Comment expliquez-vous ces bons chiffres ?

Ce n'est pas récent. Il y a quelques années, un match remis entre le Standard et La Louvière s'était disputé en même temps qu'un duel de Champions League opposant Chelsea et Barcelone, si ma mémoire ne me fait pas défaut. Notre audience avait été meilleure. Le foot belge garde l'intérêt du public. Il suffit d'observer les audiences des résumés du week-end. De plus, comme les matches de Coupe ont lieu en semaine, les spectate...

Ce n'est pas récent. Il y a quelques années, un match remis entre le Standard et La Louvière s'était disputé en même temps qu'un duel de Champions League opposant Chelsea et Barcelone, si ma mémoire ne me fait pas défaut. Notre audience avait été meilleure. Le foot belge garde l'intérêt du public. Il suffit d'observer les audiences des résumés du week-end. De plus, comme les matches de Coupe ont lieu en semaine, les spectateurs ont plus de problèmes pour se rendre au stade. Ils travaillent, il y a le risque de prolongations, etc. Autre problème : le prix des places. Le portefeuille est de plus en plus sollicité. Anderlecht l'a heureusement compris et a diminué le prix des billets pour son match retour contre Gand. C'est aussi une question d'affiche. Les dernières ne manquaient pas de sel. Un Anderlecht-Malines est symbolique pour des gens de ma génération. Ces dernières années, les affrontements entre le Standard et Genk ont été plusieurs fois décisifs. Du côté flamand, c'est le derby entre les Brugeois qui a été proposé et on sait ce qu'il représente pour nos voisins. Par contre, je regrette cette organisation en aller-retour. On fait tout pour protéger les grands clubs : play-offs, phases de poules dans les Coupes européennes,... L'Europa et la Champions League sont devenues des mascarades. La VRT voulait montrer la seconde manche entre Genk et Zulte. Quel est l'intérêt après l'avalanche de buts du premier match ? Les pelouses sont abîmées, le calendrier est surchargé, les joueurs risquent de se blesser... Si c'est ce que les clubs veulent, qu'ils ne viennent pas se plaindre après ! Que ce soit Spy-Entente Mosane devant 150 personnes ou une finale de Coupe de Monde, je travaille toujours de la même manière, même si c'est plus grisant d'être pris dans une ambiance. Par contre, j'ai l'impression que c'est différent pour les joueurs. Danny Ost, notre consultant, m'avait dit avant Anderlecht-Malines que des joueurs comme Milan Jovanovic éprouveraient des difficultés à se motiver. Le Serbe a effectivement connu un match compliqué. ?PAR SIMON BARZYCZAK" Le succès de la Coupe de Belgique n'est pas récent. "