La main-d'£uvre française dans notre D1 représente une cinquantaine de joueurs. Cinq clubs seulement n'emploient pas un seul footballeur venu de l'Hexagone : Anderlecht, le Germinal Beerschot, Lokeren, Saint-Trond et Westerlo. Quel est l'apport réel de ces footballeurs ? Dressons le bilan tricolore alors que la ligne d'arrivée du championnat est en vue.
...

La main-d'£uvre française dans notre D1 représente une cinquantaine de joueurs. Cinq clubs seulement n'emploient pas un seul footballeur venu de l'Hexagone : Anderlecht, le Germinal Beerschot, Lokeren, Saint-Trond et Westerlo. Quel est l'apport réel de ces footballeurs ? Dressons le bilan tricolore alors que la ligne d'arrivée du championnat est en vue. MONS L'Albert joue à fond la carte française et ça lui réussit. On y trouve 11 joueurs de ce pays, capables de former un 4-4-2 qui tiendrait la route. Au but : Cédric Berthelin. En défense : Fadel Brahami, Stéphane Zèbre, Eric Rabesandratana, Frédéric Jay. Au milieu : Wilfried Dalmat, Hocine Ragued, Benjamin Nicaise, Aziz El Khanchaf. En attaque : Mohamed Dahmane, François Zoko. Sept de ces joueurs sont des titulaires indiscutables. CHARLEROI Le Sporting a une vraie tradition française depuis quatre ans. Il emploie aujourd'hui neuf joueurs de l'Hexagone, avec plus ou moins de bonheur. Fabien Camus, Grégory Christ et Majid Oulmers sont excellents. Patrice Luzi et Jérémy Perbet soufflent le chaud et le froid. Brice Jovial, Hemza Mihoubi, Ibrahima Diallo et Oumar Bakari ne sont pas des réussites. MOUSCRON L'Excelsior a huit Français dans son effectif, avec du très bon ( KevinHatchi, Geoffray Toyes, Demba Ba) et du moins bon ( Mathieu Assou-Ekotto, Jean-Félix Dorothée, David Grondin, Michaël Niçoise, Karim Fellahi). BRUSSELS C'est au stade Machtens, où on trouve sept joueurs français, que le bilan est le moins positif. Julien Gorius et Jonathan Téhoué sortent du lot mais les autres ( Samuel Neva, Dieudonné Owona, Flavien Le Postollec, Christian Negouai, Mickaël Citony) ont rarement apporté un vrai plus. Le Brussels a aussi la particularité d'être le seul club de D1 belge employant un entraîneur français ( Albert Cartier). FABIEN CAMUS (Charleroi) JULIEN GORIUS (Brussels) Les mauvaises langues disent que c'est le seul joueur de foot de son club. On peut le mettre à toutes les sauces, il tire toujours son épingle du jeu. BENJAMIN NICAISE (Mons) Arrivé au mercato de janvier, il s'est vite hissé au même niveau que le meilleur Montois du premier tour : Hocine Ragued, son compère dans l'axe de l'entrejeu. CHRISTIAN NEGOUAI (Brussels) Il est revenu en Belgique à la trêve hivernale pour se relancer mais il n'était plus en forme et s'est en plus très vite gravement blessé à la mâchoire. MAÂMAR MAMOUNI (Lierse) Où se cache le fantastique arracheur de ballons qui avait fait fureur avec La Louvière à la grande époque de ce club ? Il a ensuite commencé à se perdre à Gand et sa perdition est aujourd'hui totale chez les Lierrois. MATHIEU ASSOU-EKOTTO (Mouscron) Depuis qu'il a quitté le Standard pour les Pays-Bas, il n'est plus que l'ombre de lui-même. Il a signé en janvier au Canonnier pour rebondir : raté. SIRAMANA DEMBÉLÉ (Standard) Il était arrivé en janvier 2006 et avait directement fourni un gros deuxième tour en étant presque indéboulonnable. Cette saison, son temps de jeu est très limité. MOHAMED DAHMANE (Mons) Il rate un paquet d'occasions mais trouve aussi le chemin du but et est une vraie teigne pour les défenses. WILFRIED DALMAT (Mons) Ce médian très technique s'infiltre volontiers dans le rectangle, à la manière