Mardi prochain, retour de la NBA sur BeTV avec Boston-Miami dans la nuit du 26 au 27 et ensuite Miami-Orlando. Renaud Detrixhe sera aux commentaires durant la saison en compagnie de Duke Tshomba et Jacques Stas.
...

Mardi prochain, retour de la NBA sur BeTV avec Boston-Miami dans la nuit du 26 au 27 et ensuite Miami-Orlando. Renaud Detrixhe sera aux commentaires durant la saison en compagnie de Duke Tshomba et Jacques Stas. Oui, ils auront lieu durant la nuit du mardi au mercredi et celle du vendredi au samedi ; et la première rediffusion est programmée le lendemain. On ne connaît pas le pourcentage de gens qui regardent pendant la nuit mais il doit être faible. On sait que notre public est assez jeune et c'est pour cette raison qu'il faut cibler le moment des rediffusions. Mercredi en début d'après-midi, après les cours, et le samedi matin sont des moments idéaux. Concernant Give Me Five, on va essayer de dynamiser le money time. On devrait également être aux All Star et aux finals à partir de la troisième rencontre. Normalement, oui. New Orleans Hornet, son nouveau club, devrait faire l'objet de retransmissions. Car il faut savoir que c'est la NBA qui dicte les choix et certaines équipes ne sont jamais diffusées ! Ainsi, en début de saison, quatre des cinq premiers matches que nous proposons concerneront Miami. Dans la deuxième quinzaine de novembre, ce sera au tour des Lakers. Oui, énormément. Lors des finals, même les journalistes français étaient heureux de pouvoir se rabattre sur un francophone. Aujourd'hui, ils regrettent son départ. Avec un peu de bagout, vous ouvrez toutes les portes. Ma chance, c'est d'être parti avec Duke Tshomba. Il a l'art de taper dans l'£il des médias américains. L'année dernière, nous avions été mis à l'honneur par le Boston Globe, qui écrivait un article sur les commentateurs européens. Duke a même été interviewé par CBS ! Autre anecdote : le soir du titre des Lakers, bien après la fin du match, j'étais avec le frère de Duke et nous cherchions à rejoindre Mbenga. On s'est finalement retrouvé dans un gigantesque hangar. Soudain, on a vu un ascenseur s'ouvrir et Kobe Bryant en sortir, accompagné de sa famille et de quelques journalistes. C'était un moment à la fois intime et surréaliste. Non ! Nous évitons les analyses et le côté didactique. Cela ne nous empêche pas de traiter les faits importants mais on aime se laisser surprendre par le mach. Il ne faut pas non plus tomber dans l'excès inverse propre aux Américains et s'enthousiasmer si un joueur jette une boulette de papier par terre !