Le nouveau Julien Ngoy

Julien Ngoy, en fin de contrat à Eupen, a été très courtisé cet été. On a longtemps cru que l'avant de 24 ans allait signer à Charleroi, mais Malines a réussi à le transférer. Il devait trouver rapidement un remplaçant à Hugo Cuypers, d'autant plus que Kerim Mrabti s'est blessé au genou pendant la préparation et sera indisponible plusieurs mois. Ngoy a un profil intéressant pour nos clubs: il est libre de transfert, jeune mais expérimenté, y compris en Belgique, a un passeport belge et une large marge de progression.
...

Julien Ngoy, en fin de contrat à Eupen, a été très courtisé cet été. On a longtemps cru que l'avant de 24 ans allait signer à Charleroi, mais Malines a réussi à le transférer. Il devait trouver rapidement un remplaçant à Hugo Cuypers, d'autant plus que Kerim Mrabti s'est blessé au genou pendant la préparation et sera indisponible plusieurs mois. Ngoy a un profil intéressant pour nos clubs: il est libre de transfert, jeune mais expérimenté, y compris en Belgique, a un passeport belge et une large marge de progression. Dès les catégories d'âge, on a coché son nom: à tenir à l'oeil. Il a transité par le RWDM, Anderlecht, puis Bruges. Il a été régulièrement sélectionné en équipes nationales d'âge jusqu'en espoirs. Mais Ngoy, ou son entourage, s'est impatienté et à seize ans, il a signé à Stoke City, en Angleterre. Après quelques années en équipes de jeunes, il a été loué un an à Walsall, en League One. Il a réalisé sa meilleure saison lors de son retour, en 2016-2017, en marquant sept buts en onze matches pour les U23 de Stoke City. Il a pris place sur le banc de l'équipe fanion la saison suivante et a pu tâter à cinq reprises de la Premier League. Pas plus. En 2018-2019, il a été prêté aux Grasshoppers Zurich (cinq buts en 25 joutes). Ngoy, né à Anvers, est revenu en Belgique en 2020 et a découvert la Jupiler Pro League. En deux saisons, il a disputé 64 matches sous le maillot d'Eupen. Il a planté onze roses et délivré quatre assists. Ce n'est pas un voleur de buts, mais il dispose de beaucoup d'énergie et d'explosivité et est très polyvalent. En ce sens, il a l'ADN requis pour évoluer à Malines. Son profil se rapproche assez de celui de Cuypers, l'ex-chouchou du public. À 24 ans, il doit enfin s'imposer. "Il possède un énorme potentiel. On doit faire en sorte qu'il l'exploite pleinement", a déclaré le directeur technique Tom Caluwé. 1 10.000 abonnés Pour la cinquième année d'affilée, Malines a franchi le cap des 10.000 abonnés avant même le début de la saison. 2 Telenet Telenet, fidèle partenaire de Malines depuis quinze ans, a reconduit son contrat de cinq ans, jusqu'en 2027. En plus, le sponsor a libéré un budget supplémentaire pour les équipes féminines. Pour la première fois, Malines aligne donc une équipe en Super League. 3 Angoisse Malines semble inquiet, après une longue période de succès sous la direction de Vrancken. Le club est l'un des rares de D1A à avoir voté contre le nouveau format, avec trois descendants. Aurait-il peur? Dans le courant de la préparation, l'entraîneur, Danny Buijs, a fait savoir qu'il se tracassait à propos de la condition physique de son équipe et il a supprimé quelques matches amicaux. Ilyas Lefrancq, âgé de 18 ans, est de retour au nid. Il a déjà enfilé le maillot de Malines en U12 et en U13 avant de rejoindre OHL. Le médian créatif, qui peut également être aligné sur l'aile, y a parachevé sa formation et a effectué ses débuts pros la saison dernière. Le 2 avril, il est entré au jeu à dix minutes de la fin du match contre l'Antwerp. Habile, il pivote bien, anticipe, possède une technique raffinée et excelle dans les combinaisons. On n'est donc pas surpris que Tom Caluwé ait voulu récupérer le Belgo-Marocain. Lefrancq est décidé à poursuivre sa progression et à glaner régulièrement du temps de jeu. Selon ses propres dires, il n'est pas du genre à danser sur les tables. Il aime le calme mais aussi les plaisanteries et il est donc plus proche d'Eden Hazard que de Neymar - deux de ses modèles sportifs. Lefrancq a signé un contrat de quatre ans à Malines. Il se produit également en U20 marocains.