En 2015, le RAEC Mons disparaissait, victime d'une faillite. Mais il n'a pas tout emporté dans sa tombe. Réussite économique, le Club 44 (hommage au matricule de Mons) a échappé à la mise en bière. " Lors de nos repas d'affaires, nous rassemblions environ 70-80 sociétés. Seule une minorité d'entre elles était réellement partenaire de l'Albert ", rappelle Gilles Barbera.
...

En 2015, le RAEC Mons disparaissait, victime d'une faillite. Mais il n'a pas tout emporté dans sa tombe. Réussite économique, le Club 44 (hommage au matricule de Mons) a échappé à la mise en bière. " Lors de nos repas d'affaires, nous rassemblions environ 70-80 sociétés. Seule une minorité d'entre elles était réellement partenaire de l'Albert ", rappelle Gilles Barbera. L'ancien attaché de presse a poursuivi l'action du Club sous forme d'ASBL avec Fabrice Costarelli (président), Myriam Laachari (vice-présidente) et Ronald Gobert. " Nous nous sommes dit que l'histoire pouvait continuer en dehors du stade Tondreau, où nous avions l'habitude de rassembler les femmes et hommes d'affaires. " La formule est simple : inviter un orateur lors d'un repas mêlant des entrepreneurs. Dernièrement, Gaëtan Vigneron et Pad'r ont partagé leur expérience. Roberto Martinez (ce vendredi), Salvatore Curaba et Anne Ruwet seront les prochains. Les invités ne sont pas tous issus du milieu sportif. Il y a aussi des artistes ( Jérôme de Warzée, André Lamy,...) ou des hommes d'affaires ( Jean-Jacques Cloquet,...). Alors que le RAEC Mons est mort faute d'investissement, le Club 44 a paradoxalement continué à prospérer. " Nous comptons environ 140 sociétés membres et nos repas dépassent les 100 convives. Ils étaient environ 120 pour Pad'r et Vigneron. Et ils seront plus nombreux pour le sélectionneur fédéral. " L'autre spécificité du Club 44, c'est son soutien aux associations de la région. " Depuis 2015, nous avons reversé environ 121.000 euros à des associations sociales, sportives ou culturelles. Nous lançons d'abord un vaste appel à projets annuel. Un jury examine les demandes et nous distribuons ensuite des sommes de 1.000 à 3.000 euros à des structures locales ou à des sportifs. Nous mettons également sur pied un gala annuel qui met à l'honneur une association. En septembre, nous avons offert 21.450 euros à l'ASBL Les Gentianes, qui s'occupe des enfants suivis suite à une décision de justice. "