" Ce match, on l'aurait gagné si on avait été capables de terminer le travail " : l'analyse de Robert Waseige résumait parfaitement le derby Charleroi-La Louvière, que les Zèbres ont bâclé alors qu'ils jouaient à 11 contre 10 et menaient 1-0. Encore une occasion ratée de quitter un des deux sièges basculants !
...

" Ce match, on l'aurait gagné si on avait été capables de terminer le travail " : l'analyse de Robert Waseige résumait parfaitement le derby Charleroi-La Louvière, que les Zèbres ont bâclé alors qu'ils jouaient à 11 contre 10 et menaient 1-0. Encore une occasion ratée de quitter un des deux sièges basculants ! Robert Waseige : La Louvière n'a pas volé son point. Cette équipe marque deux buts chez nous, c'est bien. Mais elle en inscrit un des deux comme à la parade, et ça, je ne l'accepte pas. Un but qui résulte d'une grosse connerie footballistique de notre part. J'avais prévenu mes joueurs que Davy Cooreman pouvait faire la différence. Quand il est monté au jeu, j'ai demandé à un de mes médians de ne pas le lâcher d'une semelle. Mais il a tout oublié et Cooreman a évidemment été décisif. Il y a trois semaines, je disais : -On doit se sauver. Maintenant, je dis : -On peut se sauver. Tout est possible, à condition de ne pas commettre d'erreur ou d'oubli. Il est clair que j'ai un groupe fort réduit pour la D1. Si je perds deux ou trois de mes joueurs qui ont le niveau requis, tout se complique. Il faut voir la réalité en face : tous les transferts ne sont pas des réussites. Je serais curieux qu'un statisticien fasse le bilan de tous les joueurs arrivés ici depuis trois ans. Je constate qu'on est bien à Charleroi quand on est footballeur pro. On ne se tracasse plus trop dès qu'on a un contrat dans ce club. J'accuse quelques joueurs de prendre les choses par-dessus la jambe. Je n'ai pas élevé la voix mais je leur ai bien fait comprendre que je ne lâcherais pas le morceau. Je continuerai à travailler, quitte à les faire crever à l'entraînement pour qu'on aille rechercher les points perdus jusqu'à présent. Je n'ai pas un mental de loser. Charleroi doit se sauver et même y mettre la manière. Je ne suis pas revenu ici pour maintenir ce club par n'importe quel moyen ou avec beaucoup de chance. Je veux remettre un football en place. Et travailler dans de bonnes conditions. Malheureusement, ce n'est pas toujours possible : quand je lis, pendant toute la semaine, des conneries énormes sur le foot à Charleroi, c'est compliqué d'avancer. Ces stratèges d'après match m'irritent beaucoup. Mon petit doigt me dire qu'on va classer l'affaire. Pourtant, cette décision inique d'un arbitre malvoyant, voire mal intentionné, a eu des répercussions évidentes sur le score final. (P. Danvoye) P.Danvoye