Malgré un bon début de saison, Merveille Goblet a dû céder sa place à Davy Roef contre Saint-Trond. Ce dernier disputait ainsi son premier match sur le territoire belge depuis le 20 novembre 2016, jour où il s'était incliné à Zulte Waregem avec Anderlecht. Samedi, l'Anversois était à nouveau dans le camp des perdants mais il a tiré un trait sur une période difficile. Grâce à Filip De Wilde, conseiller sportif de Waasland Beveren, qui l'a convaincu de venir prendre de l'expérience au Freethiel. Dans un premier temps, Roef aurait préféré retourner au Deportivo La Corogne mais les Espagn...

Malgré un bon début de saison, Merveille Goblet a dû céder sa place à Davy Roef contre Saint-Trond. Ce dernier disputait ainsi son premier match sur le territoire belge depuis le 20 novembre 2016, jour où il s'était incliné à Zulte Waregem avec Anderlecht. Samedi, l'Anversois était à nouveau dans le camp des perdants mais il a tiré un trait sur une période difficile. Grâce à Filip De Wilde, conseiller sportif de Waasland Beveren, qui l'a convaincu de venir prendre de l'expérience au Freethiel. Dans un premier temps, Roef aurait préféré retourner au Deportivo La Corogne mais les Espagnols devaient d'abord se débarrasser d'un gardien afin de lui faire une place et cela ne s'est pas produit. Les négociations avec l'Excelsior Rotterdam ont capoté pour raisons financières et depuis la fin de la saison dernière, Beveren était déjà venu au moins trois fois aux nouvelles, ce que le clan Roef avait apprécié. Le choix du Pays de Waes est donc celui de la raison. Philippe Clement lui avait promis suffisamment de temps de jeu. Il n'était pas question de rester à Anderlecht, où on attendait les derniers développements du dossier Mile Svilar. " Davy a géré la question des gardiens d'Anderlecht avec beaucoup de maturité ", dit son agent, Evert Maeschalck (Sport Plus Football Management). " Il aurait pu ne penser qu'à ça nuit et jour mais il a préféré se concentrer sur les entraînements et tenter de progresser. Je ne lui ai pas parlé de ça tous les jours et il m'a laissé faire mon travail. Il n'est pas du genre à appeler pour me demander de vérifier auprès de tel ou tel club s'il ne cherche pas un gardien. " Roef avait donné une autre orientation à sa carrière en janvier, lorsqu'il était parti au Deportivo La Corogne comme troisième gardien. Bien qu'il n'ait joué qu'un match avec le Depor, il considérait son aventure espagnole comme une réussite totale sur tous les plans. Il avait retrouvé la confiance, le plaisir de jouer et avait été pris en mains par Manu Sotelo, dont on dit que les entraînements pour gardiens sont hors catégorie. Roef a compris qu'il n'était pas prêt pour Anderlecht et que l'équipe n'était pas prête à l'accueillir. Les circonstances n'étaient pas favorables : dès le début, René Weiler avait déclaré qu'il voulait un gardien expérimenté tandis que la direction voulait lancer Roef. Un prêt immédiat aurait pu déminer la situation mais Roef voulait à tout prix tenter sa chance. On ne sait pas encore s'il reviendra un jour au Stade Constant Vanden Stock, où il lui restera deux ans de contrat à l'issue de cette saison. Dans son entourage, on n'exclut pas un séjour prolongé à Waasland Beveren. Un retour au Deportivo est également de l'ordre du possible car Rubén et Tyton seront en fin de contrat en juin. Beaucoup de choses vont dépendre de la première saison de Roef dans un club qui va vivre plus de défaites que de victoires, ainsi que du nom de l'entraîneur d'Anderlecht la saison prochaine. Alain Eliasy