+

Reynaldo, à l'instar de nombreux joueurs offensifs brésiliens, possède des qualités techniques au-dessus de la moyenne des deux pieds. Sa conduite de balle est virevoltante et ses dribbles très incisifs. Il réalise des passements de jambes avec beaucoup de justesse et quand il est en confiance, il peut se montrer insaisissable pour l'adversaire.
...

Reynaldo, à l'instar de nombreux joueurs offensifs brésiliens, possède des qualités techniques au-dessus de la moyenne des deux pieds. Sa conduite de balle est virevoltante et ses dribbles très incisifs. Il réalise des passements de jambes avec beaucoup de justesse et quand il est en confiance, il peut se montrer insaisissable pour l'adversaire. L'explosivité fait partie des grandes qualités du joueur du Cercle. Avec ou sans ballon, il utilise très bien les petits appuis rapides pour brûler son adversaire direct sur les premiers mètres. Il pivote aussi très rapidement, soit ballon aux pieds, soit en déviation pour ensuite redemander dans la profondeur. Par contre, il doit encore améliorer sa puissance pour être plus costaud sur 30-40 mètres. L'intérieur du pied droit est sa meilleure arme technique. Il enroule remarquablement les ballons que ce soit en situation de finition ou quand il doit servir un partenaire par une passe ou un centre. Sa précision est telle qu'il trouve facilement le petit filet vers le deuxième piquet, la trajectoire rentrante qu'il imprime au ballon lui permet de tromper la vigilance du gardien adverse. C'est notamment de cette manière qu'il a marqué à domicile contre Eupen et le Standard. Le joueur de Bob Peeters peut évoluer aux 3 postes les plus offensifs sur le terrain. C'est toutefois sur les côtés que son potentiel s'exprime le mieux, son gabarit léger (1m74 pour 63 kg) constitue un handicap dans le combat physique, qui est souvent présent dans les 20 derniers mètres dans l'axe. Il évolue avec le même bonheur à gauche comme à droite et il change souvent de position avec son coéquipier de l'autre flanc. Le Brésilien possède un très bon sens du démarquage. Il écarte très bien le jeu afin de se libérer du marquage adverse, recevoir le ballon dans les pieds et ainsi provoquer le défenseur dans le 1 contre 1. C'est dans ce type de situations qu'il crée le plus de danger et qu'il se montre le plus efficace. Le natif de Arapiraca est particulièrement adroit aux abords du petit rectangle surtout quand il se trouve dos au but. Il fait preuve d'une spontanéité dans l'enchaînement pivotement/frappe qui lui permet de trouver l'ouverture dans un trou de souris. Son habileté technique et son poids léger empêchent l'adversaire de se montrer trop agressif au risque de provoquer un penalty. A bientôt 22 ans, sa marge de progression est encore énorme. Il a franchi un palier cette saison en gagnant du temps de jeu dans la Venise du Nord et son évolution va dépendre de la position des Mauves. En perte de balle, quand il est positionné au départ sur un flanc, il ne rechigne pas à suivre l'arrière latéral qui participe offensivement. Et cela, sur des distances pouvant aller jusqu'à 60-70 mètres ! Dans l'axe, par contre, il est plutôt passif. Paradoxalement pour un joueur avec de telles aptitudes techniques, ses contrôles manquent trop souvent de netteté. De plus, il ne les réalise pas toujours dans le sens du jeu, dans la recherche directe de la profondeur. Ces lacunes lui font ralentir le jeu dans certaines situations où, justement, il faut très vite profiter de l'espace laissé par l'adversaire. Le jeu de tête fait aussi partie de ses défauts majeurs et sa petite taille fait que cela ne risque pas de s'améliorer. Sur les phases arrêtées sur les flancs, il se positionne souvent au premier poteau pour essayer, sans beaucoup de succès, de prolonger le service court de son partenaire. Il lui arrive aussi de rester à l'affût dans le petit rectangle pour profiter des deuxièmes ballons. En tout cas, il ne se frotte quasiment jamais au combat aérien. Reynaldo est quelqu'un qui manque de force dans les duels. Quand il doit arracher le ballon dans les pieds d'un adversaire dans une confrontation franche, il ne sort pas systématiquement vainqueur de cette situation, loin s'en faut. Dans les corps-à-corps, que ce soit avec un ballon au sol ou dans les airs, il présente un déficit physique important face à de robustes défenseurs. Tout cela fait qu'il récupère peu de ballons et quand cela arrive, c'est plus suite à une faute technique adverse que par son esprit conquérant. Autant il écarte très bien le jeu quand le ballon arrive dans sa zone, autant il reste bien trop sur son côté quand l'action se déroule sur l'autre flanc. Dans cette situation, non seulement il devient presque injoignable pour ses partenaires mais, de plus, il n'est pas présent devant le but pour reprendre un centre au deuxième poteau. Sa position trop éloignée fait qu'il arrive souvent trop tard pour conclure. L'ex-joueur de Nautico Capibaribe doit encore beaucoup évoluer sur le plan tactique. Il n'a pas encore atteint la dimension suffisante pour être impliqué dans un schéma collectif. Ses prestations dépendent plutôt de son instinct ou de sa créativité et sa lecture du jeu (aussi bien en possession qu'en perte de balle) présente encore des lacunes criantes. A sa décharge : c'est normal vu son manque d'expérience. Son pressing est pratiqué sans vraiment tenir compte du comportement et du positionnement de ses équipiers. Malgré son évolution marquante depuis le début de saison, c'est un élément qui manque encore de constance dans ses prestations. Il évolue rarement au même niveau pendant 90 minutes et il se montre parfois invisible pendant de longues périodes. Par contre, il peut être décisif à chaque instant par un coup de génie. Si ses frappes enroulées de l'intérieur du pied sont excellentes, il ne possède pas un tir d'une puissance phénoménale du cou de pied. C'est sans doute pour cette raison que son coach ne le désigne presque jamais comme responsable du botté des phases arrêtées. Son pied gauche est moins performant que le droit et il le contourne régulièrement en utilisant l'extérieur de son meilleur pied. NÉ EN 1963, ÉTIENNE DELANGRE JOUA COMME DÉFENSEUR AU STANDARD DE 1981 À 1992 (267M EN D1 ET 6B, CHAMPION EN 82 ET 83). EX-CHARGÉ DE COURS À L'ÉCOLE DU HEYSEL, IL COACHA DE LA P1 À LA D1 (CHARLEROI). PAR ÉTIENNE DELANGRE