1 ANTHONY VANDEN BORRE - COME-BACK

" VDB, tu vas quand même pas crever ?" C'est ce qu'a dû se dire, en son for intérieur, l'Anderlechtois aux mêmes initiales que Paul Vanden Boeynants, porté disparu lui aussi, autrefois, avant de revenir du diable-vauvert. Anthony, en revanche, ira sans doute aux Diables s'il continue à monter en puissance au RSCA. Vanden Borre ? Vous avez bien choisi !
...

" VDB, tu vas quand même pas crever ?" C'est ce qu'a dû se dire, en son for intérieur, l'Anderlechtois aux mêmes initiales que Paul Vanden Boeynants, porté disparu lui aussi, autrefois, avant de revenir du diable-vauvert. Anthony, en revanche, ira sans doute aux Diables s'il continue à monter en puissance au RSCA. Vanden Borre ? Vous avez bien choisi ! Revenu la queue entre les jambes de Watford, où il avait été prêté la saison passée, on ne donnait pas cher de ses chances d'être titularisé au Standard, vu la concurrence de Paul-José Mpoku et Frédéric Bulot sur les flancs. Mais c'était compter sans la rage du bonhomme. Avec des statistiques à faire pâlir d'envie toute la galerie. Couvert d'or comme footballeur, il n'a eu longtemps droit qu'à l'opprobre en tant que coach. C'était d'ailleurs plutôt mal barré pour lui avec le Cercle Bruges à l'heure de négocier les PO3 la saison passée, face au Beerschot. Malgré 3 points dans la vue et une défaite, le Lorre a réussi l'opération-maintien. Et persévère cette saison. C'est à l'Olympiapark brugeois que tout avait commencé pour lui en classes d'âge du Club. Et que tout avait continué aussi, au Cercle ce coup-ci, après un intermède d'une saison, en 2005-06, au KM Torhout. Snobé au Parc Astrid par Ariel Jacobs et John Van den Brom, il aurait déjà retrouvé son punch chez les Bleu et Noir s'il n'avait dû composer avec les blessures, son autre marque de fabrique. On connaissait déjà La Chute de Camus, Albert de son prénom, célèbre romancier français. Pour Fabien, footeux franco-tunisien, il faut plutôt parler de La Remontée. Prêté à Troyes la saison passée, il y a livré une saison-canon avant de confirmer à Genk. Comme quoi, il ne fallait pas l'enterrer trop vite. Voilà les Diables prévenus, qui croiseront sa route au Mondial. L'espace d'une rencontre, en fin de saison 2011-12, le jeune attaquant brésilien du RSCA avait épaté la galerie contre Lokeren. Au point que d'aucuns voyaient déjà en lui le nouveau Lozano. Mais, sous la houlette de John van den Brom, le garçon n'a jamais eu sa chance. Prêté à Ostende, cette saison, il revit, manifestement. Champion du lancer de palmipède, il n'avait, par le passé, jamais cassé trois pattes à un canard comme attaquant. Réserviste plus souvent qu'à son tour au Gaverbeek, il a profité de la blessure de Mbaye Leye pour s'installer dans l'équipe et marquer, avant d'obtenir un transfert juteux à Gand et un surnom : Superbibou ! PAR BRUNO GOVERS - PHOTOS : IMAGEGLOBE