d'un Dante Brogno autrefois. JULIEN GORIUS (Brussels) Il ne joue pas comme attaquant mais utilise son talent et son jusqu'au-boutisme pour compenser une partie des faiblesses offensives de son équipe. ALI LUKUNKU (Standard) On regrette qu'il ne soit pas plus souvent aligné par Michel Preud'homme. Ce panzer réussit un beau retour après de graves problèmes physiques à répétition. JÉRÉMY PERBET (Charleroi) Arrivé au mercato, il a directement trouvé le but avant de disparaître sur le banc puis de revenir dans le parcours. Son ratio temps de jeu/goals marqués est appréciable. JULIEN GORIUS (Brussels) Comme dit plus haut, il est le bon à tout faire d'Albert Cartier. DAVID GRONDIN (Mouscron) Ce joueur qui a fait deux passages à Arsenal a le mérite de dénicher l'homme démarqué dans la surface de vérité adverse, au sein d'une équipe qui connaît une saison très difficile. LAURENT MACQUET (Beveren) Il s'était autrefois révélé à Charleroi puis était parti en Grèce. Son niveau à Beveren n'est pas celui qu'il avait dans le Hainaut mais il réussit quand même une jolie saison et devrait quitter le Freethiel cet été. ÉRIC RABESANDRATANA (Mons) Il a autrefois disputé plus de 100 matches en équipe A du PSG : c'est peut-être à ce moment-là qu'il a appris à dire sa façon de penser ! WAGNEAU ÉLOI (Roulers) Les dérapages extrasportifs du foot belge (matches arrangés, erreurs d'arbitrage, abus de la Fédération) le font hurler de rire et il ne se prive pas de les commenter. BENJAMIN NICAISE (Mons) Les discours sans relief, ce n'est pas pour lui. Il dit sa façon de penser sur le terrain, dans le vestiaire et en ville. ALI LUKUNKU (Standard) Encore un joueur qui n'a pas peur de se mouiller. Le fruit, sans doute, d'une longue succession de galères (professionnelles et privées). LAURENT MACQUET (Beveren) Il a toujours refusé l'idée que Beveren ne soit qu'un oiseau pour le chat. Pour replacer et haranguer ses coéquipiers, on peut toujours compter sur lui. CÉDRIC BERTHELIN (Mons) Le gardien des Dragons est respecté et écouté. Là-bas, personne n'a oublié qu'il a accepté l'aventure de la D2 alors qu'il aurait pu trouver mieux ailleurs. Cette décision, perçue comme une preuve d'attachement au club, lui vaut beaucoup de crédit. GEOFFRAY TOYES (Mouscron) Le patron de la défense des Hurlus, c'est lui. Son long parcours en D1 française suscite le respect dans le noyau. MATTHIEU VERSCHUERE (Zulte Waregem) Un tout petit bout d'homme (1m68, 66 kg) mais une forte personnalité. Il n'a plus l'efficacité qu'il avait autrefois à Gand mais il tient souvent la baraque dans le milieu du jeu. LORIS REINA (Zulte-Waregem) Il est chez nous sans interruption depuis 2003 : après trois saisons à Charleroi, il a émigré en Flandre en été 2006. MAJID OULMERS (Charleroi) Il est aussi arrivé à Charleroi en 2003 et n'a pas quitté ce club. MATTHIEU VERSCHUERE (Zulte Waregem). Il était à Gand en 2001-2002, est ensuite retourné en France pour une saison puis a retrouvé notre championnat : Gand de 2003 à 2005, Zulte Waregem depuis l'été 2005. JEAN-JACQUES DOMORAUD (La Gantoise) C'est le frère de l'ancien international ivoirien Cyril Domoraud qui a joué notamment à Bordeaux, à Marseille, à l'Inter Milan, à Monaco et à l'Espanyol Barcelone. MARKO MUSLIN (Lierse) C'est le fils de Slavo Muslin, actuel entraîneur de Lokeren et ex-légende du football yougoslave. WILFRIED DALMAT (Mons) C'est le frère de Stéphane Dalmat, actif aujourd'hui à Bordeaux et qui a porté les maillots de Lens, de Marseille, du PSG, de l'Inter Milan et de Tottenham notamment. par pierre danvoye - photos: belga