En ce moment où j'écris, j'ignore si Nicolas Frutos, l'Argentin qui fait penser à un bonbon (Fruitella + Mentos), aura encore scoré contre Beveren... et infirmé dès lors mes assertions. Mais basta, je me mouille : on va vite en besogne en parlant déjà tous azimuts de totale réussite et en présentant ce nouveau venu comme une mixtion miraculeuse de Jan Koller et de Gabriel Batistuta, sous prétexte qu'il a scoré six fois lors de ses huit premières titularisations. D'accord, j'ai vu un grand gars qui paraissait traîner aux bons endroits et bons moments dans le rectangle adverse : mais jurerai-je mes grands dieux que, footballistiquement, Frutos est une apparition tout à fait hors normes (belges) ?
...

En ce moment où j'écris, j'ignore si Nicolas Frutos, l'Argentin qui fait penser à un bonbon (Fruitella + Mentos), aura encore scoré contre Beveren... et infirmé dès lors mes assertions. Mais basta, je me mouille : on va vite en besogne en parlant déjà tous azimuts de totale réussite et en présentant ce nouveau venu comme une mixtion miraculeuse de Jan Koller et de Gabriel Batistuta, sous prétexte qu'il a scoré six fois lors de ses huit premières titularisations. D'accord, j'ai vu un grand gars qui paraissait traîner aux bons endroits et bons moments dans le rectangle adverse : mais jurerai-je mes grands dieux que, footballistiquement, Frutos est une apparition tout à fait hors normes (belges) ? Je n'ose pas : si l'Argentin a bien débuté, ses statistiques sont encore trop fraîches pour déjà parler d'oiseau rare. Tenez, par comparaison, je vous fiche mon billet que Kevin Vandenbergh, qui passe une bonne part de son temps de jeu à jouer du postérieur sur le banc de Genk, possède des stats similaires quand Hugo Broos l'invite à prester : ce qui n'empêche pas le fils d' Erwin de passer pour un petit canard boudeur plutôt qu'un oiseau rare ! A propos, VDB Junior a inscrit le premier but belge de l'ère René Vandereycken, lors d'un match sur lequel on a peu glosé : adversaire modeste, victoire normale, météo pénible, rencontre interrompue, il n'en fallait pas plus pour parler de match pour rien, duquel aucune leçon n'était à tirer. Ce n'est pas mon impression, quoique les joueurs aient peu montré : mais via le dispositif adopté, via les éléments choisis pour l'appliquer, Maître René a annoncé la couleur dans la neige ! Ce n'était qu'une déclaration d'intention mais elle était claire, en tout cas pour moi qui me suis échiné à lui lire dans l'âme : contre les adversaires présumés faibles, ce sera donc un 3-3-2-2 ! Quand la présélection s'est trouvée amputée d' Onder Turaci et de Daniel Van Buyten, le coach a rappelé Philippe Clement et Philippe Léonard : lesquels ont tous deux joué le match, ce qui mettait puce à l'oreille car ce n'est pas habituel : Turaci et Van Buyten étaient sans doute à l'origine prévus dans le onze de base, et la présélection originelle ne comptait pas de profils pouvant les suppléer. Que veut donc VDE pour ses Diables ? Dans le dos de Timmy Simons toujours susceptible de s'amener en renfort, Vandereycken veut une défense à trois, mais pas n'importe laquelle ! Une défense constituée obligatoirement, de part et d'autre du plus axial ( Thomas Vermaelen ici, Van Buyten en première intention), d'un gaucher à gauche (Léonard, mais Vermaelen initialement prévu) et d'un droitier à droite (Clement à défaut de Turaci... en attendant Vincent Kompany) avec double mission : savoir resserrer vers le centre et se montrer de vrais stoppeurs, savoir aussi écarter sur le bon pied pour initier la reconstruction comme de vrais défenseurs latéraux. Juste devant cela et pour pouvoir très vite défendre à six, nouveau rideau de trois avec Simons et, de nouveau, vrai gaucher à gauche et vrai droitier à droite avec double mission : fermer le couloir comme des teignes si le stoppeur partenaire doit glisser dans l'axe, l'arpenter offensivement et y créer du danger dès que l'occasion se présente ! Peter Van der Heyden semble le gaucher belge possédant le plus ce mixte de qualités, Anthony Vanden Borre sera le droitier le jour où il sera devenu malin. Plus haut que ce Simons-clé, Vandereycken désire de nouveau un droitier décalé à droite et un troisième vrai gaucher décalé à gauche : tous deux capables d'écarter à certains moments, mais à d'autres de rentrer dans le jeu pour s'infiltrer, et se partager la fonction de n°10. Bart Goor a le profil à gauche, Thomas Buffel l'aura davantage à droite que MboMpenza. Restait un duo de pointe avec un grand ( Luigi Pieroni) et un petit (Vandenbergh, Wesley Sonck...) Mais c'était contre le Grand Duché. Contre des kings, je vous parie (pour du beurre par les temps qui courent !) qu'un des Mpenza tagadagadera seul en pointe, de façon à placer un second ratisseur en renfort de Simons ! Ouais, j'ai vu tout ça en songe durant ce match prétendument foireux : Vandereycken ne veut pas se passer de trois gauches pattes au minimum ! Conservez tout de même ce papier pour me ressortir, à l'occasion, que je n'ai vu que des conneries. Conneries peut-être, foot en tout cas : je constate avec stupeur n'avoir parlé ni de corruption, ni de transferts, ni de people, ni de bizarreries arbitrales. C'est donc parfois possible de parler du jeu. bernard jeunejean