LOSC 2

L'Excel qu'on va découvrir n'a plus rien à voir avec l'Excel de la saison passée. C'est comme ça, déjà, dans les bureaux. On a maintenant un propriétaire sur lequel on peut mettre un visage. Ça faisait longtemps. Gérard Lopez, président de Lille, n'a pas caché ses intentions. Mouscron doit devenir un terreau pour une kyrielle de joueurs du LOSC, des jeunes prometteurs qui sont encore trop tendres pour la Ligue 1. Ils sont censés soit progresser pendant un an pour être prêts pour les choses sérieuses avec l'équipe française, soit se mettre en vitrine pour être vendus. On nous dit en ...

L'Excel qu'on va découvrir n'a plus rien à voir avec l'Excel de la saison passée. C'est comme ça, déjà, dans les bureaux. On a maintenant un propriétaire sur lequel on peut mettre un visage. Ça faisait longtemps. Gérard Lopez, président de Lille, n'a pas caché ses intentions. Mouscron doit devenir un terreau pour une kyrielle de joueurs du LOSC, des jeunes prometteurs qui sont encore trop tendres pour la Ligue 1. Ils sont censés soit progresser pendant un an pour être prêts pour les choses sérieuses avec l'équipe française, soit se mettre en vitrine pour être vendus. On nous dit en tout cas au Canonnier que ce sont pour la plupart des joueurs que l'Excel n'aurait pas pu se payer s'il n'y avait pas ce nouveau partenariat avec le LOSC. Si on part du principe que l'équipe qui a récemment battu le RWDM est l'équipe-type pour le départ de la saison, on y trouve cinq joueurs prêtés par Lille : Imad Faraj, Saad Agouzoul, Charles-Andreas Brym, Dally Nlandu et Virgiliu Postolachi. Et ce ne sont même pas les seuls nouveaux qui devraient entamer le championnat. Il y a aussi MatÍas Silvestre, le défenseur central argentin qui facture plus de 300 matches en Serie A. Il est carrément passé (brièvement) par les deux clubs de Milan. Il est censé devenir le nouveau patron de l'Excel. Parmi les nouveaux venus qu'on devrait aussi voir dans l'équipe de base, il y a aussi Beni Badibanga, à la recherche d'une relance après son aventure mitigée avec Waasland-Beveren. S'il y a autant de nouvelles têtes, c'est forcément parce que Mouscron a perdu énormément de titulaires durant cet été. C'était inévitable à partir du moment où il y avait beaucoup de gars en prêt pour une seule année. Diogo Queiros, Aleix García, Kevin Wimmer, Stipe Perica, Jonah Osabutey : ils ont tous rejoint (peut-être provisoirement) les grosses écuries qui les avaient parqués chez nous - Porto, Manchester City, Stoke, Udinese, Brême. Il fallait aussi remplacer numériquement des joueurs en fin de contrat comme Jérémy Huyghebaert, Frank Boya et Nathan de Medina (qui a obtenu un transfert surprenant en Bundesliga). Ainsi que Jean Butez, devenu trop grand pour l'Excel. Bref, une saignée colossale. Avec tous les nouveaux qu'il a entraînés au LOSC, Fernando Da Cruz entend développer un jeu à la française, un football offensif, bien construit. Il cherchera à développer le style lillois : on cherche la faille, patiemment, puis on met le nez à la fenêtre. Ce coach avait déjà laissé une très bonne impression à Mouscron quand il avait fait un intérim lors de la première collaboration avec le LOSC, et on entend qu'il a encore bien progressé entre-temps dans le Nord, notamment au contact de Marcelo Bielsa. Grosse différence avec l'ère 1 du partenariat LOSC - Excel : tout est centralisé dans le Hainaut, et donc l'équipe s'entraînera presque exclusivement au Canonnier et au Futurosport, plus à Luchin. Ce que les supporters reprochaient à la direction à l'époque.