La Real Valladolid, le club issu de la ville universitaire du même nom, au nord-ouest de l'Espagne, est de retour parmi l'élite pour la première fois depuis 2014. Les Mauve et Blanc n'ont pas encore produit beaucoup de spectacle sur le terrain - deux nuls blancs et un revers 0-1 contre le Barça - mais en dehors, ça ne manque pas. La semaine dernière, on a en effet appris que Ronaldo avait acquis pour trente millions 51 % des parts du club. L'ancien avant brésilien compte surtout jouer un rôle en coulisses puisque l'actuel président, Carlos Suarez, en poste depuis 17 ans, reste. Et est enthousiaste : " L'arrivée de Ronaldo place Valladolid sur la carte mondiale. " Ronaldo, âgé de 41 ans, n'a pas caché sa détermination : " Pensez-vous que j'achète un club avant de partir en vacances demain ? Je vais suivre de près tout ce qui se passe et nous allons tout mettre en oeuvre pour conférer une dimension supplémentaire à la Real Valladolid. "

Le Brésilien a entamé sa carrière européenne au PSV à 18 ans, avant de la poursuivre dans des grands clubs : Barcelone, l'Inter, le Real Madrid et l'AC Milan. Il s'est fait escroquer par des maffieux en début de carrière mais il a développé un sens certain des affaires au fil des années. Il est entre autres devenu un des visages de Nike. Il paraît qu'un moment donné, il gagnait plus en contrats de sponsoring (huit millions) qu'avec son salaire au Real (6,5 millions). Il était aussi spécial. Plutôt paresseux et indiscipliné. Il aurait dit un jour à l'entraîneur du Real : " Mister, je m'entraîne en match. "

En tout cas, il n'a plus jamais eu de soucis financiers. Quand il a quitté l'Europe pour achever sa carrière en roue libre aux Corinthians, au Brésil, sa fortune était estimée à 170 millions d'euros. Ronaldo s'est tourné vers le milieu des affaires dès la fin de sa carrière. En 2011, il a fondé le bureau de marketing 9ine et a géré les droits de portrait d'un certain Neymar da Silva Santos Junior. Il a aussi acquis des actions d'Octagon, une agence de marketing qui compte notamment Gabriel Jesus parmi ses clients.

Ronaldo était également omniprésent en coulisses de la Coupe du Monde 2014 au Brésil. Il a noué des contacts avec différents sponsors. Pendant deux ans, il a été actionnaire à concurrence de 20 % des Fort Lauderdale Strikers, un club de football américain de la North American Soccer League. C'est là qu'il a pris goût au job de dirigeant, a-t-il déclaré à la presse brésilienne. " J'envisage d'acheter un club de division deux anglaise ou espagnole car je veux innover. Je suis prêt à relever ce défi. "

Il a notamment approché Tenerife, Getafe et l'Espanyol mais s'est donc associé à Valladolid. Un détail intéressant : en 2007, Ronaldo avait déjà acheté des actions de Cepa 21, un vin de qualité de Ribera del Duero, implanté non loin de Valladolid. Il pourra faire passer ses défaites avec un bon verre de vin.

La Real Valladolid, le club issu de la ville universitaire du même nom, au nord-ouest de l'Espagne, est de retour parmi l'élite pour la première fois depuis 2014. Les Mauve et Blanc n'ont pas encore produit beaucoup de spectacle sur le terrain - deux nuls blancs et un revers 0-1 contre le Barça - mais en dehors, ça ne manque pas. La semaine dernière, on a en effet appris que Ronaldo avait acquis pour trente millions 51 % des parts du club. L'ancien avant brésilien compte surtout jouer un rôle en coulisses puisque l'actuel président, Carlos Suarez, en poste depuis 17 ans, reste. Et est enthousiaste : " L'arrivée de Ronaldo place Valladolid sur la carte mondiale. " Ronaldo, âgé de 41 ans, n'a pas caché sa détermination : " Pensez-vous que j'achète un club avant de partir en vacances demain ? Je vais suivre de près tout ce qui se passe et nous allons tout mettre en oeuvre pour conférer une dimension supplémentaire à la Real Valladolid. " Le Brésilien a entamé sa carrière européenne au PSV à 18 ans, avant de la poursuivre dans des grands clubs : Barcelone, l'Inter, le Real Madrid et l'AC Milan. Il s'est fait escroquer par des maffieux en début de carrière mais il a développé un sens certain des affaires au fil des années. Il est entre autres devenu un des visages de Nike. Il paraît qu'un moment donné, il gagnait plus en contrats de sponsoring (huit millions) qu'avec son salaire au Real (6,5 millions). Il était aussi spécial. Plutôt paresseux et indiscipliné. Il aurait dit un jour à l'entraîneur du Real : " Mister, je m'entraîne en match. " En tout cas, il n'a plus jamais eu de soucis financiers. Quand il a quitté l'Europe pour achever sa carrière en roue libre aux Corinthians, au Brésil, sa fortune était estimée à 170 millions d'euros. Ronaldo s'est tourné vers le milieu des affaires dès la fin de sa carrière. En 2011, il a fondé le bureau de marketing 9ine et a géré les droits de portrait d'un certain Neymar da Silva Santos Junior. Il a aussi acquis des actions d'Octagon, une agence de marketing qui compte notamment Gabriel Jesus parmi ses clients. Ronaldo était également omniprésent en coulisses de la Coupe du Monde 2014 au Brésil. Il a noué des contacts avec différents sponsors. Pendant deux ans, il a été actionnaire à concurrence de 20 % des Fort Lauderdale Strikers, un club de football américain de la North American Soccer League. C'est là qu'il a pris goût au job de dirigeant, a-t-il déclaré à la presse brésilienne. " J'envisage d'acheter un club de division deux anglaise ou espagnole car je veux innover. Je suis prêt à relever ce défi. " Il a notamment approché Tenerife, Getafe et l'Espanyol mais s'est donc associé à Valladolid. Un détail intéressant : en 2007, Ronaldo avait déjà acheté des actions de Cepa 21, un vin de qualité de Ribera del Duero, implanté non loin de Valladolid. Il pourra faire passer ses défaites avec un bon verre de vin.