Romelu Lukaku est bien parti pour terminer dans le top 3 du Soulier d'Or. A quelle place ? Telle est la question. Mais peu importe le résultat final : Roger Lukaku, son père, continuera de protéger son fils des médias.
...

Romelu Lukaku est bien parti pour terminer dans le top 3 du Soulier d'Or. A quelle place ? Telle est la question. Mais peu importe le résultat final : Roger Lukaku, son père, continuera de protéger son fils des médias. A mesure que le verdict approche, l'attention pour votre fils va grandir. Comment allez-vous gérer la presse ? Roger Lukaku : On ne modifie pas nos habitudes. Romelu s'exprimera lors des points presse organisés par Anderlecht. C'est tout. S'il gagne, il risque d'être encore plus sollicité. Nous avons tracé une ligne de conduite avec Anderlecht, que nous continuerons à respecter. Si je commence à dire oui à tout le monde ou si le club établit des plans de son côté, on ne s'en sortira pas. Je ne veux laisser aucune place au hasard : tout doit être réglé professionnellement et intelligemment. Vous le coachez ? Non, mais je corrige certains aspects. Un exemple : quand on l'a questionné sur les Diables Rouges, Romelu a expliqué qu'il ne se sentait pas encore prêt. Or, de grandes personnalités comme Paul Van Himst pensent le contraire. J'ai expliqué à Romelu qu'il aurait été plus intelligent de dire qu'il était intéressé mais qu'on devait lui donner le temps de grandir à son rythme. Ce genre de subtilités évite de froisser les gens. Une victoire de Romelu surviendrait-elle trop tôt ?Je ne veux tirer aucun plan sur la comète. Je préfère attendre calmement le résultat de la cérémonie, sans me poser de questions. Mais c'est vrai qu'une victoire serait prématurée... à l'image de tout ce qu'il a accompli jusqu'à présent ! Combien de demandes d'interview recevez-vous ?Trois ou quatre par semaine, pour moi ou Romelu. Anderlecht, pareil. Mais nous veillons à l'épargner. Je renvoie toutes les demandes pour mon fils à David Steegen. Je ne suis pas présent à tous les événements officiels auxquels Romelu participe, mais je suis mis au courant. Les médias étrangers se manifestent-ils aussi ? On a déjà beaucoup parlé de lui en Angleterre et en Espagne. Des journalistes de ces pays m'ont effectivement déjà téléphoné. Ce qui m'a le plus surpris, c'est l'appel d'un journaliste portugais, avant que Romelu ne débute sur la scène européenne, contre Zagreb. C'est dire comme il est connu. Quelles sont les questions principales ? " Est-ce que vous voyez votre fils évoluer dans notre pays ?" " Est-il taillé pour notre type de football ?" Moi, je ne suis pas là pour dire s'il convient ou non à tel ou tel club ! Je pars du principe qu'un footballeur peut s'adapter à un autre environnement et qu'un entraîneur est capable d'intégrer un joueur dans son système.