Dimanche prochain, l'Excelsior Mouscron reçoit le Standard. Même s'il ne l'avoue pas ouvertement, Mustapha Oussalah (23 ans) a sans doute inscrit ce rendez-vous en grandes lettres dans son agenda. " Le Standard reste le club de mon c£ur ", reconnaît-il. " C'est là que j'ai fait toutes mes classes et je ne peux pas oublier tous les bons moments que j'ai passés là-bas. J'ai été fier de porter le maillot rouche ".
...

Dimanche prochain, l'Excelsior Mouscron reçoit le Standard. Même s'il ne l'avoue pas ouvertement, Mustapha Oussalah (23 ans) a sans doute inscrit ce rendez-vous en grandes lettres dans son agenda. " Le Standard reste le club de mon c£ur ", reconnaît-il. " C'est là que j'ai fait toutes mes classes et je ne peux pas oublier tous les bons moments que j'ai passés là-bas. J'ai été fier de porter le maillot rouche ". Mais, cet été, il n'y avait plus de place pour lui à Sclessin. De retour d'Eupen, où il avait été prêté pour les six derniers mois de la saison, le Belgo-Marocain a rapidement compris que ses chances de jouer auraient été réduites s'il était demeuré en bord de Meuse. " Sur le flanc gauche, il y avait des joueurs comme MilanRapaic, GonzagueVandooren, PhilippeLéonard, parfois même AlmaniMoreira et SergioConceição. Dans ces conditions, je ne pouvais pas trop espérer une place de titulaire ". Il fut donc à nouveau prêté, cette fois à Mouscron, qui cherchait un successeur à ChristopheGrégoire. " La perspective de déménager dans le Hainaut Occidental m'a d'emblée séduit ", déclare Mous. " C'était un club de D1, qui avait la réputation d'entretenir une ambiance familiale et qui, de surcroît, était francophone. Je n'ai pas été déçu : j'ai été très bien accueilli et l'ambiance a toujours été très bonne dans le vestiaire. En outre, à l'exception du déplacement au Cercle Bruges où j'étais suspendu, j'ai toujours eu la confiance du coach GeertBroeckaert. Je ne peux donc pas me plaindre ". Si Geert Broeckaert l'a souvent titularisé, au détriment de DavidGrondin, c'est parce qu'il apporte de la profondeur. " Cela correspond à mon jeu, effectivement. J'aime arpenter mon flanc, d'avant en arrière et d'arrière en avant. Cela ne me dérange pas de courir sans ballon et de créer, ainsi, des espaces pour mes partenaires. Cela ne me dérange pas, non plus, de défendre. D'ailleurs, dans le passé et notamment à La Gantoise, j'ai souvent évolué comme arrière gauche ". Les débuts de Mustapha Oussalah sous le début mouscronnois ont pourtant été assez laborieux. Si sa bonne volonté n'était pas en cause, et s'il n'a jamais ménagé ses efforts, il avait souvent eu du mal à soigner le geste final : alors qu'il semblait avoir réalisé le plus difficile, il loupait la dernière passe ou le dernier centre. " Sans vouloir avancer de fausses excuses, j'avais débarqué dans une équipe qui se cherchait et dont les joueurs se connaissaient mal ", se défend-il. " En outre, avec les résultats négatifs qui s'accumulaient, la confiance se dissipait. J'en ai souffert, comme mes partenaires ". C'est pourtant lui qui inscrivit le premier but des Hurlus cette saison : c'était face à Westerlo et cette réalisation avait valu trois points à son équipe. Voici dix jours, face au Germinal Beerschot, il récidiva. Dès la deuxième minute de jeu, et de la tête, ce qui n'est guère coutumier chez lui. " C'était seulement mon deuxième but de la tête en D1 ", précise-t-il. " Le premier, je l'avais inscrit contre La Louvière, sous le maillot gantois. J'ignore pourquoi je marque aussi peu de la tête, car je ne peux pas considérer que c'est vraiment un point faible. Chez les jeunes, je l'utilisais régulièrement, mais en D1, j'hésite. Je devrais davantage oser, car la reprise que j'ai réalisée contre le Germinal Beerschot était très réussie. Il faut dire que le centre d' AdiCustovic était parfait. Je n'avais plus qu'à mettre le front ". Peut-être mis en confiance par ce but précoce, Mustapha Oussalah réalisa sa meilleure prestation sous le maillot mouscronnois. Pour la première fois cette saison, il a joint le geste final à son inlassable activité : il a marqué, il a couru, il a défendu. On l'a même vu revenir jusqu'aux abords de son propre rectangle, pour rattraper KrisDeWree qui s'était infiltré jusque-là. " Cela faisait partie des consignes du coach ", dit-il. " Il m'avait signalé que l'arrière droit anversois montait plus fréquemment que l'arrière gauche et qu'il m'appartenait de le surveiller ". Cerise sur le gâteau : Mous a même réussi un très bon centre. " Centrer avec