Dans l'édition de samedi du quotidien Het Laatste Nieuws, Louis De Vries apparaît dans deux cahiers différents. Dans l'information générale d'abord, où on peut lire que FleetwoodMac, le légendaire groupe de rock, participe au festival de Werchter. Le journal revient sur le premier concert du groupe en Belgique, il y a 50 ans, à Anvers. Louis De Vries, qui avait 22 ans à l'époque, était le manager du groupe pop anversois The Pebbles et avait organisé le premier festival du genre, devant 6.000 personnes.
...

Dans l'édition de samedi du quotidien Het Laatste Nieuws, Louis De Vries apparaît dans deux cahiers différents. Dans l'information générale d'abord, où on peut lire que FleetwoodMac, le légendaire groupe de rock, participe au festival de Werchter. Le journal revient sur le premier concert du groupe en Belgique, il y a 50 ans, à Anvers. Louis De Vries, qui avait 22 ans à l'époque, était le manager du groupe pop anversois The Pebbles et avait organisé le premier festival du genre, devant 6.000 personnes. En pages sportives, le même Louis De Vries est associé à la reprise du Sporting Lokeren, que cède Roger Lambrecht après 25 ans de présidence. De Vries tient sa première passion de son père, chanteur des Ramblers. Le jeune Louis s'était affilié en son temps à l'Antwerp, mais sans jamais atteindre l'équipe A. Pas grave, féru de musique, il organise son premier concert en 1966 avec l'icône anversoise Ferre Grignard mais aussi avec Judy Collins et Gerry & the Pacemakers, à qui l'on doit le célèbre " You'll never walk alone ". De Vries réussit aussi à attirer en Belgique le guitariste Jimmy Hendrix, il organise le premier concert de Pink Floyd en dehors du Royaume-Uni, etc... En 1977, il change de cap et devient manager de l'Antwerp. En 1985, De Vries découvre cette fois l'univers des agents quand Alex Czerniatynski (ex-Antwerp) lui demande d'arranger son transfert d'Anderlecht au Standard. De Vries devient alors un des hommes les plus puissants du football belge. Il négocie la moitié des transferts entre clubs belges, gère le passage de Marc Degryse à Sheffield Wednesday puis au PSV, celui d' Aurelio Vidmar du Standard à Feyenoord...Après un passage en Hongrie, au Kispest Honved, il entame une nouvelle aventure à Anvers. Le Germinal, qui s'allie au Beerschot, le mandate pour lui trouver un partenaire étranger. Ce sera l'Ajax. De Vries devient directeur général et perçoit 20% sur les recettes mais elles sont décevantes. Le nouveau club a trop de directeurs, ses dépenses sont trop élevées : la structure extra-sportive coûte aussi chère que le fonctionnement du seul Ekeren, dont les dirigeants, toujours parcimonieux, commencent à râler. En mai 2000, au bout d'un an, l'Ajax acquiert la majorité des parts et envoie Bob-Jan Hillen diriger la filiale. Un an plus tard, en mai 2001, De Vries raccroche, pour raisons médicales. " Je sais qu'à part moi, tout le monde a gagné de l'argent sur le dos du Germinal Beerschot ", conclut-il. " J'ai perdu beaucoup d'argent, j'ai négligé ma famille et ma santé. " Il déménage à Marbella, où il attire Ray Charles, Dionne Warwick, George Benson et les Gipsy Kings dans les grands hôtels de la Costa del Sol. Il ne parvient toutefois pas à se détacher du football. En 2016, il se joint à des investisseurs au FC Marbella. Puis, le week-end dernier, il surgit du néant pour reprendre Lokeren et annonce avoir déjà un accord de collaboration avec Valence. Ce n'est pas illogique. De Vries n'a pas les moyens de reprendre seul un club, pas plus que dans ses précédents projets. Reste à voir qui il représente vraiment. Ce n'est qu'à ce moment qu'on saura si Lokeren peut faire la fête.