A son arrivée au FC Twente, la saison passée, il semblait impossible de freiner la chute du club. Un an et demi plus tard, le club de René Vandereycken produit un bon football et s'est implanté dans le subtop.
...

A son arrivée au FC Twente, la saison passée, il semblait impossible de freiner la chute du club. Un an et demi plus tard, le club de René Vandereycken produit un bon football et s'est implanté dans le subtop. René Vandereycken : Je suis fier d'avoir apporté ma contribution au développement de l'équipe mais nos résultats sont l'oeuvre de nombreuses personnes. Je ne veux pas me mettre en valeur. Je sais que je suis différent mais ce n'est pas pour le plaisir de l'être que je me comporte ainsi. Je suis simplement fidèle à ma nature. C'est ainsi, même si ça ne repose sur rien. Quand on perd, tout ce qu'on fait est mauvais alors qu'en fait, c'eût pu être bien pire. En cas de défaite, les supporters obtiennent raison alors qu'ils ne sont là que 90 minutes et que moi, je travaille de l'aube au soir. Je ne peux donc pas accepter ce genre de critiques. Le résultat du jour influence leur jugement, dans un sens ou dans l'autre alors que dans mon optique, on peut très bien limoger un entraîneur après une victoire. C'est légitime si l'entraîneur a des problèmes avec le groupe et qu'il n'y a pas d'issue. Je ne serai jamais déçu d'être renvoyé sur base d'une défaite. Parfois, un limogeage peut même être une bénédiction car comment travailler avec des gens qui vous font ça ? Très. J'apprécie particulièrement la flexibilité des joueurs. La saison passée, ils étaient désarçonnés par le moindre changement tactique. Ces doutes ont disparu. Quand nous essayons autre chose, mes joueurs s'exécutent avec beaucoup de conviction. Nous avons bien ri, il y a trois mois, quand la presse a avancé des noms de successeurs. Je savais que Rini obtiendrait de toute façon ce poste. Tout a été discuté franchement. La situation était claire, que je parte dans une semaine ou dans deux ans. C'était une certitude, pour nous deux. Je l'ai toujours soutenu, notamment dans la préparation de la prochaine saison. Remporter un trophée n'est pas l'essentiel. Savez-vous d'où je tire ma principale satisfaction ? Du fait que Twente poursuive sur sa lancée alors qu'on sait que je m'en vais. Combien de fois ne voit-on pas un club tout bouleverser après le départ d'un entraîneur ? Ça veut dire qu'avec d'autres personnes, j'ai posé ici des bases à partir desquelles le club peut continuer à progresser. (F. Vanheule)F.Vanheule