" Nous suivons de fort près la compétition brésilienne depuis les débuts de Be Tv en novembre dernier et avons ainsi pu donner les derniers matches du championnat 2004 remporté par Santos au terme de cette compétition qui se déroule sur l'année civile. Santos, l'ancien club de Pelé, remportait le titre national pour la deuxième fois en trois ans et mettait ainsi définitivement un terme à une longue période de disette qui avait débuté avec le départ de Pelé pour le Cosmos de New York. A l'époque, on avait pu voir à l'£uvre les deux stars du Santos Robinho et Diego. Si ce dernier est par...

" Nous suivons de fort près la compétition brésilienne depuis les débuts de Be Tv en novembre dernier et avons ainsi pu donner les derniers matches du championnat 2004 remporté par Santos au terme de cette compétition qui se déroule sur l'année civile. Santos, l'ancien club de Pelé, remportait le titre national pour la deuxième fois en trois ans et mettait ainsi définitivement un terme à une longue période de disette qui avait débuté avec le départ de Pelé pour le Cosmos de New York. A l'époque, on avait pu voir à l'£uvre les deux stars du Santos Robinho et Diego. Si ce dernier est parti à Porto, le premier est toujours très présent en attaque. Il est devenu international et est cité au Real Madrid. C'est un attaquant très complet qui, la saison dernière, a marqué 21 buts en championnat et délivre de nombreux assists. Pour rappel, cette équipe à la moyenne d'âge très basse avait été coachée par Wanderley Luxemburgo, parti au Real. Pour l'instant, c'est le Botafogo qui est en tête de la D1, déplaçant le prestige de Sao Paulo à Rio de Janeiro, car le foot brésilien c'est aussi une longue rivalité entre les clubs de ces deux villes. Pour l'heure, la Juventude û un club du sud du Brésil û est deuxième, Fluminense troisième et Santos quatrième. La principale caractéristique de ce championnat est que tout le monde peut gagner à tout moment. C'est sans doute dû à la spécificité du foot pratiqué. Ça n'a rien à voir avec notre football. C'est nettement plus technique, les footballeurs jouent en deux touches de balle maximum : un contrôle et la passe. Ça s'appelle la toca. Et quand on évolue l'après-midi sous 35 degrés de chaleur, c'est lent et puis ça s'accélère. Ce n'est pas toujours très organisé à nos yeux : un back droit peut soudainement se retrouver ailier gauche, mais ils s'y retrouvent. A la base ils évoluent en 4-4-2, mais ils attendent surtout de récupérer le cuir pour repartir comme des éclairs. Et puis, les coaches sautent plus vite qu'ailleurs. Depuis le début de cette année, il y a des clubs qui en ont déjà eu quatre différents ! Dans les stades, il n'y a pas énormément de monde : une moyenne de 8.000 personnes parce que le prix des places est cher : 15 reals (soit 5 euros) pour les moins chères, ce qui est beaucoup d'argent là-bas. Mais pour les grands classiques comme un Flamengo-Fluminense, il y a toujours 80.000 spectateurs. C'est aussi un pays où on joue beaucoup. De janvier à mars, il y a les championnats régionaux et la D1 nationale débute en avril, avec 22 clubs. Et il y a la Coupe de février à juin. En fait, ils n'arrêtent jamais. En ce qui concerne l'aller de la finale, il faut noter que Paulista est un club de D2 qui a déjà éliminé le Cruzeiro en demi-finales. Alors que le Cruzeiro était champion en 2003 ! Mais c'est une vraie Coupe : le tenant est un autre club de D2, Santo Andre d'ailleurs. Pour le match de championnat mettant en lice Botafogo, le leader de D1, il faut se souvenir que Sao Paulo a une belle tradition puisqu'il a produit des stars mondiales comme Rai et Kakà. Mais pour l'instant, ils sont privés de leur attaquant Grafite qui devait remplacer Ronaldo en équipe nationale mais qui s'est sérieusement blessé. Ils ont un autre attaquant connu, Luisao qui a passé deux ans au Hertha Berlin ". Avec Serge Radermacher Journaliste à Be tv