Alors que leurs adversaires ont fait le plein de soleil, les Hurlus se sont préparés en Belgique. Et dès ce 17 janvier, avec la visite de Gand au Canonnier, les Mouscronnois devront répondre à pas mal de questions. Leur incessante irrégularité, brillants contre les grands et insipides face à des formations à leur portée, a abîmé leur bon début de saison. Ils ne peuvent plus jouer à la carte sous peine de se retrouver en D2.
...

Alors que leurs adversaires ont fait le plein de soleil, les Hurlus se sont préparés en Belgique. Et dès ce 17 janvier, avec la visite de Gand au Canonnier, les Mouscronnois devront répondre à pas mal de questions. Leur incessante irrégularité, brillants contre les grands et insipides face à des formations à leur portée, a abîmé leur bon début de saison. Ils ne peuvent plus jouer à la carte sous peine de se retrouver en D2. Les dirigeants portent leur part de responsabilités dans cette chute au classement général. Au fil des mois, les relations entre l'actionnaire majoritaire (LOSC, 51 %) et l'ancrage mouscronnois s'est détérioré. Sans Lille, le RMP ne serait jamais monté en D1. Tout en assurant la gestion financière de l'effectif, donc de l'équilibre des comptes, les Nordistes n'ont jamais caché leur intention de se désengager. Cela a créé un sentiment d'incertitude, de chacun pour soi. Lille n'a pas du tout apprécié que son partenaire belge prenne unilatéralement la décision de défenestrer RachidChihab. Ce dernier a réussi un travail d'orfèvre en début de saison avant que son caractère distant ne glace ses relations avec une partie de l'effectif (les renforts brugeois notamment, eux qui se plaignaient d'un manque de considération du T1 à leur égard) et de proches de l'équipe. Le technicien français n'a pas su toucher les coeurs à Mouscron. Lille n'avait pas une vue complète des impératifs de la gestion administrative des clubs en D1 belge. Dans son désir de bâtir et de vendre rapidement un club de D1, Lille a offert des contrats d'un an avec une option d'une saison de plus. Le RMP ne communiqua d'ailleurs pas à propos de la longueur de ces contrats en été, quand les médias fignolèrent leurs présentations des équipes. La publication de la maigreur des options aurait accentué les intentions lilloises de se désengager. Si la formule de contrat (1 an +1 an d'option) est valable au regard du droit du travail français, ce n'est pas le cas en Belgique dans ce cas de figure-là. Les vedettes du RMP seront donc libres en fin de saison : la coquille sera-t-elle vide à ce moment-là ? La perte due à cette erreur administrative est estimée à 2.500.000 euros. Marc Coucke d'Ostende (actionnaire au LOSC) laisse Kevin Vandendriesche au RMP mais l'a déjà engagé pour rien en vue de 2015-16 et la vente du RMP lui rapportera de l'argent : ce jeu est-il éthique ? Steeven Langil intéresse le Standard pour 2015-16 tandis que Abdoulay Diaby, meilleur buteur de D1, a déjà pris le chemin de Lille pour remplacer Divock Origi que Liverpool réclame. C'est dans ce contexte délicat qu'une piste menant à Oman s'est effacée dans le désert à cause de la personnalité d'un agent de joueurs sulfureux, Teri Yemima. Le nouveau T1, Fernando Da Cruz et son staff (Eddy Callaert, Giovanni Seynhaeve, Mathieu Michel) ont du boulot pour assurer l'essentiel avant l'arrivée d'un nouvel actionnaire : le maintien... PAR PIERRE BILICUne erreur administrative qui va coûter la bagatelle de 2,5 millions d'euros...