans l'esprit de Frank Vercauteren : les places sont pour Peter Zulj, Albert Sambi Lokonga et Michael Vlap. L'Autrichien et le Néerlandais ont mis du temps pour vraiment trouver leur rythme chez nous, mais ce qu'ils montrent depuis quelques semaines est très encourageant. Alors que le petit Albert reste un des joueurs les plus prometteurs du club. Et donc, deux énigmes. La première, c'est Adrien Trebel. Il doit partir depuis des mois, mais il a continué à jouer de temps en temps en préparation. Va-t-il encore devoir dépanner ponctuellement, comme il l'a (rarement) fait la saison dernière ? Il n'a plus trop la tête à Bruxelles et on voudrait le voir dégager, rien que pour épargner son gros salaire, mais ça n'a toujours pas bougé. Mais la plus grande énigme, c'est Yari Verschaeren. Il y a un an, il était une attraction fatale de notre foot. Entre-temps, il a eu un peu de mal. Et il n'a pas su profiter des matches amicaux pour montrer qu'il était redevenu l'ouvre-boîtes foufou de ses premiers matches chez les pros. Les buts sur des actions construites ont été très rares en prépa. Anderlecht a actuellement trois vrais numéros 9. Mais aucun ne crève l'écran. Kemar Roofe, Laandry Dimata (enfin redevenu joueur de foot) et Antoine Colassin briguent la place tout devant. Aucun n'a vraiment marqué de points jusqu'ici. Si le club fait une grosse dépense dans les prochaines semaines, ça devrait être pour ce poste-là. Ça devra être pour ce poste-là ! Francis Amuzu, Jérémy Doku, Zakaria Bakkali (oui, il joue encore), c'est un talent au-dessus de la moyenne. Mais pas des buteurs pur jus. Il y a aussi le jeune Ilias Takidine, qui vient de débarquer. On en dit le plus grand bien. Mais il n'est clairement pas encore prêt pour les grandes échéances.