Leif Hoste est enchanté de sa préparation hivernale. " Jamais encore je ne me suis senti aussi bien à cette époque de l'année ". Ses coéquipiers le confirment : dès que Hoste prenait la tête à l'entraînement, il y avait une nette accélération. Il opine : " En stage, j'avais l'impression que les pédales tournaient toutes seules. Cela promet pour le printemps ".
...

Leif Hoste est enchanté de sa préparation hivernale. " Jamais encore je ne me suis senti aussi bien à cette époque de l'année ". Ses coéquipiers le confirment : dès que Hoste prenait la tête à l'entraînement, il y avait une nette accélération. Il opine : " En stage, j'avais l'impression que les pédales tournaient toutes seules. Cela promet pour le printemps ". Songez-vous beaucoup aux classiques ?Leif Hoste : Pas exagérément. Disons que je ne m'éveille pas la nuit en rêvant de Paris-Roubaix. Ce ne serait pas sain non plus. Cela ne doit pas être une obsession sinon je me crisperais pendant la course. Que pensez-vous du battage fait autour de Greg Van Avermaet ? Est- il un co-leader ? Je ne sais pas si Greg est prêt à assumer ce rôle. A terme, il doit pouvoir gagner une classique printanière. Je ne l'ai pas encore beaucoup vu à l'£uvre cette année mais on me dit qu'il a progressé physiquement. Nous devons le tester. Et si je ne suis pas frais à Kuurne-Bruxelles-Kuurne, pourquoi ne miserions-nous pas sur lui ? Mais normalement, je suis le leader dans toutes les classiques sauf à Milan-Sanremo, où nous jouons logiquement la carte de Robbie McEwen. Que pensez-vous de Silence-Lotto ? L'équipe semble renforcée pour les classiques printanières. Maarten Tjallingii, Gorik Gardeyn, Francis De Greef sont des as. Il n'y a plus de maillon faible. Notre esprit d'équipe fera la différence par rapport à la saison passée. Chacun grée un service aux autres. Il ne faut pas sous-estimer l'équipe du Tour. Participer à celui-ce ne sera pas évident pour moi, même si j'ai vraiment envie de le courir. Comme équipier ? Cela ne me pose aucun problème. L'équipe aura travaillé pour moi au printemps. Je dois lui rendre quelque chose. Cadel Evans est un leader très reconnaissant et il a des chances de gagner le Tour. J'aimerais participer à son triomphe. Et les Jeux Olympiques ?J'aurais aimé courir le contre-la-montre mais le règlement olympique impose de participer aussi à la course sur route. Or, le parcours est très vallonné pour moi et la Belgique ne peut sélectionner que cinq coureurs... La décision n'est pas définitive mais il y a peu de chances que j'aille à Pékin. Votre saison serait-elle ratée si vous ne gagniez aucune grande classique ?Je ne suis pas aussi exigeant. Il suffit d'un détail pour vous priver de la victoire au Tour des Flandres. Il m'est déjà arrivé de faire une course superbe sans gagner. Cependant, je dois ajouter une ligne à mon palmarès en 2008, de préférence une des deux grandes courses sur les pavés, même si le GP E3 ou les Trois Jours de la Panne me satisferaient aussi.