Malgré son statut de tête de série lors du tirage des deux premiers tours qualificatifs de la Ligue des Champions, le RSCA n'a pas été vraiment gâté par le sort, vendredi passé à Nyon, puisqu'il a hérité, sur le papier, de l'adversaire le plus coriace possible à ce stade de l'épreuve : le Rapid Bucarest, sacré champion de Roumanie avec sept points d'avance sur le réputé Steaua.
...

Malgré son statut de tête de série lors du tirage des deux premiers tours qualificatifs de la Ligue des Champions, le RSCA n'a pas été vraiment gâté par le sort, vendredi passé à Nyon, puisqu'il a hérité, sur le papier, de l'adversaire le plus coriace possible à ce stade de l'épreuve : le Rapid Bucarest, sacré champion de Roumanie avec sept points d'avance sur le réputé Steaua. Créé en 1923 en tant que club des chemins de fer, le Rapid a longtemps vécu dans l'ombre des deux autres grands de la capitale roumaine : le Dinamo, soutenu par la police, ainsi que le Steaua, porte-drapeau de l'armée. Une fois seulement avant la révolution de 1989, le Rapid réussit à battre en brèche l'hégémonie des deux monstres sacrés, soutenus par les bonzes du régime : en 1967 quand, pour la première fois, il décrocha les lauriers suprêmes. Depuis lors, deux autres titres de champion sont venus grossir la vitrine du club : en 1999 puis cette saison. Vainqueur de la Coupe de Roumanie en 1998 et 2002, le Rapid s'est imposé comme le troisième grand du football roumain aujourd'hui. Le club possède en ses rangs plusieurs internationaux : les défenseurs Razvan Rat et Mihai Iencsi, le milieu de terrain Costin Soava et l'attaquant Marius Bratu. Un autre crack de l'équipe nationale, Ioan Sabau, actif à Feyenoord et à Brescia autrefois, a mis un terme à sa carrière cette saison et sera remplacé par Nourredine Zyiati, ex-sociétaire de l'Antwerp. Le Marocain n'est pas le seul dont le nom offre des consonances familières pour nous, dans la mesure où le Rapid est coaché depuis trois saisons par l'ancien Standardman Mircea Rednic et qu'il est emmené sur le terrain par un autre joueur qui a transité par Sclessin : Manu Godfroid. Deux autres joueurs qui se sont illustrés sur nos pelouses sont repartis sous d'autres cieux entre-temps après avoir défendu les couleurs du Rapid : Roberto Bisconti, reparti à Aberdeen, et l'ancien Lokerenois Camille Muzinga. Le Rapid, qui évolue généralement en 3-5-2, accueillera le RSCA le 30 juillet prochain dans son stade, doté d'une capacité de 18.000 places. Le retour au Parc Astrid aura lieu le 6 août. " Compte tenu de la valeur du Sporting, je ne nous accorde guère plus de 40 % de chances de qualification ", dit Manu Godfroid. Info ou intox ? (B. Govers) Georges Heylens commente le championnat.