La semaine passée, le Daily Mail a rappelé les faits de 1998. Le quotidien anglais a cité Frah Addo, le vice-président de la Confédération africaine. Somalien, Addo a dû quitter son pays pour l'Egypte suite aux conflits qui ont éclaté il y a une dizaine d'années entre différents seigneurs de guerre. Il est également membre de la commission des arbitres de la FIFA. En 1998, il aurait reçu 100.000 dollars pour convaincre sa fédération et quelques autres de voter e...

La semaine passée, le Daily Mail a rappelé les faits de 1998. Le quotidien anglais a cité Frah Addo, le vice-président de la Confédération africaine. Somalien, Addo a dû quitter son pays pour l'Egypte suite aux conflits qui ont éclaté il y a une dizaine d'années entre différents seigneurs de guerre. Il est également membre de la commission des arbitres de la FIFA. En 1998, il aurait reçu 100.000 dollars pour convaincre sa fédération et quelques autres de voter en faveur de Blatter. A l'époque, les membres de la CAF étaient parvenus à un accord, en vertu duquel ils allaient accorder leurs suffrages à Lennart Johansson. Toutefois, cet accord n'a jamais été confirmé officiellement: les fédérations francophones et anglophones ne sont pas toujours sur la même longueur d'onde et ces dernières surtout n'appréciaient pas l'accord. Le rappel de cette affaire par un journal anglais, quelques jours avant la réunion extraordinaire de la FIFA à Zurich, n'est guère étonnant. Cette réunion a été convoquée sur l'insistance de huit membres européens, parmi lesquels Michel D'Hooghe, de quatre africains et du Docteur Chung Mong-Joon, le vice-président sud-coréen de la FIFA. Seulement, à Paris, c'est Sepp Blatter qui l'a emporté. Lorsque l'Allemagne a été choisie pour l'organisation du Mondial 2006, grâce au soutien du Dr Chung et de l'Asie, on a cru le fameux trio Johansson-Chung-Hayatou dissout, d'autant qu'après l'affaire ISL, en juillet dernier, Blatter a été accueilli par une standing-ovation des membres réunis à Buenos Aires. Il était le seul candidat à sa propre succession. Johansson, qui prolongera son mandat de président de l'UEFA à Stockholm, fin avril, n'est plus intéressé par le poste. Issa Hayatou peut-être, mais il n'est plus aussi sûr de ses amis asiatiques depuis qu'ils ont laissé l'Afrique du Sud en plan lors de l'attribution du Mondial 2006. Pendant un certain temps, le Dr Chung n'a plus fait parler de lui. Jusqu'à la semaine passée. Le Comité exécutif de la FIFA a décidé de former une commission d'enquête sur l'état financier de la FIFA. Le Dr Chung a été le plus ardent défenseur d'une telle commission, affirmant que celle-ci allait mettre à jour des choses bien plus graves que ce que le CIO avait découvert lorsqu'avait éclaté le scandale de corruption de Salt Lake City.Il faut donc attendre. Ce qui est certain, c'est que, fin mai, Blatter devra compter avec le Dr Chung ou avec Issa Hayatou. Les candidatures doivent rentrer avant le 28 mars. A Séoul, Chung jouera à domicile.Mick Michels