Romelu Lukaku se sent comme un poisson dans l'eau à Milan. La semaine dernière, sur les réseaux sociaux, une vidéo le montrait en train de chanter au cours d'un repas avec l'équipe. Une sorte de bizutage pour les nouveaux venus dont il s'est bien sorti. Ce qu'on ne voit pas sur la vidéo, c'est le contenu des assiettes. Selon les tabloïds anglais, Antonio Conte aurait en effet mis son attaquant à la diète, avec beaucoup de légumes et de viande blanche. À Manchester United, les frères Neville lui reprochaient d'être en surpoids Au début du mois dernier, Gary avait réagit à un tweet du journaliste Andy Mitten : " Andy, il a admis qu'il était trop gros ! Il pesait plus de 100 kilos ! C'est un joueur de Manchester United ! Il va inscrire des buts et bien jouer à l'Inter mais le manque de professionnalisme, c'est contagieux. " Ce serait la raison pour laquelle Ole Gunnar Solskjaer ne voulait plus continuer avec l'attaquant belge. L'entraîneur norvégien entend instaurer une nouvelle culture à Old Trafford et Lukaku ne cadrait pas avec celle-ci. Phil Neville se demandait pour sa part si le style de jeu du Diable Rouge convenait à Manchester United. " Je n'ai jamais eu le sentiment que c'était l'attaquant qu'il fallait à United. "

Avant le début du championnat d'Italie, la presse italienne a abondamment repris ces critiques mais l'attaquant a cloué le bec de ses détracteurs en postant sur Instagram une photo de son corps parfaitement affûté. " Not bad for a fat boy ", a-t-il ajouté en guise de légende. Et tant contre Lecce (4-0) qu'à Cagliari (1-2), il a prouvé qu'il était en forme. Bien entendu, ce ne sont pas les adversaires les plus impressionnants mais l'Inter et Lukaku n'ont pas manqué leur départ. Au cours des deux matches, les Nerazzurri ont eu la possession de balle (respectivement 60 et 59 %) et contre Lecce, surtout, ils ont parfaitement exploité les points forts de Lukaku : la puissance et la vitesse. Son entente avec Lautaro Martínez n'est pas encore parfaite mais ce n'est qu'une question de temps. Les premiers vrais tests auront lieu le 22 septembre lors du derby milanais et le 2 octobre à l'occasion du match de Ligue des Champions à Barcelone.

Au cours d'une interview accordé à Inter TV, Lukaku assure qu'il est déjà bien intégré. " Je me sens terriblement bien ici. Ma mère et mon fils aussi. " Il connaît déjà ses équipiers et détaille sans hésiter les points forts de chaque défenseur nerazzuro : " Milan Skriniar ne lâche pas son homme, Stefan de Vrij a un excellent placement, Diego Godín anticipe beaucoup, Andrea Ranocchia et Danilo D'Ambrosio sont très durs et même le jeune Alessandro Bastoni ( 20 ans, ndlr) m'a impressionné. " Lukaku en est certain : " Quelque chose de spécial est en train de se passer à l'Inter. " Le club repris par des Chinois en 2016 pourra-t-il enfin se mêler à la lutte pour un trophée ? Car si la vitrine est bien remplie, elle n'a plus été ouverte depuis la victoire en Coupe d'Italie en 2011...

Romelu Lukaku se sent comme un poisson dans l'eau à Milan. La semaine dernière, sur les réseaux sociaux, une vidéo le montrait en train de chanter au cours d'un repas avec l'équipe. Une sorte de bizutage pour les nouveaux venus dont il s'est bien sorti. Ce qu'on ne voit pas sur la vidéo, c'est le contenu des assiettes. Selon les tabloïds anglais, Antonio Conte aurait en effet mis son attaquant à la diète, avec beaucoup de légumes et de viande blanche. À Manchester United, les frères Neville lui reprochaient d'être en surpoids Au début du mois dernier, Gary avait réagit à un tweet du journaliste Andy Mitten : " Andy, il a admis qu'il était trop gros ! Il pesait plus de 100 kilos ! C'est un joueur de Manchester United ! Il va inscrire des buts et bien jouer à l'Inter mais le manque de professionnalisme, c'est contagieux. " Ce serait la raison pour laquelle Ole Gunnar Solskjaer ne voulait plus continuer avec l'attaquant belge. L'entraîneur norvégien entend instaurer une nouvelle culture à Old Trafford et Lukaku ne cadrait pas avec celle-ci. Phil Neville se demandait pour sa part si le style de jeu du Diable Rouge convenait à Manchester United. " Je n'ai jamais eu le sentiment que c'était l'attaquant qu'il fallait à United. " Avant le début du championnat d'Italie, la presse italienne a abondamment repris ces critiques mais l'attaquant a cloué le bec de ses détracteurs en postant sur Instagram une photo de son corps parfaitement affûté. " Not bad for a fat boy ", a-t-il ajouté en guise de légende. Et tant contre Lecce (4-0) qu'à Cagliari (1-2), il a prouvé qu'il était en forme. Bien entendu, ce ne sont pas les adversaires les plus impressionnants mais l'Inter et Lukaku n'ont pas manqué leur départ. Au cours des deux matches, les Nerazzurri ont eu la possession de balle (respectivement 60 et 59 %) et contre Lecce, surtout, ils ont parfaitement exploité les points forts de Lukaku : la puissance et la vitesse. Son entente avec Lautaro Martínez n'est pas encore parfaite mais ce n'est qu'une question de temps. Les premiers vrais tests auront lieu le 22 septembre lors du derby milanais et le 2 octobre à l'occasion du match de Ligue des Champions à Barcelone. Au cours d'une interview accordé à Inter TV, Lukaku assure qu'il est déjà bien intégré. " Je me sens terriblement bien ici. Ma mère et mon fils aussi. " Il connaît déjà ses équipiers et détaille sans hésiter les points forts de chaque défenseur nerazzuro : " Milan Skriniar ne lâche pas son homme, Stefan de Vrij a un excellent placement, Diego Godín anticipe beaucoup, Andrea Ranocchia et Danilo D'Ambrosio sont très durs et même le jeune Alessandro Bastoni ( 20 ans, ndlr) m'a impressionné. " Lukaku en est certain : " Quelque chose de spécial est en train de se passer à l'Inter. " Le club repris par des Chinois en 2016 pourra-t-il enfin se mêler à la lutte pour un trophée ? Car si la vitrine est bien remplie, elle n'a plus été ouverte depuis la victoire en Coupe d'Italie en 2011...