(R)évolution

Devoir se préparer pour un marathon mais devoir prévoir en même temps un sprint (la finale de la Coupe) pour lequel les nouveaux arrivés ne sont pas qualifiés : Ivan Leko a été confronté à ce problème bien particulier pendant la préparation.
...

Devoir se préparer pour un marathon mais devoir prévoir en même temps un sprint (la finale de la Coupe) pour lequel les nouveaux arrivés ne sont pas qualifiés : Ivan Leko a été confronté à ce problème bien particulier pendant la préparation. L'équipe a dû s'adapter à deux systèmes. Le nouvel Antwerp procède en 3-4-3 ou en 3-5-2. Les ailiers jouent un rôle essentiel. Dans un 3-5-2, on a Aurélio Buta à droite et Simen Juklerød à gauche. Leko leur demande de se concentrer d'abord sur le boulot offensif. Buta est resté pour la finale de la Coupe. Pour la suite, c'est beaucoup moins sûr. Dans un 3-4-3, il y a beaucoup de qualité sur le côté droit avec Ivo Rodrigues et Benson Manuel. À gauche, c'est autre chose. Amara Baby n'est plus là et il est impossible de dire comment va évoluer le dossier Lamkel Zé. Leko n'est pas réputé pour apprécier les joueurs indisciplinés. Bref, un ailier supplémentaire ne serait pas superflu. Quoi qu'il en soit, personne ne regrettera le départ de Kevin Mirallas, qu'on peut cataloguer comme la plus grande déception de la saison dernière. Aux débuts anversois de Laszlo Bölöni, l'accent était d'abord mis sur le jeu défensif. À la fin de son règne, c'était encore le cas quand l'attaque avait un coup de mou. On ne peut pas compter à tout moment sur Dieumerci Mbokani ou Lior Refaelov, deux gars qui ont très largement passé le cap de la trentaine et peuvent manquer de fraîcheur à certains moments. Au terme de discussions compliquées, Mbokani a reçu un nouveau contrat d'une saison. Et Refaelov entame la dernière année du sien. Le Congolais reste une certitude dans l'équipe de départ (mais il est le seul vrai attaquant de pointe, donc il y aura une arrivée prochainement), tandis que l'Israélien sent dans sa nuque le souffle de Koji Miyoshi, débordant d'énergie et hyper rapide. À Anvers, on a eu l'intelligence de préparer le Japonais dès la saison dernière, même si ça a parfois été compliqué à cause de ses soucis physiques. Ce fut à nouveau le cas pendant la préparation. Sander Coopman s'est blessé aux croisés pendant la prépa et on ne le reverra pas avant plusieurs mois. La première mission de Leko est de trouver un nouvel équilibre défensif. Sinan Bolat, Dino Arslanagic et Wesley Hoedt ne sont plus là : c'est tout l'axe qu'il faut remplacer. Ajoutez à cela les pépins physiques rencontrés par Faris Haroun, et ça fait beaucoup de problèmes à régler. Pour la place dans la cage, Jean Butez devrait ferrailler avec Alireza Beiranvand, arrivé assez tard. Pour les postes dans l'axe défensif, il y a assez de joueurs, mais ce sont essentiellement des droitiers. Dylan Batubinsika et Abdoulaye Seck ont vu revenir Júnior Pius, qui a été out pendant une saison complète. Pour cimenter ce compartiment, Leko mise sur Ritchie De Laet, qui a profité de la saison dernière pour passer de l'arrière droit à l'arrière gauche. Il y a assez de monde pour peupler la ligne médiane, en tout cas dans l'axe. Avec Frank Boya et Martin Hongla, ça ne manque ni de taille ni de puissance. Haroun et Alexis De Sart sont censés assurer les infiltrations. Et Birger Verstaete a le tempérament de pitbull qu'on n'a jamais retrouvé chez Steven Defour.