A 34 ans, Ronny Gaspercic n'a disputé qu'une rencontre européenne et un duel en coupe avec le Betis la saison dernière. Mais le Limbourgeois a choisi de rester à Séville pour sa dernière année de contrat.
...

A 34 ans, Ronny Gaspercic n'a disputé qu'une rencontre européenne et un duel en coupe avec le Betis la saison dernière. Mais le Limbourgeois a choisi de rester à Séville pour sa dernière année de contrat. Ronny Gaspercic : La déception est grande. Après notre superbe premier tour, tout le monde croyait alors à une qualification pour la Ligue des Champions. Mais ces derniers mois, le club ressemblait davantage à une infirmerie qu'à une équipe de football. Je pense que dix ou onze joueurs ont dû subir une opération. C'était trop et c'est ce qui nous a coûté l'Europe. Nous avons payé les blessures au prix fort, en ne prenant que très peu de points après la trêve, ce qui nous prive d'un ticket UEFA. L'adaptation à une nouvelle méthode d'entraînement et à la manière de travailler du nouveau coach ont aussi pesé dans la balance. Un coach à l'esprit très offensif. Il veut beaucoup de touches de balle, du foot en un temps et jouer à fond la possession. Au premier tour, cela a réussi au-delà des espérances. Mais lorsque les choses ont commencé à tourner carré, il n'a pas voulu s'adapter. Il s'en tient de préférence au même onze de base. Ce qui est une erreur, je pense, car l'équipe avait vraiment besoin de sang neuf. Absolument, parce que nous n'avons pas encore tiré le maximum de notre potentiel. Espérons que nous pourrons conserver notre meilleur buteur Fernando Fernández, loué au Real Madrid. Je pense que les arrivées vont plutôt se situer dans le contexte d'un élargissement du noyau, de façon à pouvoir décrocher un ticket européen en luttant sur plusieurs fronts. Pourquoi pas ? L'entraîneur a longtemps maintenu sa confiance en Antonio Prats, le capitaine. Mais il n'a pas connu une saison très régulière et je pressens que j'aurai ma chance. Il y avait de l'intérêt de la part du Rayo Vallecano - pour servir de monnaie d'échange avec Michel - et de la part de quelques autres clubs à l'étranger. Mais l'entraîneur s'est opposé à mon départ. Toutes ces manifestations d'intérêt à mon égard m'ont un peu étonné, moi le réserviste de luxe. Je sens qu'ils comptent sur moi au Betis, même si je ne représente pas une solution d'avenir ! C'est ce qu'on me raconte. Ils sont ravis de mon état d'esprit positif. C'est la raison pour laquelle ils veulent me garder. La saison prochaine sera compliquée, c'est ce qui me motive. La direction et le staff technique n'accepteront plus que Prats soit aussi irrégulier. (F. Vanheule)