Genk a longtemps été en lice pour le titre mais les ultimes semaines de la compétition lui ont été fatales. Les Limbourgeois se sont donc essentiellement renforcés en profondeur. Hugo Broos affirme viser la Coupe d' Europe et non le titre mais si Genk passe l'obstacle de Sarajevo, la campagne européenne qui s'en suivra lui vaudra de toute façon un calendrier chargé.
...

Genk a longtemps été en lice pour le titre mais les ultimes semaines de la compétition lui ont été fatales. Les Limbourgeois se sont donc essentiellement renforcés en profondeur. Hugo Broos affirme viser la Coupe d' Europe et non le titre mais si Genk passe l'obstacle de Sarajevo, la campagne européenne qui s'en suivra lui vaudra de toute façon un calendrier chargé. Dans la cage, Logan Bailly devrait confirmer ses excellents débuts. L'Ivoirien Igor Lolo du Germinal Beerschot et le Brésilien Tiago Silva dos Santos sont les nouvelles têtes de la dernière ligne. Lolo est un arrière droit susceptible de jouer aussi dans l'axe. Il est avant tout la doublure de Hans Cornelis. Dos Santos doit combler la brèche laissée par le départ de Sébastien Pocognoli. Gonzague Vandooren apporte trop peu sur le plan offensif, selon le directeur technique, Willy Reynders. Pour le c£ur du compartiment, trois hommes entrent en ligne de compte : Jean-Philippe Caillet, Eric Matoukou et Tomislav Mikulic. Le jeune Sven Verdonck (19 ans) n'a presque pas joué la saison passée et a rejoint le FC Brussels. Sachant que Wim De Decker ne serait pas disponible en début de championnat, Genk a cherché une doublure. Elle a pour nom Balasz Tóth. L'international hongrois, âgé de 25 ans, s'est immédiatement érigé en remplaçant de qualité, au point qu'il ne sera pas évident pour De Decker, rétabli plus vite que prévu, de retrouver sa place. Genk a dû pourvoir au remplacement temporaire d'un autre pilier, Thomas Chatelle, sur la touche plusieurs mois après une opération au genou. Les Limbourgeois ont embauché Mohamed Dahmane mais certains estiment que l'attaquant franco-algérien obtient un meilleur rendement devant. La saison passée, à Mons, il arpentait surtout le flanc gauche. Il peut donc y jouer quand Chatelle reviendra, histoire d'alléger la lourde tâche de Tom Soetaers. Reste à savoir comment Dahmane digérera son passage d'un club moyen à une équipe du top. Broos voit deux autres alternatives pour le poste de Chatelle : Alex Da Silva et Elyaniv Barda. Le premier déborde de créativité mais celle-ci ne compense pas sa lenteur et ses difficultés à jouer en profondeur. Le second, lui, ne semble pas fait pour le rôle de Chatelle. L'Israélien de 25 ans a été irrégulier pendant la préparation et semble plus à l'aise dans l'axe que sur le flanc droit. Il a le sens du but et une bonne passe en profondeur. Barda et Dahmane vont en tout cas accroître la concurrence autour de Wouter Vrancken et de Faris Haroun. Devant, Goran Ljubojevic et Ivan Bosnjak sont prêts, ce qui signifie que Genk peut évoluer en 4-4-2. Opter pour cette occupation de terrain impliquerait le sacrifice d'un pion médian. Quoi qu'il en soit, Oleksandr Iakovenko ne semble plus avoir sa place. Quant à Jelle Vossen, il devra se satisfaire de sporadiques entrées au jeu. Dahmane et Barda peuvent également prétendre à une place en attaque, même si celles-ci semblent dévolues à Ljubojevic et à Bosnjak. Il est difficile de prédire qui sera préféré au sein d'un 4-5-1. Ljubojevic avait bien tiré son épingle du jeu au second tour. Bosnjak avait révélé ses talents de guerrier lors des premiers mois, avant qu'une blessure ne le relègue à l'infirmerie. Il n'a pas encore retrouvé sa vitesse de croisière mais progresse rapidement. Le flanc droit semble être le point faible du vice-champion, du moins durant les premiers mois. Genk n'a pas de deuxième Chatelle, Barda ne semble pas constituer une alternative valable à ce poste, Da Silva n'est pas assez véloce et Dahmane a besoin d'un crédit de temps. par Kristof De Ryck