Le moment de gloire du Real Saragosse remonte à 1995, lorsqu'il remporta la défunte Coupe des Coupes en battant Arsenal 2-1 au Parc des Princes, à Paris. Depuis lors, l'équipe est un peu retournée dans l'ombre. Elle est même redescendue en D2, en 2002-2003, mais pour revenir aussitôt, après une seule saison de purgatoire. Et, au printemps dernier, elle a remporté la Coupe du Roi au détriment du Real Madrid et s'est également adjugé, voici trois mois, la Supercoupe d'Espagne face au FC Valence.
...

Le moment de gloire du Real Saragosse remonte à 1995, lorsqu'il remporta la défunte Coupe des Coupes en battant Arsenal 2-1 au Parc des Princes, à Paris. Depuis lors, l'équipe est un peu retournée dans l'ombre. Elle est même redescendue en D2, en 2002-2003, mais pour revenir aussitôt, après une seule saison de purgatoire. Et, au printemps dernier, elle a remporté la Coupe du Roi au détriment du Real Madrid et s'est également adjugé, voici trois mois, la Supercoupe d'Espagne face au FC Valence. Saragosse compte en ses rangs deux anciens joueurs du Real Madrid. Le plus connu est sans doute le Brésilien Savio, qui joua au stade Santiago Bernabeu de 1997 à 2002. Lassé d'avoir trop peu de temps de jeu dans la capitale, il s'est offert une brève escapade aux Girondins de Bordeaux avant de se lier au club aragonais en 2003. " Saragosse revenait en D1 avec un projet intéressant ", explique-t-il. " J'ai directement été convaincu. De mon côté, je rentrais de France et je considérais que mon horizon au Real Madrid était toujours aussi bouché. Dès lors, je n'ai plus hésité ". Des paroles aux actes, il n'y avait qu'un pas. " La victoire en Coupe du Roi a démontré que nous avons un groupe de qualité et le trophée est une belle récompense pour tous les supporters. Dès mon arrivée, ils m'ont très bien accueilli et je suis heureux d'avoir pu leur rendre la pareille. Jouer la Coupe de l'UEFA, c'est une belle aventure pour un club comme Saragosse ". Le défenseur central GabrielMilito n'a vécu que quelques jours au Real Madrid, durant l'été 2003. Le temps de passer une visite médicale qui a révélé un problème au genou et qui a rendu le contrat nul et non avenu. Saragosse lui a tendu la perche alors qu'il s'apprêtait à rentrer en Argentine. Il a accepté l'offre, bien qu'elle émanait d'un club récemment promu en D1 dont le prestige était difficilement comparable à celui du grand club de la capitale. Aujourd'hui, à 23 ans, Milito est déjà devenu le joueur référence du secteur défensif, et son influence dans le vestiaire est très importante. " J'ai oublié mon transfert raté pour le Real Madrid ", affirme-t-il. " On n'a pas voulu de moi chez les Merengues, tant pis. Désormais, je me donne à fond pour Saragosse. Et j'ai déjà récolté un premier trophée avec cette Coupe du Roi ". Le joueur d'entrejeu JoséMariaMovilla provient également de Madrid, mais de l'Atletico. " Je m'y sentais très bien ", déclare-t-il. " En deux saisons là-bas, j'ai joué 70 matches de championnat. Mais, l'an passé, GregorioManzano ne semblait plus trop compter sur moi. Lorsque VictorMunoz m'a appelé, je n'ai pas hésité. Il m'offrait la possibilité d'être titulaire et cela ne se refuse pas ". JaviMoreno est un autre ancien joueur de l'Atletico. Avant de revenir en Espagne, à Saragosse, il tenta l'aventure italienne et porta le maillot du Milan AC. Le centre-avant DavidVilla est actuellement le meilleur buteur de l'équipe avec six réalisations en Liga. Ces dernières semaines, l'équipe traverse une petite crise. Voici dix jours, elle s'est inclinée 0-1 à domicile contre l'Espanyol. C'était son cinquième match d'affilée sans victoire dans le championnat d'Espagne. " Je ne me refuse à parler de crise ", rétorque l'entraîneur Victor Munoz. " Tout comme je me refuse à évoquer l'excuse d'une fatigue engendrée par la Coupe de l'UEFA pour expliquer notre mauvaise passe en championnat. Simplement, le sort n'est pas avec nous pour l'instant ". " Il n'empêche, on a intérêt à relever la tête le plus rapidement possible ", admet Movilla. " Je demande un peu de patience aux supporters ", ajoute Savio. Si le Real Saragosse tousse en championnat, il a été le premier à faire tomber le Dnipro Dnipropetrovsk, déjà qualifié il est vrai, dans les poules de la Coupe de l'UEFA. Une victoire 2-1 conquise il y a deux semaines sur un terrain en piteux état. " Pour ne pas dire impraticable ", renchérit Savio. " Je me demande comment l'arbitre a accepté de jouer sur un terrain pareil ". Cette victoire entretient l'espoir. " Il faut se persuader qu'on peut aller très loin dans l'épreuve ", affirme l'arrière gauche international paraguayen DelioCesarToledo. Daniel Devos