Il y a deux ans, Caen chutait en Ligue 2, après un petit tour d'une saison au sein de l'élite. A l'époque, les Normands n'avaient pourtant pas démérité, luttant jusqu'au bout pour demeurer en Ligue 1 et atteignant la finale de la Coupe de la Ligue. Sans verser dans la folie dépensière, Caen avait misé sur ses jeunes et sur deux Belges Grégory Dufer et Steve Dugardein.
...

Il y a deux ans, Caen chutait en Ligue 2, après un petit tour d'une saison au sein de l'élite. A l'époque, les Normands n'avaient pourtant pas démérité, luttant jusqu'au bout pour demeurer en Ligue 1 et atteignant la finale de la Coupe de la Ligue. Sans verser dans la folie dépensière, Caen avait misé sur ses jeunes et sur deux Belges Grégory Dufer et Steve Dugardein. Malgré la relégation, les Normands, qui peuvent compter sur un soutien populaire sans faille, n'ont pas changé leur recette. Le centre de formation est un des plus productifs de France. Sur les 23 éléments du groupe pro, dix sont issus du sérail. Yoan Gouffran, un des joueurs les plus courtisés sur le marché français, y a fait toutes ses classes. Pourtant, avant de partir sous d'autres cieux plus rémunérateurs, Gouffran, 15 buts au compteur, goûtera à la Ligue 1 avec Caen qui veut se stabiliser. En vendant ses meilleurs jeunes à prix d'or ( Ronald Zubar a rapporté 4 millions d'euros lors de son transfert à Marseille la saison passée), Caen a pu garnir sa trésorerie mais ce que veut désormais le club, c'est se positionner en Ligue 1. Fini de vendre trop vite les Zubar, William Gallas, Jérome Rothen et autre Mathieu Bodmer. " Les supporters viennent au stade pour voir des jeunes de Basse-Normandie. Il y a une forte identification ", explique Sébastien Bannier, directeur du centre de formation. Pour garder le fil conducteur, Caen a misé sur l'ancien défenseur maison et de Monaco, Franck Dumas qui a pris l'équipe en mains, à quelques matches de la chute en Ligue 2. " Nous allons continuer à miser sur la formation. Nous n'allons pas oublier nos principes d'un coup mais on va aussi devoir renforcer l'équipe ", a affirmé Dumas. Dans ce sens, Benjamin Nivet (ex-Troyes) a déjà été transféré. PHILIPPE BILLY, ancien défenseur de Mons, quitte Laval pour Brest (Ligue 2) où il a signé un contrat de trois ans. MAROUANE CHAMAKH, l'attaquant marocain de Bordeaux, a prolongé son contrat d'un an avec les Girondins. Marc Planus et David Jemmali l'avaient précédé. VEDRAN RUNJE (notre photo) se rapproche de la Belgique en quittant Besiktas pour Lens. L'ancien portier du Standard devrait y rester trois ans mais, pour le moment, son arrivée pousse Charles Itandje, le titulaire actuel, vers la sortie. LAURENT MACQUET quitte Beveren pour Grenoble (Ligue 2). XAVIER GRAVELAINE est nommé directeur sportif de Nantes. Sa première décision fut de maintenir Michel Der Zakarian dans son rôle d'entraîneur, malgré la relégation. LIONEL MATHIS, le médian d'Auxerre, a signé un contrat de quatre ans avec Sochaux. A 25 ans, il quitte un club où il a disputé sept saisons. Il avait été élu meilleur espoir de Ligue 1 en 2003. Benoît Cheyrou, le médian défensif, part également. Il a trouvé un accord avec l'OM. A 26 ans, l'ancien Lillois découvrira son troisième club. L'AJA a déjà perdu Kanga Akalé (Lens) et s'apprête à se séparer de Younes Kaboul (Tottenham) et Bakary Sagna. Johan Radet devait partir pour Strasbourg mais les médecins alsaciens ont décelé une anomalie cardiaque. Strasbourg s'est vu contraint de refuser le milieu de terrain dont le contrat de deux ans était déjà prêt. A cause de cette malformation, à 30 ans, le médian devra plus que vraisemblablement mettre un terme à sa carrière. Pour compenser tous ces départs, Auxerre a misé sur Toifilou Maoulida (Marseille) et Kamel Chafni (Ajaccio). PATRICE LUZI a compris qu'il n'était plus désiré à Charleroi. Il débarque à Rennes pour trois ans comme doublure de Simon Pouplin. GAEL GIVET, le défenseur monégasque, s'est lié à Marseille pour quatre ans. STéPHANE VANDE VELDE