Dix ans déjà: c'est en novembre 1992 que Gordan débarqua à Tirlemont. En une décennie, même s'il ne parle pas beaucoup, Vido aura marqué les esprits à sa façon. De la capitale du sucre au stade du Canonnier, en passant par Capellen, ce personnage un peu énigmatique, mais intéressant, ne s'est finalement pas mal débrouillé dans la vie. Il a largement contribué à l'éclosion du club cher à Jean-Pierre Detremmerie, a opté pour notre pays, a épousé une fille d'ici, a revêtu le maillot de l'équipe nationale de Belgique, vit près d'Anvers. Elle est loin désormais cette guerre qui le vit quitter sa Bosnie natale. Dix ans, ça façonne un homme: "S'il y a une chose que je n'aime pas, c'est l'injustice. Quand j'ai quelque chose à dire, je le dis, point final". Passons alors au jeu de la vérité sans joker.
...

Dix ans déjà: c'est en novembre 1992 que Gordan débarqua à Tirlemont. En une décennie, même s'il ne parle pas beaucoup, Vido aura marqué les esprits à sa façon. De la capitale du sucre au stade du Canonnier, en passant par Capellen, ce personnage un peu énigmatique, mais intéressant, ne s'est finalement pas mal débrouillé dans la vie. Il a largement contribué à l'éclosion du club cher à Jean-Pierre Detremmerie, a opté pour notre pays, a épousé une fille d'ici, a revêtu le maillot de l'équipe nationale de Belgique, vit près d'Anvers. Elle est loin désormais cette guerre qui le vit quitter sa Bosnie natale. Dix ans, ça façonne un homme: "S'il y a une chose que je n'aime pas, c'est l'injustice. Quand j'ai quelque chose à dire, je le dis, point final". Passons alors au jeu de la vérité sans joker. Gordan Vidovic: Mbo. J'adore les deux et j'étais là, bien sûr, quand Mbo et Emile firent leurs débuts en D1. Du talent à revendre. Emile est le pur-sang, une machine à sprinter et comme les bolides de F1, il est parfois un peu fragile. Mbo n'est pas tellement moins rapide que lui. Sans faire de bruit, en travaillant sans cesse, il est finalement devenu un joueur plus complet, plus robuste, plus mûr qu'Emile. Mbo a tout: technique, vista, force de frappe, calme à la conclusion. Hugo Broos ou Lorenzo Staelens? Broos. Pour la bonne et simple raison que j'ai travaillé cinq ans sous ses ordres à l'Excelsior. J'appréciais autant l'homme que l'entraîneur car il a des principes, un style, le goût du travail. Il avait son système et s'y tenait. Staelens débute dans le métier. Calme, posé, il continue le travail de son prédécesseur mais avec des variantes bien à lui: ainsi, on travaille plus avec le ballon qu'avant."Leekens m'a permis de devenir ce que je suis"Leekens. Il a eu un impact incroyable sur ma carrière, m'a permis de devenir ce que je suis. Un grand coach, un meneur d'hommes qui m'a transformé d'attaquant en arrière central. Je ne connais pas Robert Waseige. Je ne me suis pas retiré de l'équipe nationale parce qu'il arrivait mais parce que je ne supportais pas les reproches adressés à Leekens. J'avais dit que je partirais en cas de démission de Leekens: je ne suis pas revenu sur mes propos.Zeljeznicar Sarajevo ou Excelsior Mouscron?Excel. Zeljeznicar, cela ne date pas d'aujourd'hui. J'étais jeune mais c'est à Mouscron, grâce aux Hurlus, que je me suis fait un nom. J'ai beaucoup donné mais j'ai beaucoup reçu à Mouscron. Il y a huit ans que je suis là: j'ai fait du chemin avec l'Excel.Dejan Mitrovic ou Yves Vanderhaeghe?Mitrovic. Un technicien hors pair avec un registre de dribbles uniques. Il ne joue pas suite aux choix du staff techniques: c'est pas mon affaire. Mais je suis un ami d'Yves: un énorme travailleur qui met ses six poumons au service de son équipe. Sans gars comme lui, l'équilibre est précaire. Je ne comprends pas qu'on puisse le snober. Un footballeur qui aurait les qualités d'Yves et de Dejan détiendrait la classe mondiale.Jean-Pierre Detremmerie ou Michel D'Hooghe?Detremmerie. Mouscron, c'est d'abord lui. Il réalise toujours ce qu'il dit ou ce qu'il promet. Mouscron a désormais des installations incroyables pour les joueurs. On pense beaucoup aux jeunes. Il y a un projet positif derrière tout ce qui se fait. Michel D'Hooghe est plus tourné vers l'étranger. Je ne lui pas beaucoup parlé: c'est un ambassadeur des Diables Rouges. Aston Villa ou Standard?Aston Villa. J'aime le foot anglais. Un manager m'avait mis en contact avec Aston Villa mais c'était peu clair. A la fin, comme je ne maîtrisais pas la situation, j'ai moi-même dit stop. Le Standard