A Alexandrie, René Taelman a atteint l'objectif qui lui avait été fixé par son club : vivre une saison tranquille. Il se concentre désormais sur la Coupe d'Egyte. En huitièmes de finale, son club se mesurera en deux matches à Souakh. Il devrait rester une saison de plus dans son club mais la presse signale qu'Al Ahly s'intéresse à lui.
...

A Alexandrie, René Taelman a atteint l'objectif qui lui avait été fixé par son club : vivre une saison tranquille. Il se concentre désormais sur la Coupe d'Egyte. En huitièmes de finale, son club se mesurera en deux matches à Souakh. Il devrait rester une saison de plus dans son club mais la presse signale qu'Al Ahly s'intéresse à lui.Al Ahly est le club d'Ibrahim Saïd qui vient de signer à Gand : est-ce que cela fait beaucoup de bruit en Egypte?René Taelman: C'est un jeune défenseur de 22 ans qui a marqué un but lors du dernier match de l'équipe nationale. J'ai pu l'observer quand nous avons rencontré Al Ahly en championnat. Il a les qualités pour réussir en Belgique. La presse était démontée contre la Belgique et prétendait que Saïd était encore sous contrat. Je n'en sais rien mais Al Ahly est un grand club et je ne crois pas cette rumeur. Je suppose que tout s'est passé dans les règles de l'art. L'Afrique, grenier à talents : Willy Verhoost y recrute pour Lokeren et vous accuse cette semaine dans FM de lui avoir demandé de l'argent pour Youla. Qu'en pensez-vous?Je connais Verhoost de nom mais je ne l'ai jamais rencontré. S'il affirme ça, qu'il le prouve. Il y a une différence entre nous : Verhoost achète et vend des joueurs, fait de l'argent, moi je découvre des talents. J'ai travaillé au FC Satellite d'Abidjan que j'ai sauvé de la descente. J'y ai fait venir deux joueurs que j'avais repérés quand j'entraînais en Guinée. Un d'eux était Souleymane Youla. Satellite ne m'a pas payé pour le travail livré et ne me payera jamais. Youla a été testé à Metz (six mois) et à Auxerre puis a signé à Lokeren, qui aide désormais Satellite. Youla a découvert l'Europe avant de croiser la route de Verhoost. Je ne fréquente pas des types comme lui. Je connais l'Afrique, je ne l'exploite pas, je la respecte. Quand je dis que Dagano réussira, je sais ce que je dis.Avez-vous découvert Dagano?Oui : j'ai été coach national du Burkina Faso. Il deviendra le Van Basten noir. Paul Courant l'a compris lors d'une tournée du Burkina en Belgique. Au GBA, il aura le temps de s'adapter au foot européen. Courant le conseille tandis que Verhoost hypothèque l'éclosion de Youla en le plaçant au plus vite à Anderlecht : qui pense à l'argent? (P. Bilic)