précision, c'est l'un de mes problèmes ", reconnaît-il. " J'ai sans doute trop tendance à vouloir me dépenser le long de la touche. A force de courir, je manque de lucidité pour réaliser le bon geste au moment de centrer. Pourtant, je travaille cet aspect du jeu à l'entraînement, mais je dois encore davantage m'appliquer ". Surtout si l'on est appelé à succéder à Christophe Grégoire qui, lui, était précisément réputé pour la qualité de ses centres. " Peu importe à qui je succède. Je ne tiens pas à être comparé à Christophe Grégoire, ni à lui ressembler. Nous sommes deux joueurs différents, et nous avons des qualités différentes. Son centre était peut-être plus précis que le mien, mais mon activité sur le flanc gauche est peut-être supérieure. Je pense que, dans le style qui est le mien, je peux être utile à l'équipe également. D'autant que beaucoup de joueurs de l'effectif ont tendance à trop jouer dans les pieds. Il faut trouver un équilibre, et un peu de profondeur ne fait pas de tort. Que je sois encore perfectible, c'est une évidence. Je dois, par exemple, réapprendre à utiliser mon dribble à bon escient. A La Gantoise, j'avais un peu perdu l'habitude de dribbler. GeorgesLeekens me demandait toujours de jouer sobrement, en un temps, et de céder le ballon le plus rapidement possible. Il ne faut, certes, pas tomber amoureux du ballon, mais un dribble réalisé à bon escient peut se révéler utile pour désarçonner une défense ". Comme tous les musulmans, Mustapha Oussalah respecte actuellement le ramadan, mais cela ne semble pas affecter son rendement, au contraire. Le but face au Germinal Beerschot, et le succès enfin net conquis par ses nouvelles couleurs, serviront-ils de déclic pour le joueur et pour le club ? " Si j'ai mieux joué, c'est surtout parce que l'équipe entière s'est mieux trouvée ", répond-il modestement. " Après la défaite au Cercle Bruges, qui avait surtout mis l'entraîneur sous pression, chacun s'est remis en question. Le match amical à Lille, où l'on s'est imposé 0-2 face à une équipe qui dispute actuellement la Ligue des Champions, a peut-être réins- tauré une dose de confiance également. Dans le vestiaire, avant le match, j'ai directement senti que tout le monde était concentré. Des modifications tactiques avaient également été apportées. On est revenu à un système à deux attaquants et cela s'est révélé bénéfique, d'autant que Tailson et AdiCustovic paraissent très complémentaires. Précédemment, on avait parfois joué en 4-5-1, ou alors en 4-4-1-1 avec un attaquant de pointe et un deuxième attaquant qui tournait autour. Avant la rencontre face au Germinal Beerschot, on avait aussi insisté sur la nécessité de faire bloc et de jouer avec l'entrejeu. D'effectuer, si besoin, quelques passes latérales avant de rechercher la profondeur. Cela a très bien fonctionné. Lorsqu'on peut s'appuyer sur une base solide, c'est toujours mieux pour construire ". Mous avait sans doute besoin d'un peu de temps pour retrouver à la fois le rythme de D1 et la confiance. Car les six derniers mois avaient été assez difficiles. On se souvient qu'il avait été viré de La Gantoise, club auquel il avait déjà été prêté en décembre 2003, après une dispute avec l'Algérien AbdelmalekCherrad en novembre 2004. Il estime toujours avoir été victime d'une injustice et ne veut pas trop en parler car il est en procès avec le club gantois auquel il reproche un licenciement abusif. Il veut surtout oublier l'incident et repartir du bon pied. C'est ainsi qu'il passa les six derniers mois de la saison dernière à Eupen. " Après ce qui s'était passé, il valait sans doute mieux que je me recase en D2. Mais je ne me suis jamais senti à l'aise au Kehrweg. Pourtant, le club était sympathique, et DidierErnst comme l'entraîneur MarcGrosjean ont tout fait pour m'aider. En fait, j'avais toujours été habitué à un régime professionnel et je suis tombé dans une équipe où les joueurs ne s'entraînaient que le soir. La D1 me manquait ". Et l'avenir ? En fin de saison, Mous devrait retourner au Standard puisqu'il n'est prêté que pour un an. " Je n'y pense pas encore, l'échéance est lointaine. Si le Standard décide de me conserver, c'est très bien. Si Mouscron souhaite me garder une année de plus, c'est très bien aussi. En fait, je dois surtout veiller à réaliser de bonnes performances cette saison, et à aider l'Excel à gagner. Cela augmentera mes chances de trouver un bon club ". DANIEL DEVOS " IL NE FAUT PAS TOMBER AMOUREUX DU BALLON MAIS UN DRIBBLE PEUT êTRE UTILE "