me voulait et j'ai même rencontré Tomislav Ivic. Les Liégeois me proposaient un bon contrat mais il fallait que le transfert se fasse tout de suite. Mouscron a refusé. J'ai eu droit à une augmentation à l'Excel: j'ai bien fait de rester. Moules et frites ou poivrons farcis?Chicon au gratin: le mariage de la douceur du witloof et du fromage. Un délice: ma femme est un cordon bleu, j'aime la cuisine bien belge. Mais je suis plutôt poivrons farcis que moules et frites. Je n'adore vraiment qu'une spécialité yougoslave: les civapcici, de petites roulades de viande. Il ne faut pas toujours aller au resto pour en manger de très bons. Tonci Martic a même trouvé des civapcicide derrière les fagots chez... Aldi. Je me demande où ils ont été chercher la recette. (Il rigole) Real ou Arsenal? Madrid, y'a pas photo. Il y a le Real Madrid, puis, loin derrière, tous les autres. On a essayé mille fois d'égaler le Real: c'est impossible.Centre-avant ou arrière central?Défenseur. Le plaisir de marquer revient généralement aux attaquants. C'est gai de les neutraliser De mon côté, j'ai la chance de marquer quelques buts chaque saison."Le football est devenu trop industriel"Nous étions équipiers et on a quitté la Bosnie ensemble. L'aventure de trois amis. Je vote Katana, de toute justesse, car je ne connais pas de gars plus gentil que lui.Technique ou physique?Je préfère la technique même si j'ai d'abord des atouts physiques. Le football actuel est devenu industriel. Il faut du rendement alors que ce sont les dribbleurs et les feinteurs que le public préfère. Il faut gagner et on met d'abord le pied au lieu d'inventer. Je ne suis pas un joueur vicieux mais je vais jusqu'aux frontières du permis. Je m'engage car je gagne mon pain quotidien sur les terrains de football.Stade Roi Baudouin ou Stade de France?Paris. J'aime le Stade Roi Baudouin et l'équipe nationale doit y rester, ne pas disputer de match en province: Bruxelles, l'Atomium, c'est tellement belge. Le Stade de France, c'est une merveille...Coupe de Belgique ou championnat?Championnat. La Coupe a perdu de son attrait, en Belgique comme ailleurs. On peut arriver en finale sur la pointe des pieds. Quand nous y sommes parvenus, la fièvre ne monta qu'à partir du match retour en demi-finales. La Coupe, c'est la vitrine des petits et elle n'atteint son objectif, à mon avis, que si elle donne naissance à des giant killers. Je préfère les combats hebdomadaires.Défense en ligne ou avec libero?Un quatre arrière à plat est infiniment plus moderne et dynamique qu'un système à trois avec libero. A quatre, on peut surprendre, avoir un pressing assez haut, glisser des arrières dans l'entrejeu, etc. Cela demande aussi toute une réflexion des défenseurs qui doivent se couvrir. Cela fait appel à l'intelligence, à la ruse, à la clairvoyance tactique: pas évident mais plus motivant qu'un béton avec libero."Zizou, le plus génial de tous les temps"Vin même si je ne suis pas trop alcool. Je bois un verre de bière de temps en temps mais le vin a plus de charme. J'en ai ramené de Dubrovnik cet été: pas mal.Zidane ou Rivaldo? Zizou. Le plus grand, le meilleur, peut-être le plus génial de tous les temps. Je ne connais personne qui manie le ballon de cette façon. Tout à l'air si beau, si facile: c'est cela la super classe. Rivaldo? Bien, bien mais c'est pas Zidane.Sarajevo ou Anvers?J'habite à Capellen, près d'Anvers, mais je suis finalement un rat des champs. J'ai besoin de la campagne quand le soir tombe. Sarajevo, c'est spécial, et boire un café sur une terrasse, c'est unique. Sarajevo!Bruges ou Anderlecht?Bruges présente un jeu plus complet, plus varié finalement que celui des Mauves. Mais si on pousse la comparaison plus loin, c'est Genk, avec ses hauts et ses bas, ainsi que ses erreurs de jeunesse, qui pétille le plus.Ban ou Empoke? Ban. Empoke a commis une erreur en quittant Mouscron. Il n'a pas eu le temps de s'affirmer. Zoran est dans une très mauvaise passe. Le club a fait un choix qui ne lui convient pas mais il rebondira tôt ou tard.L'argent ou la famille?Notre fils, ma femme, ma famille. Sans cela, je ne tiendrais pas. Mon épouse est belge. La Belgique est mon deuxième pays. Une partie de mon passé est déjà ici, tout mon avenir est belge. Dans la société actuelle, hélas, l'argent joue un rôle important.Pierre Bilic"Mbo est devenu plus complet qu'Emile""Bruges présente un jeu plus varié qu'Anderlecht mais Genk pétille le plus"