Né en 1963, Etienne Delangre joua comme défenseur au Standard de 1981 à 1992 (267m en D1 et 6b, champion en 82 et 83). Ex-chargé de cours à l'Ecole du Heysel, il coacha de la P1 à la D1 (Charleroi).
...

Né en 1963, Etienne Delangre joua comme défenseur au Standard de 1981 à 1992 (267m en D1 et 6b, champion en 82 et 83). Ex-chargé de cours à l'Ecole du Heysel, il coacha de la P1 à la D1 (Charleroi). n Le nouveau phénomène anderlechtois (16 ans) dispose de qualités physiques exceptionnelles pour un garçon de son âge. Il possède une course extrêmement puissante pour un aussi jeune joueur. Sur 30-40 mètres, il est capable de prendre de vitesse les défenseurs les plus véloces. n Il possède une grande capacité à résister au duel. Grâce à son gabarit et à son audace, il s'engage sans retenue dans les 1 contre 1 même face à des adversaires d'1,90 m usant de toutes les ficelles et de leur expérience du top niveau. C'est quelqu'un qui n'a pas froid aux yeux et qui n'est pas du tout déstabilisé ni par la pression, ni par le stress qui peuvent tétaniser les sportifs de haut rang. n Son jeu dos au but est déjà d'excellent niveau. Il varie très bien la conservation du ballon dos au but en attendant le soutien de ses coéquipiers ainsi que les remises ou les déviations en un temps pour un partenaire démarqué. Dans ces situations, il utilise très bien son corps pour faire écran entre le ballon et l'adversaire. n Sa taille et sa volonté à s'engager dans les duels lui confèrent un jeu de tête de bonne facture qu'il va encore améliorer par un meilleur timing, un feeling et un jeu de bras qui, automatiquement, vont prendre de l'ampleur avec l'expérience et la répétition des entraînements et des matches de haut niveau. n Les appels en profondeur font partie intégrante de son jeu. Et il les rend d'autant plus tranchants et dangereux pour l'adversaire que son équipe se trouve en position de contre-attaque. Il peut alors donner la pleine mesure à sa vitesse de course principalement en demandant le ballon vers le flanc gauche, qui est sa zone d'évolution privilégiée. n Son travail et sa mentalité sur le terrain font partie de ses grandes qualités. Il ne rechigne jamais à aller au charbon en restant constamment en mouvement pour offrir des solutions au porteur du ballon. Il est toujours disponible en possession de balle en étant toujours prêt à plonger dans les espaces. n Il est le plus efficace dans un système avec deux attaquants de pointe. Grâce à cette animation, il bénéficie de plus d'espaces vu la présence du deuxième attaquant, qui mobilise une partie de l'attention des défenseurs adverses. n C'est un attaquant qui, par son physique de déménageur et son jeu tout en mouvement, se veut complémentaire avec tous les types d'avants. Un petit feu-follet très technique va lui offrir une complémentarité physique tandis qu'un attaquant-pivot style Tom De Sutter ou Nicolas Frutos va lui adjoindre une complémentarité dans les déplacements. De plus, comme il se débrouille très bien des deux pieds, le domaine technique apporte inévitablement le rendement escompté. n Le domaine qui, inévitablement atteint les sommets, est celui de la marge de progression. A 16 ans, s'il fait preuve d'écoute et de patience, on est tenté de penser qu'il est promis au plus grand avenir dans un top club européen. n Comme à Timisoara (Europa League) où il évolue seul en pointe dans une équipe qui se contente d'assurer ses arrières et qui donc lui apporte peu de soutien, il éprouve alors beaucoup de difficultés à amener du danger contre 2 voire 3 défenseurs adverses. n Le jeu en combinaisons courtes constitue une de ses lacunes pour plusieurs raisons : il est plus à l'aise quand il bénéficie de grands espaces, il ne connaît pas encore suffisamment ses partenaires et les automatismes vont venir avec l'accumulation des matches. De plus, à 16 ans, il ne maîtrise logiquement pas encore les petites ficelles du foot de haut niveau. n Il manque encore de feeling pour faire le bon choix. Par moments, il choisit l'effort individuel alors que le jeu en appui sur un partenaire serait plus judicieux. Ou inversement. Dans la disponibilité pour ses partenaires aussi, il utilise plus sa puissance pour se libérer de l'adversaire que de s'appuyer sur un sens aiguisé du démarquage. n En perte de balle, surtout quand il évolue seul en pointe, son rôle se limite à une coupure d'angles sur les défenseurs centraux adverses. Il ne presse quasiment jamais son adversaire et il ne se repositionne pas sur les flancs, même quand sa position lui demande de le faire. Bref, il donne l'impression de se ménager physiquement en reconversion défensive pour garder de la fraîcheur en possession de balle. n Dans le jeu court, il peut beaucoup progresser car il travaille, pour l'instant, plus avec son corps, que grâce à une virtuosité technique. Il émerge parfois de situations fermées grâce à son engagement physique et à sa capacité à résister à la charge et au duel. C'est moins dû à une certaine finesse dans les dribbles courts. n Même si, une fois lancé, sa puissance lui permet de prendre le meilleur sur son opposant direct, sa vitesse de démarrage sur les toutes premières séquences est encore très perfectible. La musculation et le travail spécifique sur les premiers mètres à l'entraînement vont lui permettre de devenir encore meilleur en vélocité. n Sa frappe de balle est un domaine où il doit encore s'améliorer surtout d'un point de vue purement technique. Son poids et sa force musculaire lui donnent déjà pas mal de puissance mais un travail quotidien, dans les exercices de tirs du cou du pied ou placés de l'intérieur du pied, va lui permettre de maîtriser beaucoup mieux les situations face au but. par étienne delangre