Anderlecht possède malgré tout -et de loin- le noyau le plus classieux de D1. S'il se retrouve largué à ce point, c'est qu'il y a autre chose. La direction du club, si elle fait bien son travail, va devoir trouver. Ou alors, elle doit démissionner.
...

Anderlecht possède malgré tout -et de loin- le noyau le plus classieux de D1. S'il se retrouve largué à ce point, c'est qu'il y a autre chose. La direction du club, si elle fait bien son travail, va devoir trouver. Ou alors, elle doit démissionner.Qu'est-ce qui a cloché finalement? Les blessures, la malchance, les arbitres, l'entraîneur? On a déjà épuisé les sujets, mais il y en a un qui n'a été qu'effleuré jusqu'à présent: le manque de grosses personnalités dans l'équipe. En commençant par le banc. Walter Baseggio trimballe toujours sa graisse de bébé. Désolé, mon vieux, mais la dolce vita ne cadre pas avec le profil d'un Footballeur Pro. Et comme Alin Stoica n'a pas encore trouvé sa place sur le terrain, comment peut-il booster une équipe? VDH, a la modestie en rapport avec son talent mais ce n'est pas en s'excusant qu'on est un gagnant. Nenad Jestrovic, lui, a mis bien trop de temps à revenir en pleine condition... comme s'il avait été opéré des ligaments croisés aux deux genoux. Et Dindane serait bien intentionné en songeant à la passe qu'il veut faire avant de commencer à dribbler et de réagir d'instinct à trop de points de vue. Finalement, les seuls qui en ont eu dans la sacoche cette année ont été Glen De Boeck et Filip De Wilde. Ils ont peut-être réagi le plus sainement possible sur le plan psychologique en votant contre! Si Mornar et Ilic avaient été en forme toute la saison, le résultat global aurait été meilleur. Peut-être. Et Gilles De Bilde? Il est redevenu quasi égal à lui-même, mais qu'est-ce que ça a pris comme temps! Ce n'est pas lui non plus qui peut toujours prêcher le bon exemple. Alors, ces Anderlechtois? Trop tendres à plein de points de vue? Il y a du travail à l'intersaison. Comme par hasard lors des années mauves d'un Marc Degryse, qui est en train de terminer sa tournée d'adieux. Evidemment, Degryse était entouré de gars comme Nilis, Bosman, Albert, Rutjes... Des clients à aucun point de vue? Voire: Lucky Luc trimballait une étiquette un peu soft par momemts et Degryse avait la réputation de choisir ses matches et d'épargner ses tibias. Une fois encore: si on compare les époques, on ne doit pas penser que le noyau d'alors recelait plus de classe pure que l'actuel. La question est donc de savoir si le caractère vient avec l'âge. Difficile à répondre; tellement il doit faire partie des qualités du footballeur. Evidemment, les surdoués ont tendance à avoir moins de caratère que les sous-doués. Mais Degryse a manifesté de plus en plus de caractère dans sa carrière et Anderlecht, s'il décide de garder les Stoica, Baseggio et autres Dindane, doit espérer constater le même phénomène chez eux.John Baete, ,