Le Deportivo La Corogne, champion en titre, poursuit sur sa lancée?
...

Le Deportivo La Corogne, champion en titre, poursuit sur sa lancée?Ronny Gaspercic: Il a un large noyau, un bon banc et un brillant entraîneur en la personne de Javier Irureta. Il méritait de vaincre le Real Madrid, comme il l'avait d'ailleurs déjà réussi au Camp Nou contre Barcelone. Ce sont là de fameuses références. La Corogne est impressionnante. Elle est devenue nettement plus régulière. Elle a posé les jalons de plusieurs saisons. Djalminha reste sa vedette. Il est susceptible de faire la différence à tout moment, grâce à son tir à distance, son aisance devant le but et son dribble raffiné. Il émarge à la classe mondiale mais il a un caractère particulier. Roy Makaay me plaît aussi. Il est très en forme. Il saisit des deux mains chaque occasion d'évoluer en pointe, ne serait-ce que parce que le concurrence que Diego Tristan lui livre l'oblige à se dépasser. La Corogne constitue-elle la seule menace réelle pour le Real, dans la lutte au titre, ou celle-ci est-elle déjà achevée?La prétendre concurrente serait exagéré. Tout reste possible mais je pense que le Real Madrid est le mieux placé. La régularité de ses prestations et son expérience peuvent être déterminantes. L'équipe madrilène a l'habitude de vivre sous pression. Par exemple, jamais je n'aurais imaginé qu'elle irait gagner à Las Palmas. Le Real dispose d'un superbe banc. Quand vous pouvez vous permettre d'écarter Guti et Pedro Munitis, un vrai cheval qui place la défense adverse sous pression de la première à la dernière minute, vous n'avez aucun mal à entretenir la motivation de vos joueurs. Ils sont jeunes et assoiffés de succès. Ils veulent être titulaires. Ils peuvent s'appuyer sur des valeurs sûres, comme Fernando Hierro, Luis Figo et Raul. Del Bosque utilise fort peu le système de rotation. Il préfère intervenir en cours de match. Quand il a creusé l'écart et qu'il constate des signes de fatigue, il retire ses vedettes. Ce qui me frappe, c'est que la plupart des entraîneurs espagnols sont heureux du succès du Real Madrid. Parce que ce n'est pas un étranger qui récolte des lauriers, pour une fois. Valence et Barcelone sont un rien trop courts pour le titre. Les Catalans vont se concentrer sur la finale de la Copa del Rey et la Coupe de l'UEFA, Valence rêve de remporter la Ligue des Champions. Manuel Sanchis a annoncé qu'il quittait le Real Madrid.Son palmarès est prodigieux. Incroyable. Une page ne suffirait pas. Le Real va lui réserver des adieux grandioses car on ne laisse pas partir pareil joueur comme ça. Noblesse oblige. Ça fait partie du travail de relations publiques du club. Mais il mérite tout à fait cet honneur.A-t-il sa place parmi les grands joueurs espagnols?Je pense que oui. Tout le monde ne peut pas être Ronaldo ou Figo mais au poste de défenseur central, il a sans aucun doute fait partie de l'élite ibérique. Il n'était pas seulement un meneur. Il se soignait en véritable professionnel. Autrement, il n'aurait pu obtenir un tel rendement dans l'entrejeu lors de sa dernière saison. Tout bon joueur est polyvalent. Le fait qu'il ait pu avancer d'un cran témoigne une fois encore de ses qualités.Quelles sont les derniers échos quant à l'avenir d'Hector Cuper? Arsène Wenger et Fabio Capello ont déjà déclaré ne pas être intéressés par Barcelone.La presse spécule sans arrêt mais jusqu'où ces informations sont-elles crédibles? Tout le monde pense qu'il va rejoindre Barcelone mais avant cela, il veut faire ses adieux en beauté, en remportant la Ligue des Champions. Le président Cortes le désire aussi vivement. Tant à Majorque qu'à Valence, Cuper a prouvé qu'il savait prendre une équipe en mains. Il possède assez de bons joueurs pour que les vedettes filent droit. Cuper est un entraîneur très complet: il possède les qualités psychologiques et tactiques indispensables à Barcelone. Il est paisible et charismatique. Il sait ce qu'il veut et son approche lui permet de conserver un groupe en forme.En demi-finales de la Coupe, l'Atletico Madrid affronte Saragosse et le Celta Vigo Barcelone. C'est tout à fait à la portée des Catalans?Barcelone n'a encore rien en mains, pour l'instant. Il va se focaliser sur les prix. Il continue toutefois à jouer avec trop de hauts et de bas. Il n'a pas de ligne de conduite fixe, il est en pleine crise d'identité. C'est dû au départ de Luis Figo. Les lignes sont trop distantes les unes des autres. Kluivert fait de son mieux mais il n'est pas vraiment un buteur, bien qu'il reste très important pour Barcelone. Le club a provisoirement résolu son problème de gardien. Il achève la saison avec Reina, à l'image du Real qui a fait confiance à Casillas. La saison prochaine, nul doute qu'il transférera un grand nom. Tout dépendra des rapports de force internes. Van der Sar constitue une possibilité.Majorque surprend: il est cinquième. Comment est-ce possible?Ça ne m'étonne pas vraiment. Il produit un football varié, empreint de qualités. Il dispose aussi d'une équipe expérimentée et Luis Aragones, son entraîneur, connaît très bien la Primera Division. Il a travaillé dans toutes les grandes équipes et traversé sa part de problèmes. La force de Majorque réside dans son axe central. Nadal et Soler en défense, Engonga et Stankovic dans l'entrejeu et Luque en attaque. La vitesse de ses attaquants le rend redoutable en contre. Majorque a du talent. Sinon, il n'aurait pu s'arrimer aux premiers postes durant toute une saison.Le cercle des candidats à la relégation s'est élargi à six formations au moins. Quels sont vos pronostics?C'est une question difficile. Ce combat est très palpitant. Oviedo, le Real Valladolid, la Real Sociedad, Osasuna, le Racing Santander et Numance sont encore concernés. Ils se tiennent tous de très près, c'est le moins qu'on puisse dire. Depuis quelques semaines, Oviedo dégage une moins bonne impression. Il est dans le trou et il s'est incliné 3-0 face à la Real Sociedad. Il est pris dans une spirale négative. En sortir me paraît très difficile. Le Real Valladolid a essayé de sauver les meubles après la démission de son entraîneur, Francisco Ferraro. Mais d'après moi, il ne constituait pas la source du problème. Il y a beaucoup de remous internes dans ce club. (F. Vanheule)