Puissant en Europe, il est à la traîne en Angleterre. Liverpool ne se mêle pas à la lutte pour les prix, malgré plusieurs transferts hispaniques. Dans la phase de groupe de la Ligue des Champions, Liverpool domine mais il ne s'est pas encore imposé une seule fois en déplacement et a signé un maigre 1-0 face à Man. City le week-end dernier.
...

Puissant en Europe, il est à la traîne en Angleterre. Liverpool ne se mêle pas à la lutte pour les prix, malgré plusieurs transferts hispaniques. Dans la phase de groupe de la Ligue des Champions, Liverpool domine mais il ne s'est pas encore imposé une seule fois en déplacement et a signé un maigre 1-0 face à Man. City le week-end dernier. Symbole de ce mal-être, Steven Gerrard. Il marque sur la scène européenne mais il n'a trouvé le chemin des filets en championnat que samedi, alors que la saison passée, il avait inscrit dix buts. Certains affirment que c'est la faute de l'entraîneur, avec lequel il entretient des relations tendues depuis un an et demi et qui l'aligne trop sur le flanc. Gerrard avoue sa frustration alors que le coach, Rafael Benítez, estime que, quand il est bon, son international peut marquer de l'axe, de la gauche ou de la droite. Traduction : ce n'est pas la position du joueur qui est en cause mais celui-ci. Hasard ou non, Gerrard a retrouvé un poste plus central depuis quelques matches et son rendement offensif s'en ressent, avec deux buts en trois joutes. Motif du changement de poste, la blessure de Mohamed Sissoko, touché à l'épaule et absent pour deux à trois mois, ainsi que la méforme de l'Espagnol Xabi Alonso. Au début, Benitez n'a pas déplacé Gerrard : quand Sissoko est sorti, il l'a remplacé par BoudewijnZenden. Il a cependant cédé à la pression croissante. Benitez nie cependant que Gerrard ait lui-même requis cet ajustement. " C'est moi le manager, c'est moi qui décide. L'année dernière, il marquait de la droite. Celui qui est en forme réussit ce qu'il entreprend. Celui qui ne l'est pas doit être malin après le match... " Malgré cette agitation, Benitez cherche des joueurs. La semaine dernière, un arrière gauche argentin de 17 ans est revenu. Membre de l'équipe nationale des Espoirs, Emiliano Insua s'était déjà entraîné à Anfield en septembre. Cet été, Liverpool a déjà embauché un autre Argentin, Gabriel Paletta, de Banfield. Il n'a pas encore joué une seule minute mais Benitez prétend qu'il émarge à la jeune élite mondiale qu'il tente d'attirer à Anfield. On retrouve aussi deux Espoirs originaires d'Espagne, Mike Roque et Godwin Antwi, né au Ghana mais détenteur d'un passeport espagnol. WAYNE ROONEY rempile à United jusqu'en 2012. Il gagne 150.000 euros par semaine. WESTHAM est aux mains d'Islandais. Le club aurait coûté 150 millions d'euros. EggertMagnusson, ex-président de Valur Reykjavik et de la fédération - poste dont il démissionne - est le nouveau président de West Ham. Il siège au comité exécutif de l'UEFA depuis 2002, poste qu'il conserve. Le club a officiellement demandé à Chelsea si Shaun Wright-Phillips était transférable. Le joueur (25 ans) est arrivé à Londres il y a un an et demi mais n'a été titularisé que douze fois. Le gendre de IanWright n'a pas encore marqué un seul but. On s'attend à ce que West Ham se défasse de ses deux Argentins, Carlos Tevez et Javier Mascherano, arrivés en août via un autre candidat repreneur. L'Atletico Madrid les suivrait. WAYNE BRIDGE, qui joue peu depuis l'arrivée d' Ashley Cole, a quand même rempilé pour quatre ans à Chelsea. Bridge est arrivé en 2003, s'est fracturé la jambe et a été loué à Fulham la saison passée. Il veut gagner sa place face à Cole. CARL HOEFKENS a un nouveau coéquipier : Patrick Berger (33 ans), international, employé sept saisons par Liverpool, est loué jusque début janvier. GARETH SOUTHGATE reste entraîneur de Middlesbrough jusqu'en fin de saison. L'ancien joueur a repris les fonctions du sélectionneur Steve McClarenl'été dernier mais n'a pas encore tous les diplômes requis. Ce sera chose faite d'ici la fin de la saison. L'association des managers a affiché sa déception face à ce traitement de faveur. Southgate pourrait signer un contrat de cinq ans cette semaine. P. T'KINT