Lors du dernier mercato d'hiver, quand Christophe Grégoire fut transféré à Anderlecht, sous l'insistance expresse de Hugo Broos, certains de mes honorables confrères le voyaient déjà en Diable Rouge ! Christophe, lui-même, dans une interview au Soir du 6 janvier 2005 abondait en ce sens :" Je ne cache pas que je vois dans ce transfert une chance unique de me mettre en valeur individuellement. Je rêve d'intégrer l'équipe nationale ". En signant un contrat de trois ans et demi au Sporting, Christophe réalisait surtout un rêve de gosse puisque, depuis sa plus tendre enfance, il était un supporter acharné des Mauves.
...

Lors du dernier mercato d'hiver, quand Christophe Grégoire fut transféré à Anderlecht, sous l'insistance expresse de Hugo Broos, certains de mes honorables confrères le voyaient déjà en Diable Rouge ! Christophe, lui-même, dans une interview au Soir du 6 janvier 2005 abondait en ce sens :" Je ne cache pas que je vois dans ce transfert une chance unique de me mettre en valeur individuellement. Je rêve d'intégrer l'équipe nationale ". En signant un contrat de trois ans et demi au Sporting, Christophe réalisait surtout un rêve de gosse puisque, depuis sa plus tendre enfance, il était un supporter acharné des Mauves. Du côté de la direction du Sporting, on se frottait les mains estimant qu'on avait réalisé, sous l'angle du rapport qualité prix une excellente affaire financière et sportive pour un peu moins de 400.000 euros ! Il faut se rappeler qu'à cette époque, l'Excel était quasi en instance de liquidation. Vendre Grégoire était donc impératif pour l'équilibre financier du club car, outre la somme non négligeable du transfert, l'opération permettait une économie de deux ans et demi d'un salaire très lourd. Le Standard avait d'ailleurs renoncé au transfert du joueur l'année précédente jugeant son contrat trop élevé. Bien que très conscient qu'il ne lui suffirait pas de paraître au Parc Astrid pour s'y imposer, Christophe ne s'attendait quand même pas à se retrouver carrément en Réserve cinq mois plus tard... Même plus sur le banc ! Faut-il lier cet échec au départ brusqué de Hugo Broos qui le voulait à tout prix ? Personnellement, je ne le pense pas. Broos lui aurait sûrement accordé un crédit de temps de jeu plus important et Christophe aurait probablement été plus à l'aise dans un dispositif en 4-4-2 qu'en 4-3-3. Mais, selon moi, il y a surtout eu une erreur de casting. Si Christophe est un joueur élégant, un pur gaucher doué d'une très belle technique toute en finesse et en intelligence, capable de délivrer de merveilleux assists, de là à en déduire qu'il possède le style anderlechtois, il y avait un pas franchi dans la précipitation. Le style d'Anderlecht a évolué ces dernières saisons vers un jeu de plus en plus basé sur des courses en profondeur, des provocations en un contre un avec des joueurs véloces comme Aruna Dindane, Mbo Mpenza et Christian Wilhelmsson. A ce jeu là, Christophe était face à une concurrence quasi inabordable. Car ses lacunes se situent notamment au niveau de la vitesse et de l'accélération. Christophe n'est pas un joueur de rupture. D'autre part, il ne s'impose pas avec assez de détermination dans les duels pour assurer un rôle plus défensif. Hormis pour sa qualité de centre, qui est exceptionnelle, j'ai parfois l'impression qu'il serait plus à l'aise dans l'axe, en électron libre, que sur un flanc à condition d'accélérer un peu son jeu. Pour me résumer, je dirais que Christophe est un très beau joueur mais que son rendement est insuffisamment décisif pour séduire un entraîneur aussi réaliste que FrankyVercauteren. A l'heure où j'écris ces lignes, on ne sait d'ailleurs plus trop où Christophe jouera la saison prochaine. Certains évoquent déjà un retour possible à Mouscron sous forme de prêt. Ce qui semble quasi certain, c'est que le Sporting ne souhaite plus le garder. C'est assurément un gros coup dur pour un garçon aussi adorable et pour qui tout fut toujours relativement facile jusqu'à présent. Broos le considérait comme un renfort directement utilisable sur le flanc gauche. Erreur d'appréciation de sa part ? Peut-être ! Ce qui est clair, c'est que Vercauteren n'a pas du tout partagé la même analyse. Quoi qu'il en soit, cela sent le gâchis et l'improvisation à plein nez. Christophe pourra, en tout cas, répéter à tout qui veut bien l'entendre qu'on ne lui aura même pas donné la chance de prouver qu'il pouvait revendiquer une place dans le noyau anderlechtois. Et s'il doit quitter le Sporting, il aura été le dindon de ce qui ressemble quand même à une très mauvaise farce. par André RemyChristophe Grégoire aura été le dindon de ce qui ressemble à UNE MAUVAISE FARCE.