S ven Vandenbroeck (26 ans, capitaine et médian, revenu en janvier dernier après quatre ans au FC Malinois, il avait quitté la Belgique en 2000 pour Roda, De Graafschap et Akratitos, en Grèce) : " La préparation a été chaotique. Ceux qui ont disputé le tour final ont eu droit à des jours de congé supplémentaires mais les transferts étaient en vacances depuis longtemps. Chacun a donc repris à un moment différent. Un vrai puzzle ! Je ne sais pas si nous sommes vraiment prêts ".
...

S ven Vandenbroeck (26 ans, capitaine et médian, revenu en janvier dernier après quatre ans au FC Malinois, il avait quitté la Belgique en 2000 pour Roda, De Graafschap et Akratitos, en Grèce) : " La préparation a été chaotique. Ceux qui ont disputé le tour final ont eu droit à des jours de congé supplémentaires mais les transferts étaient en vacances depuis longtemps. Chacun a donc repris à un moment différent. Un vrai puzzle ! Je ne sais pas si nous sommes vraiment prêts ". Les matches de préparation se sont pourtant bien déroulés. Le Lierse a fait des matches nuls contre des clubs tels que l'AZ Alkmaar et Galatasaray, il a battu Dessel, le KVSK United et le Lyra : " Cela ne révèle rien du tout. Nous ne découvrirons la valeur réelle du Lierse que pendant le championnat. D'ailleurs, l'équipe manque de fraîcheur mentale. La saison a été très longue, nous avons eu peu de vacances et n'avons pu nous entraîner que trois semaines, ce qui est vraiment peu. Le championnat reprend un peu trop tôt mais nous sommes quand même impatients. Tout le monde préfère les matches qui comptent... " En peu de temps, le Lierse a dû tenter de pallier le départ de piliers tels que Timothy Dreesen, Oleksandr Iakovenko, Stef Wils et Jürgen Raeymaeckers. Il a notamment repris l'attaquant Bob Peeters et le défenseur Mario Verheyen. " Ils apportent de l'expérience à l'équipe. Nous avions une formation très jeune l'année passée, après les renvois liés à l'affaire. J'étais pratiquement le plus âgé. L'arrivée de trentenaires nous fait du bien ". Vandenbroeck estime que le retour de Peeters est le renfort le plus important du Lierse : " Bob est toujours démarqué sur le terrain et met de l'ambiance dans le vestiaire. Il est souvent dominant mais c'est dans sa nature, en famille comme au club. Jusqu'à présent, nous le ressentons positivement. Nos jeunes apprécient son humour dans le vestiaire. L'ambiance est bonne, pour le moment, mais tout dépend des résultats, évidemment. Si nous perdons quelques matches, elle en pâtira ". Le Lierse n'a pas été épargné sur le plan financier, depuis quelques années. Les problèmes d'octroi de licence se sont succédé. Est-ce terminé ? " La direction a établi une ligne de conduite dont elle ne se départit pas. J'ai l'impression que le président et le vice-président travaillent bien. Ils ont été clairs avec les joueurs. Leur point de vue est simple : ils préfèrent payer moins mais à temps que de faire de belles promesses qu'ils ne pourront plus tenir dans trois mois. Ils ont raison ". Les joueurs doivent-ils consentir des sacrifices ? " Le terme est fort. Je sais qu'auparavant, le club a délivré de gros contrats. Cela ne me pose pas de problème. Je m'intéresse davantage à l'aspect sportif qu'au financier. Le Lierse est un club ambitieux. Il veut redevenir sain et obtenir un bon classement ". Le club mise aussi sur les Belges et les jeunes : " Le fait que l'équipe soit essentiellement belge est positif. Avant la trêve hivernale, nous avions sept ou huit Yougoslaves et beaucoup d'autres nationalités. La communication en pâtissait. L'équipe sera plus soudée avec davantage de Belges. Les étrangers vont s'adapter à nous alors que c'était le contraire avant. Les supporters peuvent aussi nous aborder plus facilement, ils se retrouvent aussi mieux en des joueurs belges. Enfin, nous sommes plus enclins à nous attarder au club après un match. C'est positif pour tout le monde ". Le Lierse aspire évidemment à une saison tranquille après toutes les turbulences passées mais Vandenbroeck sait que la rétrogradation reste une menace : " L'année dernière a été très pénible. Nous voulons éviter les problèmes et tenter de réaliser quelques exploits contre des ténors. Je signe des deux mains pour terminer entre la 10e et la 14e place sans devoir regarder constamment derrière nous. Chaque joueur cultive une ambition personnelle. Les nouveaux veulent se montrer et les anciens souhaitent faire mieux que l'exercice précédent. Si nous parvenons à faire coïncider ces ambitions, le Lierse vivra une chouette saison ". "LEEN MALLEZIE