En septembre 2006, il y a près de onze ans, notre magazine cherchait un jeune joueur d'Anderlecht pour un dossier " Anderlecht, mon club ". " Prenez Sven Kums" , avait conseillé Jean Kindermans, qui est toujours responsable de la formation. " C'est lui qui a les plus longs états de service. " De fait, aucun footballeur de sa génération n'était depuis aussi longtemps au Sporting, nous raconta le calme et frêle joueur dans la première de ses interviewes, dans un centre de formation de Neerpede qui avait un tout autre aspect. Kums avait aussi dit : " Quoi qu'il arrive, où que j'aille, Anderlecht restera toujours mon cl...

En septembre 2006, il y a près de onze ans, notre magazine cherchait un jeune joueur d'Anderlecht pour un dossier " Anderlecht, mon club ". " Prenez Sven Kums" , avait conseillé Jean Kindermans, qui est toujours responsable de la formation. " C'est lui qui a les plus longs états de service. " De fait, aucun footballeur de sa génération n'était depuis aussi longtemps au Sporting, nous raconta le calme et frêle joueur dans la première de ses interviewes, dans un centre de formation de Neerpede qui avait un tout autre aspect. Kums avait aussi dit : " Quoi qu'il arrive, où que j'aille, Anderlecht restera toujours mon club. " Six mois plus tard, en janvier, il posait pour la photo avec le noyau A d'Anderlecht, lors d'une séance à La Manga. Frankie Vercauteren était alors l'entraîneur principal. Le 1er février, il quittait les Mauves pour lutter pendant six mois contre la relégation, avec le Lierse de Kjetil Rekdal. Aujourd'hui, Neerpede et Kums ont changé. Le joueur suscite aussi plus d'intérêt médiatique que lors de son départ anonyme. Neuf équipes TV et vingt journalistes ont assisté à sa présentation. Herman Van Holsbeeck a fièrement raconté sa visite chez Kums. " Je lui ai demandé si Anderlecht l'intéressait et il m'a répondu qu'il aimerait y revenir. Il est parti au moment où j'arrivais, il y a plus de dix ans. Il avait toujours été un des meilleurs mais à l'époque, les jeunes bénéficiaient de peu de chances à Anderlecht. La distance entre Neerpede et le stade, où nous nous trouvions, était trop importante. On disait ironiquement de Neerpede qu'il était situé " un pont trop loin ". " Je n'étais pas encore le joueur que je suis devenu ", raconte Kums. " J'ai bien remarqué qu'à 18 ans, je n'avais pas encore le niveau des autres. " Quand on lui demande s'il se voit remplacer Youri Tielemans la saison à venir, il se fait modeste : " Je ferai de mon mieux. " Il a appris comment il ne voulait pas jouer à Udine et il s'exposait à un scénario similaire à Watford. " Je veux développer un football attrayant, en possession du ballon. " Sur ces entrefaites, Mogi Bayat,présent à la conférence de presse de vendredi, a réglé son retour à la maison. " A son départ, Kums était maigre, dénué d'expérience. Maintenant, je parle à un adulte ", a dit Van Holsbeeck pour expliquer l'évolution du médian. Pourquoi avoir d'emblée insisté pour prendre Kums alors que d'autres transferts entrants sont prévus ? " C'était une priorité pour René Weiler. Sven était en tête de sa liste. Je compare volontiers Sven à Andrea Pirlo car il possède aussi une excellente lecture du jeu. " Le Sporting ne veut pas laisser partir Leander Dendoncker, qui peut soutenir Kums physiquement, comme le faisait Renato Neto à Gand.C'est une bonne nouvelle pour le citoyen de Dilbeek. Van Holsbeeck a encore rappelé que, comme Dries Mertens, Kums avait toujours été positif envers Anderlecht. " Dans chaque interview, ils disent qu'ils étaient balayés, qu'ils n'étaient pas encore prêts. " Kums est de retour à Neerpede. Quand Mertens revient-il ? Van Holsbeeck : " Ce n'est pas encore à l'ordre du jour. " ? Geert Foutré